Une croissance poussive début 2018 pour JCDecaux, qui coule

Une croissance poussive début 2018 pour JCDecaux, qui coule©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 08 mars 2018 à 09h10

JCDecaux a publié des résultats plutôt solides en 2017, hormis au niveau du bénéfice net, grevé par les exceptionnels. Le marché a en revanche toutes les raisons d'être déçu par la projections d'une croissance organique limitée à 2% au 1er trimestre 2018. Une dynamique plus faible que prévu à cause de la décision de la justice administrative sur le contrat parisien et du décalage de l'ouverture du terminal 2 à Canton Baiyun. Il fallait s'y attendre, les premiers échanges sont difficiles pour le titre, qui plonge de 8% à 28,38 euros, dans de gros volumes. Le discours sur les éléments exceptionnels qui ont pesé sur la croissance organique au premier trimestre ne convainc visiblement pas vraiment. Cette guidance est décevante d'autant que l'effet de base devait être favorable, souligne ce matin Alexandre Koller, de Gilbert Dupont, dans une note à ses clients. L'analyste ne voit pas de raisons de modifier sa recommandation à alléger, d'autant que son objectif de cours est réduit de 33 à 31 euros.

2018 ne démarre pas comme prévu

Le groupe avait déjà fait part en janvier d'un chiffre d'affaires annuel en progression organique de 3,2%, à 3,47 milliards d'euros. Il annonce ce matin une marge opérationnelle ajustée qui grappille 1,1% à 653,5 ME, soit 18,8% du chiffre d'affaires, contre 19,1% en 2016. Le résultat d'exploitation ajusté s'accroît légèrement plus vite, à 358,1 ME, ce qui matérialise une marge de 10,3% après 10,4% en 2016. Le bénéfice net part du groupe se contracte de -8,6% à 204,3 ME, grevé par un ajustement défavorable sur les impôts différés à cause de la réforme fiscale américaine. Le groupe a subi une baisse marquée de son cash-flow disponible ajusté, qui recule à 143 ME, notamment à cause de l'augmentation des investissements et de l'alourdissement du besoin en fonds de roulement après la forte croissance de fin d'exercice et les loyers payés d'avance sur certains nouveaux contrats. Enfin, le groupe affichait une dette nette de 384 ME en fin d'exercice, en légère baisse sur un an. Un dividende inchangé de 0,56 euro sera proposé lors de la prochaine assemblée générale, programmé le 17 mai.

Le consensus de résultat opérationnel ressortait à 326 ME et celui de bénéfice net à 225 ME. La dette nette était attendue à 486 ME, mais le flux de trésorerie disponible à plus de 200 ME.

Le management se réjouit du record de chiffre d'affaires atteint en 2017 et des nouveaux contrats décrochés. Pour le trimestre en cours, la croissance organique devrait ressortir à 2% environ, amoindrie par la décision du Conseil d'Etat qui a confirmé l'annulation du contrat provisoire des mobiliers urbains de Paris et par l'ouverture de l'aéroport de Canton Baiyun, qui aura lieu au second trimestre. Le président et co-directeur général Jean-François Decaux souligne que le bilan est robuste et permet d'envisager de la croissance externe.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU