Un 787 d'Air France cloué au sol, faute d'accord avec les pilotes

Un 787 d'Air France cloué au sol, faute d'accord avec les pilotes©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 22 mai 2018 à 11h06

Voici un nouvel épisode qui a de quoi faire sourire les détracteurs d'Air France. Sans doute un peu moins la direction et les clients de la compagnie nationale. Depuis le début du mois de mai, le 6ème Boeing 787 d'AF est cloué au sol en l'absence d'accord entre les pilotes et le management du groupe. Une immobilisation qui risque de coûter 2,5 millions d'euros par mois au transporteur, selon les informations du 'Parisien'. Dans une situation déjà compliquée, la direction de la compagnie envisagerait ainsi de louer l'appareil à Air Austral pour limiter les pertes. Elle pourrait également repousser la livraison des prochains Dreamliners.

La direction accuse le principal syndicat de pilotes dans cette affaire, le SNPL ayant refusé de prolonger l'accord valable jusqu'au 30 avril 2018 qui prévoyait que les instructeurs des Boeing 777 forment les pilotes des B 787. Selon la compagnie, le SNPL souhaite revoir les modalités qui régissent les retours d'expérience après chaque vol effectué. "Si les difficultés sont dues à une erreur du pilote, celui-ci n'est pas sanctionné, sauf si cette erreur est jugée "inacceptable". Actuellement, seule la direction possède le pouvoir de définir ce qui est "acceptable" ou pas. Mais le SNPL souhaite avoir son mot à dire, comme aux Etats-Unis", peut-on lire dans le quotidien.

"Avec cette direction, quand il y a un problème, c'est toujours la faute des syndicats", répond Philippe Evain, le patron du SNPL. "La vérité, c'est qu'elle n'a pas dimensionné le nombre d'instructeur aux besoins de formation pour le B 787".

Une nouvelle 'brouille' qui n'est pas sans conséquence sur l'activité de la compagnie dans la mesure où cette dernière a dû revoir son programme de vols vers Canton faute de pouvoir utiliser son appareil flambant neuf.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU