Très belle semaine pour le CAC40 qui grimpe de 3,3%

Très belle semaine pour le CAC40 qui grimpe de 3,3%
bourse

Boursier.com, publié le vendredi 15 mars 2019 à 17h45

La pause aura été de courte durée. Le marché parisien a repris sa marche en avant cette semaine avec un CAC40 qui affiche un gain de 3,33% sur cinq séances, à 5.405 points ce vendredi soir. Le vote des députés britanniques en faveur d'un report de la sortie de l'Union européenne, pour l'instant prévue le 29 mars, a été apprécié par les opérateurs. Il va permettre à Theresa May de tenter une troisième fois de faire ratifier par les parlementaires son accord de retrait de l'Union européenne, déjà rejeté à deux reprises. Rien n'est encore joué sur ce point, tout comme du côté des négociations commerciales en cours entre les Etats-Unis et la Chine. Si les discussions avancent, il faudra encore patienter plusieurs semaines avant que les pourparlers débouchent sur un éventuel accord concret.

Sur le front des entreprises, Boeing a fait couler beaucoup d'encre à la suite du crash du 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines dimanche dernier. En France, les résultats de Lagardère, Spie ou encore Korian ont été salués. A l'inverse, Casino et Maisons du Monde ont été sanctionnés.

Les valeurs

* Spie flambe de 19% après la publication de résultats annuels marqués par une croissance organique de 2,6% et un résultat net ajusté de 216,2 ME (+1,8%). Pour 2019, le groupe envisage une croissance de sa production de 2,5 à 4,5% à change constant, y compris acquisitions 'bolt-on', une marge d'Ebita consolidée d'au moins 6% et une poursuite de la réduction du levier financier. Jefferies évoque une croissance organique meilleure que prévu et un Ebita en ligne avec ses attentes.

* Bastide s'envole de 16,5%. Au cours du premier semestre 2018-2019, la firme a réalisé un chiffre d'affaires de 165,8 ME, en croissance de 24% dont +6,9% en organique. Le résultat opérationnel courant est en hausse de 37,7%, à 14,3 ME. Cette performance porte la marge opérationnelle courante à 8,6%.

* CGG bondit de 14,7% dans le sillage des cours du pétrole.

* Korian grimpe de 11,3%. Fort de résultats 2018 supérieurs aux attentes et d'une forte dynamique de développement, le groupe a revu à la hausse ses prévisions pour 2019, et vise désormais une croissance du chiffre d'affaires supérieure ou égale à 8%, soit 160 points de base de plus que celle enregistrée en 2018, et une marge opérationnelle supérieure ou égale à 14,5%, ce qui représente un gain de 20 points de base par rapport à 2018.

* Tarkett (+9,8%) a, comme déjà annoncé lors de la présentation des résultats annuels, engagé une revue de ses priorités stratégiques. L'objectif est d'améliorer structurellement la rentabilité, mais aussi de rendre l'organisation plus agile, de saisir les opportunités du digital et de renforcer le leadership du groupe dans l'économie circulaire. Le nouveau plan stratégique, qui reprendra ces éléments, sera présenté par l'équipe de direction de Tarkett lors d'une Journée investisseurs qui aura lieu le 19 juin 2019 à Paris.

* Elis rebondit de 9,5% après avoir été secoué la semaine passée dans le sillage de ses comptes annuels.

* Iliad qui avait perdu environ un tiers de sa valeur boursière depuis le début de l'année, se redresse de 7,8%. Dans un communiqué, le groupe s'est réjoui du succès de sa Freebox Delta, qui franchit le cap des 100.000 abonnés en moins de deux mois.

* Lagardère s'adjuge 6,6% après la publication d'un bénéfice net part du Groupe 2018 de 194 ME, contre 176 ME en 2017. Pour 2019, la firme prévoit une progression du Résop du périmètre d'activités cible comprise entre +4% et +6% à change constant et hors acquisition de HBF. Comme pour l'exercice 2017, le dividende ordinaire proposé à l'Assemblée Générale des actionnaires au titre de l'exercice 2018 sera fixé à 1,30 euro par action.

* Airbus gagne 5,8%. Lufthansa a choisi d'acquérir ses nouveaux appareils long-courrier auprès d'Airbus et de Boeing. Dans le détail, la compagnie allemande a commandé 20 A350 et 20 B787-9. Aux prix catalogue, la commande totale représente 12 milliards de dollars mais les transporteurs obtiennent généralement des rabais significatifs, ce qui est le cas ici pour Lufthansa. Les investisseurs commencent par ailleurs à parier sur le fait que les déboires de Boeing et son 737 MAX puissent profiter à l'avionneur européen.

* GL Events (+2,2%), après avoir réalisé de belles performances en 2018, avec un chiffre d'affaires en croissance de +9% à 1,04 milliard d'euros (953,8 ME en 2017). Le Groupe a amélioré sa rentabilité avec 9,4% de marge opérationnelle courante (8,9% en 2017). GL Events a dégagé 52,6 ME de résultat net, en hausse de 14,9%. Le management se donne un objectif de croissance 2019 de chiffre d'affaires supérieur à 7% à parités monétaires constantes.

A l'inverse, * Haulotte plonge de 10,9%, sanctionné après avoir fait état de résultats annuels décevants. Le fabricant de nacelles élévatrices a vu sa rentabilité reculer en 2018 avec un résultat opérationnel courant de 37,1 ME (hors gains et pertes de change), en baisse de 13%, malgré des revenus consolidés en hausse de 14% à 558 ME. Le groupe vise en 2019 une croissance de ses ventes et de son résultat opérationnel courant (hors gains et pertes de change) voisine de +10%.

* Maisons du Monde chute de 10,4%, après des perspectives jugées décevantes pour 2019. Le groupe envisage la poursuite d'une croissance des ventes 'autour de 10%', 35-40 ouvertures brutes de magasins dont deux tiers hors de France (incluant 5 pour Modani) et environ 10 fermetures en France pour repositionnement, et une marge d'EBITDA supérieure à 13%. Les pessimistes se concentreront sur la prévision de croissance des ventes pour 2019 (10% contre 12%-14% indiqué lors de l'IPO) mais à notre avis, cet objectif est compréhensible étant donné la macroéconomie française", note Jefferies.

* Casino abandonne 7,7%. Si le distributeur a dévoilé des résultats annuels globalement en ligne avec les attentes des investisseurs, le cash-flow opérationnel et la capacité du groupe stéphanois à réduire sa dette interrogent toujours. "Casino a livré un tableau très positif de free cash-flow, mais si vous appliquez des méthodes de reporting plus standard et que vous excluez le cash tiré des cessions d'actifs (comme les ventes de murs de Monoprix, ndlr), vous obtenez un free cash-flow négatif en France", note Bruno Monteyne, analyste de Bernstein.

* Bourbon perd 6,6%. Le groupe de services maritimes pour l'offshore pétrolier et gazier n'est toujours pas parvenu à redresser la barre l'an passé, essuyant une nouvelle perte nette part du groupe de 457,8 millions d'euros (contre -576 ME en 2017). "Malgré la stabilisation du prix du pétrole qui se confirme et la reprise des investissements de nos clients pétroliers, nous évoluons toujours dans un contexte de marché difficile", a déclaré Gaël Bodénès, directeur général de la société.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.