Trigano : quel impact pour la cyberattaque ?

Trigano : quel impact pour la cyberattaque ?
Un camping-car du Slovène Adria, racheté par Trigano en septembre 2017.

Boursier.com, publié le vendredi 12 février 2021 à 09h59

Trigano recule de 2% ce vendredi à 149 euros. Le groupe a été victime le 9 février d'une cyberattaque de type "rançongiciel" qui a bloqué une partie des serveurs de l'entreprise. Plusieurs "business units", notamment en France, Italie, Espagne et Allemagne ont dû ralentir, voire arrêter leur activité de production... Une équipe d'experts a été mobilisée pour évaluer puis traiter les conséquences de l'attaque, qui ne semble pas avoir atteint les données des ERP. Accompagnée des équipes de Trigano, elle travaille activement à la mise en place de systèmes et d'applications de "back-up" qui permettront de travailler d'abord en mode dégradé et de manière sécurisée, tout en poursuivant les investigations nécessaires à la restauration complète des systèmes. A ce stade, "il ne semble pas que des données à caractère personnel aient été subtilisées".

Trigano recule de 2% ce vendredi à 149 euros. Le groupe a été victime le 9 février d'une cyberattaque de type "rançongiciel" qui a bloqué une partie des serveurs de l'entreprise. Plusieurs "business units", notamment en France, Italie, Espagne et Allemagne ont dû ralentir, voire arrêter leur activité de production... Une équipe d'experts a été mobilisée pour évaluer puis traiter les conséquences de l'attaque, qui ne semble pas avoir atteint les données des ERP. Accompagnée des équipes de Trigano, elle travaille activement à la mise en place de systèmes et d'applications de "back-up" qui permettront de travailler d'abord en mode dégradé et de manière sécurisée, tout en poursuivant les investigations nécessaires à la restauration complète des systèmes. A ce stade, "il ne semble pas que des données à caractère personnel aient été subtilisées".

La production des "business units" concernées par cette attaque devrait reprendre progressivement dans le courant de la semaine prochaine. Les pertes d'exploitation consécutives à cet incident sont couvertes par la police d'assurance des risques de cybercriminalité souscrite par le groupe...

"Difficile d'évaluer l'impact de cette interruption de production sans connaître le nombre de sites touchés, ni leur catégorie de produits" commente Portzamparc dans une note. "En première approche, avec une reprise progressive courant de semaine prochaine et la couverture financière par les assurances, l'impact devrait être limité" estime cependant l'analyste qui reste à l'achat sur le dossier en visant un cours de 170 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.