UFF : retour aux bénéfices au deuxième semestre 2020

UFF : retour aux bénéfices au deuxième semestre 2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 26 février 2021 à 19h18

Le Conseil d'administration de l'Union Financière de France Banque (UFFB), qui s'est tenu le 26 février 2021, a arrêté les comptes de l'exercice clos au 31 décembre 2020. L'activité commerciale a été fortement contrainte par la crise sanitaire. Au 1er semestre 2020, la mise en oeuvre du confinement de la population a rendu impossibles les rendez-vous physiques en clientèle pour le réseau commercial de l'UFF durant 10 semaines, justifiant le recours aux mesures de chômage partiel prises entre mi-avril et mi-juin. L'activité a ensuite progressivement repris au 2d semestre pour se conclure avec un mois de décembre très dynamique.

Le Conseil d'administration de l'Union Financière de France Banque (UFFB), qui s'est tenu le 26 février 2021, a arrêté les comptes de l'exercice clos au 31 décembre 2020.
L'activité commerciale a été fortement contrainte par la crise sanitaire. Au 1er semestre 2020, la mise en oeuvre du confinement de la population a rendu impossibles les rendez-vous physiques en clientèle pour le réseau commercial de l'UFF durant 10 semaines, justifiant le recours aux mesures de chômage partiel prises entre mi-avril et mi-juin. L'activité a ensuite progressivement repris au 2d semestre pour se conclure avec un mois de décembre très dynamique.

L'année 2020 se caractérise également pour l'UFF par l'entrée en vigueur, au 1er janvier, d'un nouveau contrat de travail pour le personnel commercial. Cet investissement permet le recrutement de professionnels qualifiés et favorisera la rétention de nos meilleurs collaborateurs. Les coûts de transition liés à la mise en place de ce nouveau modèle ont toutefois grevé les charges d'exploitation du Groupe, réduisant ainsi sa rentabilité.
Les mesures d'économies ont, quant à elles, permis de réduire les frais courants (-9%) et de poursuivre les investissements de modernisation définis dans le plan stratégique, à un rythme modulé pour tenir compte du contexte sanitaire.

Activité commerciale

L'activité commerciale globale s'élève à 1.294 ME, à comparer à 1.592 ME en 2019 :
L'activité commerciale du réseau Salarié est en diminution de 18%, impactée par la crise sanitaire et économique et par la baisse de 9% de l'effectif moyen commercial en partie liée aux départs consécutifs à la mise en place du nouveau contrat de travail fin 2019. A l'exception du secteur des Valeurs Mobilières, en hausse de 18%, les autres secteurs sont en baisse. L'Immobilier recule de 39%, (-37% pour l'immobilier direct et -41% pour les souscriptions en parts de SCPI), l'Assurance de 11% et le secteur Entreprise de 1%. L'UFF affiche ainsi une performance commerciale globalement en ligne avec la moyenne du secteur et légèrement meilleure dans le domaine de l'Assurance.
Le réseau d'indépendants affiche une contraction de 31% de la collecte commerciale par rapport à 2019. La nouvelle offre de services déployée par CGPE a néanmoins fait ses preuves en 2020 avec un volume de rattachement de portefeuilles assurantiels proche de 101 ME, ce qui impactera favorablement les commissions sur encours.

Résultats financiers consolidés 2020

Les résultats financiers consolidés 2020 se caractérisent par :

Une collecte nette négative de -134 ME (+86 ME au 31 décembre 2019), du fait de la baisse de la collecte commerciale conjuguée à des remboursements de fonds à terme (65 ME en 2020 contre 9 ME en 2019).
Des actifs administrés en fin de période de 12,2 MdsE (pour 12,4 MdsE au 31 décembre 2019 et 11,8 MdsE au 30 juin 2020), en baisse limitée de 1%. Cette diminution est essentiellement liée à la collecte nette négative, les variations de cours ayant peu d'impact (+23 ME) malgré la très forte volatilité boursière constatée sur l'exercice.
Un Produit Net Bancaire de 179,1 ME, en baisse de 11% sur l'année après un repli de 18% au 1er semestre 2020. Corrélées à la collecte commerciale, les commissions de placement (-22%) reculent sur les principaux secteurs d'activité : l'Assurance vie -9%, l'Immobilier direct -40% et les SCPI -42%. A contrario, les secteurs de l'Entreprise et des Valeurs Mobilières progressent respectivement de +10% et +34%.
Les commissions sur encours sont stables par rapport à 2019 à 110,5 ME, malgré une légère baisse des actifs moyens administrés (-0,7%).

Le résultat financier affiche une perte de -1,9 ME (+1,5 ME en 2019), principalement liée au portefeuille d'OPC, détenu en propre et impacté par le choc qu'ont connu les marchés financiers à la fin du 1er trimestre 2020.

Un résultat d'exploitation de 8,7 ME, en recul de 73%, du fait de la baisse du PNB combiné à la stabilité des charges d'exploitation. En effet, malgré la bonne maîtrise des frais généraux qui diminuent de 9% sous l'effet des mesures d'économies budgétaires, les rémunérations commerciales sont en hausse de 3% pour un effectif commercial moyen en baisse de 11%. Ceci est dû à la mise en place du nouveau contrat de travail au 1er janvier 2020 qui a engendré 6,4 ME de coûts de transition et conduit à une augmentation des salaires fixes des effectifs commerciaux et une corrélation moindre avec la collecte commerciale. Les frais de personnel administratif augmentent de 2% avec la progression de l'effectif moyen.
A noter que le résultat d'exploitation revient en territoire positif au 2d semestre, à 10,9 ME, effaçant la perte de -2,2 ME du 1er semestre 2020.

Un bénéfice net annuel de 5,6 ME, contre +20,9 ME en 2019. Le coût du risque demeure maîtrisé (-0,7 ME).

Proposition de dividende ordinaire en numéraire

Le Conseil d'Administration, réuni le 26 février 2021 pour arrêter les comptes, souhaite proposer à l'Assemblée Générale des actionnaires qui se tiendra le 19 mai prochain, le versement d'un dividende en numéraire. Conformément à la demande de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) exprimée dans le communiqué de presse du 18 février dernier, cette proposition, calculée en ligne avec le montant maximum recommandé par la Banque Centrale Européenne lors de sa communication du 15 décembre 2020, fait l'objet d'un examen par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et sera communiquée ultérieurement.

Pour mémoire, l'UFF avait suspendu sa distribution de dividendes en 2020 conformément aux recommandations de la Banque Centrale Européenne et de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution.
Sous réserve des dispositions légales et réglementaires applicables, et notamment l'approbation par l'Assemblée Générale des actionnaires, le dividende sera détaché et mis en paiement le 26 mai 2021.

Structure financière

La structure bilancielle consolidée est saine avec une trésorerie de 215 ME et des dettes et créances d'exploitation exclusivement à court terme.
Les capitaux propres consolidés, avant distribution du dividende, s'élèvent à 171 ME, contre 167 ME au 31 décembre 2019.
Ces éléments traduisent la solidité financière de l'UFF, satisfaisant ainsi les exigences réglementaires avec un ratio de solvabilité CRD IV Bâle 3 de 30,4%.

Perspectives

L'année 2021 sera consacrée à la poursuite du déploiement du plan stratégique "Moderniser & Croître" et nos efforts se concentreront en particulier sur :
"L'investissement dans le réseau commercial avec une politique volontariste de recrutement et de formation de nos collaborateurs pour accompagner la consolidation des effectifs ;
La satisfaction de nos clients qui passe par une relation de proximité inscrite dans la durée avec les conseillers ;
Des dépenses maîtrisées avec la poursuite des investissements dans la digitalisation des processus et des frais courants maîtrisés.
Sauf nouvelle dégradation de la situation sanitaire et économique, le Groupe table sur une poursuite du redressement engagé au 2nd semestre 2020".

Enfin, le 23 février 2021, Aviva Plc a annoncé être entré en négociations exclusives avec Aéma Groupe (créé en janvier dernier à la suite du rapprochement entre Aésio et Macif) concernant la cession de sa filiale Aviva France. Le périmètre de l'opération comprend les activités d'assurance vie, d'assurance générale et de gestion d'actifs en France, ainsi que la participation (75%) dans UFF.

"La pandémie de Covid-19 a fortement contraint la dynamique commerciale du Groupe UFF. Notre priorité dans ce contexte a été de protéger nos clients et nos collaborateurs. Je remercie vivement nos équipes qui se sont adaptées tout au long de l'année, avec une grande agilité, pour maintenir l'activité et répondre aux besoins de nos clients.
Le redressement de l'activité et de nos résultats au second semestre, mais aussi la prolongation de ce contexte de crise sanitaire inédit, m'incitent à un optimisme prudent pour le nouvel exercice. Pour l'accompagner, je sais pouvoir compter sur nos collaborateurs qui ont démontré durant cette période difficile leur engagement pour l'entreprise et ses clients." déclare Julien Brami, Directeur Général de l'UFF.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.