Trump déglingue la Fed et Powell, après la baisse des taux

Trump déglingue la Fed et Powell, après la baisse des taux
Donald Trump et le président de la Fed Jerome Powell à Washington.

Boursier.com, publié le jeudi 01 août 2019 à 09h46

Une baisse des taux d'un quart de point de la Fed à 2-2,25% hier soir, dans un contexte d'expansion économique, semblait pourtant un geste bien généreux. Mais c'était sans compter sur les exigences du président américain Donald Trump, prêt à tout pour sa réélection. Ainsi, sur le réseau social Twitter qu'il affectionne tant, Trump a immédiatement dézingué la Fed et son patron Jerome Powell, comme il en a désormais l'habitude. "Ce que le Marché voulait entendre de Jay Powell et de la Réserve Fédérale était qu'il s'agissait du début d'un cycle long et agressif de réduction des taux qui aurait suivi le rythme de la Chine, de l'Union européenne et d'autres pays à travers le monde. Comme d'habitude, Powell nous a laissé tomber, mais au moins, il met fin au resserrement quantitatif, qui n'aurait pas dû commencer en premier lieu - pas d'inflation. Nous gagnons quand même, mais la Réserve fédérale ne m'aide vraiment pas beaucoup!"

....As usual, Powell let us down, but at least he is ending quantitative tightening, which shouldn't have started in the first place - no inflation. We are winning anyway, but I am certainly not getting much help from the Federal Reserve!
- Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

"Les experts déclaraient que la Fed n'aurait pas dû resserrer (ndlr : sa politique monétaire), puis ont attendu trop longtemps pour réparer leur erreur. James Bullard de la Fed de St. Louis a déclaré qu'ils avaient attendu trop longtemps pour corriger l'erreur qu'ils avaient commise en décembre dernier", a ajouté Trump dans un autre tweet hier soir.

Experts stated that the Fed should not have tightened, and then waited too long to undo their mistake. James Bullard of St. Louis Fed said they waited too long to correct the mistake that they made last December. "Mistake, Powell cut rate and then he started talking." @LouDobbs
- Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Les commentaires de Jerome Powell hier soir lors de la conférence de presse consécutive à l'annonce d'une baisse de taux des 'fed funds' d'un quart de point (baisse conforme au consensus de place) à 2-2,25% ont balayé les espoirs d'amorce d'un éventuel cycle d'assouplissement monétaire... Il faut néanmoins dire que rien dans les conditions actuelles - hormis la volonté féroce de réélection de Trump - ne justifie de politique de taux aussi accommodante. Powell a d'ailleurs fait état hier d'un "ajustement monétaire de milieu de cycle", formule qui visiblement n'a pas plu aux investisseurs, le Dow Jones ayant reperdu 1,23% (334 points) et le Nasdaq 1,19% à la clôture. La formulation de Powell ne laisse en effet pas envisager de fortes réductions de taux à l'avenir. La décision monétaire d'hier diffère en effet grandement d'un début de cycle durable de baisse des taux.

Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité la plus forte au 11 décembre, date de la dernière réunion monétaire de l'année, est maintenant celle d'une fourchette de taux de 1,75-2% (probabilité de 43%), ce qui traduirait juste un nouveau geste d'un quart de point sur les taux d'ici la fin de l'année. La fourchette 1,50-1,75% recueille 32,1% de probabilité et correspondrait à une baisse d'un demi-point - ou plutôt deux baisses d'un quart de point... Enfin, une stabilité des taux est maintenant bel et bien envisageable sur le reste de l'année ('proba' significative de 17,4%), ce qui n'amuserait évidemment guère le leader de la Maison blanche mais ferait au contraire le bonheur de Twitter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.