Total : gros rebond

Total : gros rebond©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 02 novembre 2020 à 14h59

Total pointe dans les premières positions du CAC40 ce lundi, à la faveur d'un rebond de près de 5% à 27 euros, après une séquence de baisse appuyée dans le sillage du baril de brent. Il faut dire que la major pétrolière a largement dépassé les attentes des analystes au troisième trimestre et a maintenu son dividende... Si le résultat net ajusté a fondu de 72% à 848 millions de dollars, il ressort nettement supérieur au consensus (478 M$). Le groupe est parvenu à générer un cash-flow de 4,3 Mds$ (-41%) et a réduit son taux d'endettement à 22% compte tenu de la discipline affichée sur les investissements et les coûts. Il affiche un point mort cash organique inférieur à 25$ le baril.

Alors que la production a reculé de 11%, à 2,715 Mbep/j sur le trimestre, Total a ramené sa prévision annuelle de production à moins de 2,9 millions de barils équivalent pétrole par jour, contre 2,9 à 2,95 Mbep/j attendus précédemment, en raison de "la discipline stricte avec laquelle l'Opep+ applique ses quotas".

La société prévoit que la hausse des prix du pétrole au cours des deuxième et troisième trimestres aura un impact positif sur son prix de vente moyen du GNL au quatrième trimestre. Les marges de raffinage ont rebondi depuis le début du quatrième trimestre, bien qu'elles restent fragiles compte tenu de la faible demande de carburant dans l'aviation, a souligné Total.
"Confiant dans les fondamentaux du groupe, le conseil d'administration a confirmé le maintien du 3e acompte sur dividende à 0,66 euro par action et réaffirme sa soutenabilité dans un contexte de 40$ le baril, notamment au vu des résultats de ce trimestre".

Parmi les derniers avis de brokers, Berenberg a ajusté sa cible de 40 à à 36 euros. "Total n'est pas à l'abri des vents contraires du secteur, et a des expositions similaires à ses pairs, mais le bilan reste plus solide", explique de son côté RBC Capital. "Total a réussi à trouver l'équilibre entre la croissance de ses activités à faible intensité de carbone, le maintien de son activité principale et le maintien de son dividende" a commenté le broker. Le titre n'en perd pas moins 47% depuis le début de l'année en bourse de Paris...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.