Ubisoft gagne son bras de fer avec Vivendi et s'allie à Tencent

Ubisoft gagne son bras de fer avec Vivendi et s'allie à Tencent©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 21 mars 2018 à 09h14

Ubisoft a gagné son bras de fer avec Vivendi. Le groupe de Vincent Bolloré a annoncé hier qu'il se séparait de ses 27,27% au capital du numéro un français du jeu vidéo, ce qui sonne comme une capitulation au vu de ses ambitions initiales d'en prendre le contrôle. Au niveau financier, difficile en revanche de parler de défaite : en cédant pour 2 milliards d'euros une participation acquise pour 794 ME, Vivendi réalise une belle bascule en un laps de temps très court. A défaut de se quitter bons amis, on se quitte sans que personne n'en souffre, bien au contraire. Vivendi a les poches pleines. Ubisoft pèse nettement plus lourd en bourse et ses processus internes ont sans doute été améliorés sous l'aiguillon de son encombrant investisseur.

Pour céder ses 30,49 millions d'actions, placées à 66 euros (soit une décote de 3,7% sur le cours de clôture de 68,56 euros, relativement modérée au regard de l'afflux de papier), Vivendi a fait appel à des investisseurs institutionnels pour 18,37 millions d'actions, dont plus de la moitié seront acquises par des investisseurs choisis par Ubisoft. Environ 3 millions d'actions seront achetées au comptant par le holding de la famille Guillemot, Guillemot Brothers. Enfin, Ubisoft rachètera 9,09 millions de titres, en partie grâce à un montage avec le Crédit Agricole, dont 7,59 millions ont vocation à être annulées et le solde à être conservé ou ajouté au placement privé en fonction de la demande (la demande a finalement été forte et Vivendi a placé les 1,5 million d'actions concernées auprès d'investisseurs). A l'issue des opérations, Vivendi ne sera plus actionnaire d'Ubisoft et s'est engagé à ne pas acquérir d'actions pendant cinq ans.

Gros accord commercial et capitalistique avec Tencent

En parallèle, le groupe dirigé par Yves Guillemot a fait état d'un accord majeur avec le chinois Tencent, qui va publier et promouvoir des jeux Ubi sur son marché domestique. Le groupe estime que cela devrait contribuer à rendre ses franchises populaires dans un pays qui compte plus de 500 millions de joueurs. Tencent fait partie des investisseurs qui vont mettre la main à la poche pour racheter des titres de Vivendi, en l'occurrence environ 5% du capital. "Vivendi est out, Tencent est in", s'amuse Tim O'Shea, de Jefferies, qui recommande d'acheter l'action Ubisoft, qu'il valorise 76 euros. La sortie de Vivendi du capital résout un certain nombre d'interrogations : il n'y aura pas d'OPA hostile. Il n'y aura pas non plus de cession de titres désorganisée. L'accord avec Tencent a une importance particulière aux yeux de l'analyste, qui estime que sur le long terme, la Chine pourrait devenir une contributrice bien plus importante aux revenus d'Ubisoft.

O'Shea a noté que le management d'Ubi a profité hier des annonces pour confirmer ses prévisions 2018 et 2019, ce qui n'est pas anodin au regard des rumeurs qui ont récemment circulé, laissant penser que Far Cry 5 pourrait souffrir de l'engouement actuel pour Fortnite, l'un des jeux les plus populaires du moment sur console.

La perte de la "prime spéculative Vivendi" ne contrarie pas vraiment le marché, qui l'a peut-être déjà remplacée par une "prime spéculative Tencent" : le titre gagne 3,4% à 70,88 euros en matinée à la Bourse de Paris. La forte demande pour les actions placées par Vivendi n'y est pas étrangère non plus.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Ubisoft gagne son bras de fer avec Vivendi et s'allie à Tencent
  • avatar
    ajlbn -

    référence à l'article :
    1968, année de révoltes et d'espoirs dans le monde
    Statut : refusé
    En résumé, le truc du gouvernement et de Macron, c'est de prendre aux retraités, pour redonner aux actifs, afin que ces derniers puissent payer nos retraites! C'est l'économie circulaire, car autant laisser l'argent ponctionné aux retraités! C'est donc encore une preuve qu'il faut que la caste d'en bas, celle des riens, et des pas grand chose (selon le vocabulaire du dogme) se suffise à elle même, à enveloppe quasi constante, et en son sein, se répartisse les miettes des richesses, sans coûter aux classes qui se croient supérieures et qui décident!
    Donc, le progrès partagé par tous, c'est encore une foutaise marketing, et il ne faut pas compter sur une amélioration de la conjoncture pour bénéficier des fruits éventuels, qui seront partagés entre le remboursement de la dette, les nantis, les actionnaires, et autres spéculateurs, agioteurs, boursicoteurs, ni sur un rapatriement forcé des évasions fiscales et autres privilèges des ultra riches! La France a 40 milliardaires surement peu disposés à pratiquer la théorie du ruissellement si cher à nos élites. Tous dans la rue le 22 pour un printemps de luttes!
    Mai 1968 c'est demain
    06 censuré-repassé