Trump affole les marchés, le CAC40 perd 4,5% sur la semaine !

Trump affole les marchés, le CAC40 perd 4,5% sur la semaine !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 août 2019 à 17h45

Les investisseurs n'avaient sans doute pas prévu une fin de semaine aussi agitée. Alors que la saison des trimestriels battait son plein, il a suffi de quelques tweets de Donald Trump et d'une déclaration pour mettre le feu aux poudres. Le président américain a annoncé, à partir du 1er septembre, la mise en place de droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises encore non taxées... En réponse, le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé que la Chine prendrait des mesures de rétorsion si les Etats-Unis passaient à l'acte. De quoi relancer la guerre commerciale entre les deux premières puissances du globe et renforcer un peu plus les craintes pesant sur la croissance mondiale.

L'actualité de la semaine a également été marquée par la baisse de taux, d'un quart de point, de la Réserve fédérale, la première depuis plus de 10 ans. Jerome Powell a toutefois douché les espoirs de voir s'amorcer un cycle de détente monétaire, affirmant que cette réduction de taux était un "ajustement monétaire de milieu de cycle".

Enfin, plusieurs dizaines d'entreprises ont dévoilé leurs comptes de part et d'autre de l'Atlantique. Des résultats globalement bien accueillis malgré quelques déceptions. Du côté des bons élèves, on citera Air France KLM, EssilorLuxottica, M6, Altice Europe, la Société Générale ou encore Euronext. A l'inverse, ArcelorMittal, Maisons du Monde, Manitou ou L'Oréal ont été sanctionnés.

Au final, le CAC40 cède 4,48% sur la semaine, à 5.359 points ce vendredi soir. De quoi ramener la performance de l'indice depuis le premier janvier à un peu plus de 13%.

Les valeurs

* Air France KLM flambe de 11%. Après des solides résultats trimestriels et l'annonce du prochain renouvellement de sa flotte court et moyen-courrier, la compagnie franco-néerlandaise va pouvoir poursuivre le développement de Transavia France. Les pilotes du SNPL, syndicat majoritaire chez AF, ont voté à 78% en faveur de l'expansion de la low cost au-delà de sa limite actuelle de 40 avions. Plusieurs notes favorables d'analystes ont également soutenu le titre. La dernière en date vient de MainFirst qui a rehaussé de 'neutre' à 'surperformer' sa recommandation tout en portant sa cible de 8,5 à 13 euros.

* ALD bondit de 8% après la présentation de ses comptes semestriels et le maintien de sa guidance annuelle. La filiale de la SG a dégagé sur les six premiers mois de l'année un bénéfice quasi stable à 280 ME pour un résultat opérationnel brut de 681,4 millions d'euros, en hausse de 1,6%. Le coefficient d'exploitation hors ventes de voitures d'occasions s'est établi à 49,4% contre 50,7% un an plus tôt. Le groupe gérait une flotte totale de 1,7 million de véhicules à travers le monde à fin juin 2019, en hausse de 7,2% sur un an.

* EssilorLuxottica prend 3,7%. Le numéro un mondial des lunettes et verres optiques a dévoilé des résultats intermédiaires en hausse et supérieurs aux attentes des analystes tout en officialisant le projet d'acquisition de GrandVision pour un montant pouvant atteindre 7,2 milliards d'euros. Alors que l'opération est prévue dans un délai de 12 à 24 mois, EssilorLuxottica souligne que le rachat de GrandVision lui permettrait de se développer principalement en Europe, sa cible comptant plus de 7.200 magasins et 37.000 salariés dans le monde et affichant 3,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel.

* Korian gagne 3,5% après avoir dévoilé un chiffre d'affaires semestriel de 1,767 MdE, soit +8,2%, dont +3,8% de croissance organique. Les analystes ont souligné l'amélioration de +70 points de base de la marge opérationnelle à 14,6% avec une bonne maîtrise des coûts de structure, notamment en France et en Allemagne. Le Résultat net part du Groupe atteint 60,1 ME, soit une hausse de 9,1%. La société se dit confiante dans la réalisation des objectifs pour l'exercice 2019 avec une croissance du chiffre d'affaires supérieure ou égale à 8% et une marge opérationnelle supérieure ou égale à 14,5%.

* M6 progresse de 2,6%. Le groupe de médias a réalisé au premier semestre un résultat net part du groupe de 88,4 ME, en hausse de 11,1%, pour un chiffre d'affaires publicitaire de 539,3 ME (+2,3%).

A l'inverse, * Manitou s'effondre de 23,7%. Si le groupe a réalisé un premier semestre record et confirmé ses perspectives 2019, les opérateurs ont noté que la guidance implique de fait une décroissance sur la deuxième partie de l'année. Comme le souligne également Portzamparc, l'attentisme des clients se traduit par une forte baisse des prises de commandes (-30% au premier semestre). Suite à cette publication, finalement peu rassurante, la maison de bourse a abaissé sa recommandation à 'renforcer' avec un objectif réduit de 36,4 à 29 euros.

* Eramet plonge de plus de 17,5%, plombé par un avertissement sur résultats compte tenu de conditions de marché plus dégradées qu'en début d'année. Le groupe minier table désormais sur un Ebitda 2019 inférieur à celui de l'exercice passé alors qu'il visait précédemment un niveau "proche" de celui enregistré l'an passé. L'Ebitda du 2e semestre devrait néanmoins être nettement supérieur à celui du 1er semestre compte tenu des "gains opérationnels" attendus sur l'année. Pas suffisant pour rassurer le marché...

* Maisons du Monde chute de 15%. Le spécialiste de l'ameublement et de la décoration a pourtant confirmé ses objectifs annuels mais les opérateurs ont sanctionné la contraction des marges sur les six premiers mois de l'année. Le groupe explique cette dégradation de la rentabilité par des effets de changes, des promotions pour déstocker et des coûts marketing et logistiques pour accompagner la forte croissance de Modani aux Etats-Unis. Le management prévoit toutefois "une amélioration significative de la marge d'EBITDA" au second semestre 2019, grâce à la saisonnalité traditionnelle de l'activité, un effet de change plus favorable, une moindre intensité promotionnelle et une contribution accrue de Modani. Une prévision qui ne semble pas suffire au marché...

* Faurecia abandonne 10,8% et PSA Groupe cède 9,5%, victimes du regain de tension sur le front commercial sino-américain.

* Rexel trébuche de 10,6% malgré la confirmation de ses objectifs annuels. Alors que l'EBITA ajusté a progressé de 2% au cours des six premiers mois de l'année, les opérateurs se montrent sceptiques quant à l'atteinte d'une croissance comprise entre 5% et 7% de cet indicateur sur l'ensemble de l'exercice. Et ce malgré la confiance affichée par la direction.

* Bic tombe de 10,1%. Si la firme a maintenu ses objectifs annuels, ses résultats sont ressortis inférieurs aux attentes au deuxième trimestre avec un bénéfice net de 50,3 ME pour des revenus de 544,8 ME, en hausse de 0,2% mais en recul de 1,3% en base comparable. Sur les six premiers mois de l'année, la marge d'exploitation normalisée est ressortie à 15,9%, en baisse de 3,7 points...

* Vicat rend 8,1% après la présentation de ses comptes intermédiaires. Le cimentier a vu son EBIT se contracter de 9,4% à 97 ME (-8,0% à périmètre et taux de change constants) malgré un chiffre d'affaires consolidé de 1,340 MdE, en progression de +4,6% en base publiée mais en repli de -0,6% à périmètre et taux de change constants. Le groupe s'attend à une nette amélioration de son EBITDA et à une progression de son résultat net sur l'ensemble de l'année.

* Crédit Agricole n'a pas échappé pas au repli généralisé du marché, en retrait de 6%. A l'image de la Société générale, la banque verte a vu ses résultats reculer au deuxième trimestre mais est malgré tout parvenue à renforcer sa solvabilité. Le ratio "common equity tier one" (CET1) s'est amélioré de 0,1 point sur le trimestre, à 11,6%. Et la banque entend maintenir ce ratio au-dessus de 11% à horizon 2022.

* Société Générale 'limite' son repli à 2,9%. Si la banque a vu ses résultats reculer au premier semestre, notamment pénalisée par sa banque de financement et d'investissement, les investisseurs ont apprécié l'amélioration du côté du bilan, avec un ratio 'Common Equity Tier 1' de 12% à fin juin, en hausse de 52 points de base par rapport au dernier trimestre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.