Transgene : premier patient traité en France avec l'immunothérapie individualisée TG4050 (plateforme myvac)

Transgene : premier patient traité en France avec l'immunothérapie individualisée TG4050 (plateforme myvac)©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 janvier 2021 à 07h33

Transgene annonce que pour la première fois en France, TG4050, l'immunothérapie individualisée innovante de Transgene, a été administrée à un patient atteint d'un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac, qui utilise une technologie d'Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.
Cette approche particulièrement innovante combine le savoir-faire de Transgene en matière d'immunothérapie virale, avec l'expertise reconnue de NEC dans les technologies d'IA et le soutien de plusieurs centres de lutte contre le cancer de renommée internationale.

LE PREMIER PATIENT A ÉTÉ TRAITÉ À L'IUCT ONCOPOLE DE TOULOUSE, où est conduit, par le Professeur Jean-Pierre Delord, Directeur Général de l'Institut Claudius Regaud et Administrateur à l'IUCT Oncopole, l'essai incluant des patients atteints de cancer de la tête et du cou.

Le Professeur Jean-Pierre Delord commente : "Chaque tumeur présente des cibles immunitaires potentielles très spécifiques et qui lui sont propres. Avec TG4050, nous voulons fournir au système immunitaire les informations dont il a besoin pour identifier les cellules cancéreuses et déclencher une réponse immunitaire ciblée dans le but de traiter la maladie. Les patients atteints d'un cancer de la tête et du cou ne disposent à ce jour d'aucun traitement efficace pour prévenir les récidives ; et la moitié de ces patients à haut risque seront confrontés à une reprise de la maladie dans l'année suivant le traitement initial. TG4050 peut répondre au besoin médical de ces patients en monothérapie ou en combinaison avec les traitements standards. L'IUCT Oncopole dispose d'une unité de recherche de pointe en oncologie et s'appuie sur des équipes hautement qualifiées pour mener cet essai clinique et évaluer le bénéfice potentiel de TG4050 chez les patients atteints de cancer."

TG4050 EST UN TRAITEMENT CONTRE LE CANCER ENTIÈREMENT PERSONNALISÉ POUR CHAQUE PATIENT, QUI ASSOCIE LES DERNIÈRES AVANCÉES EN MATIÈRE DE VACCINS THÉRAPEUTIQUES ET LA TECHNOLOGIE DE POINTE DE L'IA

Avec myvac, Transgene a développé une plateforme technologique hautement innovante. Elle permet de générer une immunothérapie reposant sur un virus capable de diriger le système immunitaire contre une sélection de mutations spécifiques aux cellules cancéreuses de chaque patient (néoantigènes). Ces mutations sont identifiées et sélectionnées par le système de prédiction de néoantigènes (Neoantigen Prediction System, NPS) de NEC, une approche technologique avancée utilisant une IA. TG4050 a été conçu pour cibler jusqu'à 30 néoantigènes spécifiques à chaque patient.

Reposant sur plus de 20 ans d'expertise en IA, le NPS de NEC a été entraîné sur des bases de données immunitaires internes et publiques. Les travaux précliniques réalisés avec la plateforme technologique myvac ont démontré que l'outil de profilage du mutanome tumoral basé sur l'IA de NEC sélectionne et hiérarchise avec précision les néoantigènes les plus immunogènes de chaque tumeur1.

Transgene utilise son savoir-faire en ingénierie du génome viral pour incorporer les séquences des néoantigènes sélectionnés dans l'ADN du vecteur viral, un virus MVA issu de la plateforme myvac.

Pour produire les lots cliniques des deux essais de Phase I de TG4050, une unité pilote de fabrication a été mise en place dans les locaux de Transgene. Elle est opérationnelle et conforme aux normes BPF (normes de production pharmaceutique).

PREMIÈRES DONNÉES DES DEUX ESSAIS CLINIQUES EN COURS ATTENDUES AU DEUXIÈME SEMESTRE 2021

Dans un premier essai de Phase I, TG4050 est administré à des patients atteints d'un cancer de la tête et du cou HPV-négatif. Le traitement personnalisé est créé pour chaque patient, après son opération chirurgicale, en parallèle de son traitement adjuvant. La moitié des participants reçoit le vaccin thérapeutique immédiatement après avoir terminé le traitement adjuvant. L'autre moitié le recevra lors de la récidive de la maladie, en complément du traitement standard. Cette étude randomisée évalue les bénéfices du traitement avec TG4050 chez des patients qui présentent un risque élevé de récidive. Jusqu'à 30 patients recevront TG4050 en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. L'investigateur principal de l'essai est le Professeur Christian Ottensmeier, Oncologue Médical Consultant au Clatterbridge Cancer Centre et Professeur d'Immuno-Oncologie à l'Université de Liverpool. En France, l'essai clinique est mené à l'Institut Curie, à Paris, par le Professeur Christophe Le Tourneau, responsable du D3i (Department of Drug Development and Innovation) et à l'IUCT-Oncopole de Toulouse par le Professeur Jean-Pierre Delord.

En parallèle, un essai clinique de Phase I évalue TG4050 chez des patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire. La première patiente a été traitée aux États-Unis. Ce deuxième essai inclut des patientes ayant subi une chirurgie et reçu une première ligne de chimiothérapie. Le Dr Matthew Block, Consultant en Oncologie Médicale, Consultant en Immunologie et Professeur Associé en Oncologie à la Mayo Clinic (États-Unis) est l'investigateur principal de l'essai ; en France, l'essai est mené par le Professeur Le Tourneau à l'Institut Curie et par le Dr Alexandra Martinez, Chef Adjoint du Département de Chirurgie, à l'IUCT Toulouse-Oncopole.

Les premières données issues des deux essais cliniques évaluant TG4050 sont attendues au second semestre 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.