Trump n'a pas encore décidé d'une attaque sur la Syrie, Wall Street rebondit

Trump n'a pas encore décidé d'une attaque sur la Syrie, Wall Street rebondit©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 12 avril 2018 à 13h10

La cote américaine se redresse avant bourse ce jeudi, alors que Donald Trump vient de nuancer son propos au sujet des missiles qui menaceraient la Syrie. "Je n'ai jamais dit quand une attaque contre la Syrie aurait lieu. Ce pourrait être très bientôt ou pas aussi tôt que cela! En tout état de cause, les États-Unis, sous mon administration, ont fait un excellent travail pour débarrasser la région de l'Etat islamique. Où est notre 'Merci l'Amérique'?", a lancé Trump ce jour sur le réseau social Twitter.

Never said when an attack on Syria would take place. Could be very soon or not so soon at all! In any event, the United States, under my Administration, has done a great job of ridding the region of ISIS. Where is our "Thank you America?"
- Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Les craintes d'intervention militaire rapide s'apaisent donc quelque peu ce jour. Le S&P500 en profite pour reprendre 0,6% avant bourse. Le Nasdaq affiche un gain comparable en pré-séaace.

Wall Street fléchissait hier, malgré la réconciliation apparente des États-Unis et de la Chine sur les questions commerciales. Le DJIA abandonnait 0,9% en clôture, tandis que le Nasdaq perdait 0,4%. Les marchés s'inquiétaient donc essentiellement du dossier syrien, craignant des frappes visant le régime de Damas, après l'attaque chimique présumée de Douma...

Donald Trump en avait d'ailleurs profité pour livrer hier un tweet menaçant : "La Russie promet d'abattre tous les missiles lancés contre la Syrie. Préparez-vous la Russie, parce qu'ils arriveront, beaux et nouveaux et 'intelligents!' Vous ne devriez pas être les partenaires d'un Animal Tuant par le Gaz qui tue son peuple et y prend plaisir!".

Russia vows to shoot down any and all missiles fired at Syria. Get ready Russia, because they will be coming, nice and new and "smart!" You shouldn't be partners with a Gas Killing Animal who kills his people and enjoys it! - Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Trump ajoutait : "Notre relation avec la Russie est désormais pire qu'elle ne l'a jamais été, et cela inclut la Guerre froide. Il n'y a pas de raison à cela. La Russie a besoin de nous pour l'aider avec son économie, ce qui serait très facile à faire, et nous avons besoin que toutes les nations travaillent ensemble. Arrêtez la course aux armements?"

Our Russia been, Cold War. There this. Russia economy, do, together. Stop race? - Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Ce jeudi, le président américain tempère donc ses ardeurs belliqueuses, ce qui devrait permettre aux marchés financiers de souffler.

Les tensions sont également retombées d'un cran, sur le front commercial cette fois, entre les États-Unis et la Chine, après une escalade des menaces qui avait fait craindre le pire. Sur le réseau social Twitter, avant-hier soir, le président américain Donald Trump a adressé ses remerciements à son homologue chinois. "Très reconnaissant envers le président chinois Xi pour ses paroles aimables sur les tarifs et les barrières automobiles ... ainsi que pour ses éclaircissements concernant la propriété intellectuelle et les transferts de technologie. Nous allons faire de grands progrès ensemble!"

Very President Xi China's barriers...also, transfers. We together! - Donald J. Trump (@realDonaldTrump)

Trump répondait avant-hier au discours du président chinois Xi Jinping, qui s'était montré diplomate et conciliant lors du Forum de Boao, considéré comme le 'Davos de l'Asie'. Xi a réaffirmé sa volonté d'ouvrir l'économie chinoise et de réduire les taxes sur les importations sur certains produits.

Xi Jinping a essentiellement confirmé, mardi, des engagements antérieurs de la Chine. Le dirigeant affirme que la Chine va donc faciliter l'accès à son marché pour les investisseurs étrangers. Le président s'engage en particulier à relever le seuil de détention des entreprises étrangères dans les secteurs de l'automobile, de la construction navale ou de l'aéronautique. Concernant l'automobile, le seuil est actuellement fixé à 50% des 'joint ventures' sectorielles... Xi a aussi manifesté son intention d'ouvrir le secteur financier aux investissements externes. En outre, le président chinois a expliqué que son pays allait prendre des mesures afin de protéger les propriétés intellectuelles des firmes étrangères...

Sans évoquer de zone géographique précise, Xi Jinping assure que "cette année, nous allons considérablement réduire les taxes sur les importations automobiles, et en même temps réduire les tarifs à l'importation sur certains autres produits". Le dirigeant chinois a fustigé les 'mentalités de guerre froide' et d'isolationnisme... Les dernières interventions de Trump et de son homologue chinois permettent donc d'espérer l'ouverture de négociations. En effet, Xi Jinping vient d'évoquer tous les problèmes précédemment soulevés par les USA.

Sur le front économique aux USA ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage et les prix à l'import seront connus à 14h30.

BlackRock, Rite Aid et Delta Air Lines, annoncent par ailleurs leurs derniers résultats financiers trimestriels ce jour à Wall Street.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.