Total : y aurait-il de l'eau dans le gaz avec l'Iran ?

Total : y aurait-il de l'eau dans le gaz avec l'Iran ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 21 novembre 2017 à 19h35

La décision de Donald Trump, en octobre, de ne pas "certifier" l'accord sur le programme nucléaire iranien pourrait bouleverser la stratégie de Total, qui vient de revenir en Iran en tant qu'opérateur sur le champ gazier géant South Pars.

Mardi, l'Iran a haussé le ton, en affirmant que Total perdra l'intégralité de son investissement s'il se retire de l'accord conclu en juillet avec Téhéran sur le développement de South Pars, considéré comme le plus grand gisement de gaz naturel du monde.

"Si Total, en dehors de la mise en oeuvre de sanctions du Conseil de sécurité (de l'Onu), annonce qu'il a l'intention de renoncer au contrat, aucun capital ne sera rendu à cette entreprise et aucune somme ne sera transférée à l'entreprise", a dit Bijan Zanganeh, cité par SHANA, le site d'informations du ministère iranien du Pétrole.

Craintes de sanctions du Congrès américain contre l'Iran

Le 14 novembre, le PDG du groupe pétrolier français Patrick Pouyanné avait laissé planer un doute sur ce programme, affirmant que Total examinera ses options concernant son investissement en Iran, si les Etats-Unis décidaient d'imposer des sanctions unilatérales contre l'Iran. M. Pouyanné avait souligné les enjeux importants pour le groupe français, qui est très présent sur le marché américain. "Nous travaillons aux Etats-Unis, nous avons des actifs aux Etats-Unis, nous venons d'acheter des actifs supplémentaires aux Etats-Unis", avait-il souligné.

La décision du président américain de ne pas "certifier" l'accord nucléaire iranien a en effet donné au Congrès américain la possibilité de rétablir des sanctions contre l'Iran. Si tel était le cas, les Etats-Unis pourraient également sanctionner les groupes américains et étrangers qui sont en affaires avec Téhéran.

Un investissement initial de l'ordre d'un milliard de dollars

Dans un communiqué publié mardi, la direction de Total s'est toutefois dit engagée en Iran avec la "volonté d'aller de l'avant" concernant le projet South Pars. "Total travaille actuellement sur le projet South Pars 11 et elle est attachée à le poursuivre", a dit un porte-parole à l'agence 'Reuters'.

En juillet dernier, Total avait fait son retour en Iran en signant un contrat avec la National Iranian Oil Company (NIOC) pour développer la production de la phase 11 de South Pars. Total, opérateur du projet, est engagé sur 20 ans par ce contrat et détient une participation de 50,1% dans South Pars 11. La compagnie nationale chinoise CNPC en détient 30% et Petropars, filiale de la NIOC, est présent à hauteur de 19,9%.

La première phase du projet représente pour Total un investissement de l'ordre de 2 milliards de dollars, avec un investissement initial d'environ 1 Md$.

 
2 commentaires - Total : y aurait-il de l'eau dans le gaz avec l'Iran ?
  • avatar
    granjo -

    Une nouvelle fois la menace du dictat US développons nous en Iran, sinon les chinois vont rafler la mise.

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    Encore de la censure, toujours de la censure injustifiée sur le forum orange
    et bien puisque dans cette rubrique " finance" il semblerait qu'il y ait un bug ....
    référence à l'article :

    L'Allemagne affaiblie peut-elle faire vaciller l'Europe ?
    Statut : refusé
    Il y a une heure
    le 21 11 2017 à 19 09

    Comme si l'Europe pouvait exister sans l'Allemagne §

    Allons un peu de sérieux les journalistes! Que vaut donc l'économie de la France ?...sans industrie et avec des énarques à sa tête qui en sont à manipuler le peuple Français en permanence ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]