Unibail, l'ombre d'un doute sur Westfield ?

Unibail, l'ombre d'un doute sur Westfield ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 20 février 2018 à 06h57

L'offre d'Unibail-Rodamco sur Westfield est-elle mise en péril par le parcours boursier décevant du franco-néerlandais par rapport à l'australien ? C'est la question posée en filigrane par la presse des Antipodes, alors que le patron d'Unibail, Christophe Cuvillier et son directeur financier Jaap Tonckens sont en virée en Australie pour vendre leur projet à plusieurs actionnaires de Westfield. Le principal problème n'est pas le reflux des actions, personne n'y a vraiment échappé en ce début 2018, mais plutôt le fait que la baisse d'Unibail ait été supérieure à celle de Westfield, dégradant la parité d'une offre partiellement rémunérée en titres. Lorsque le projet a été annoncé fin 2017, les actions Westfield étaient valorisées environ 10 dollars australiens. Mais depuis, le décalage d'évolution des cours et les fluctuations de change ont ramené cette valeur sous les 9 AUD$.

Pour Christophe Cuvillier, le prix est juste et c'est le meilleur prix qu'il a à proposer. En pareilles circonstances, il n'est pas rare que des fonds activistes cherchent à obtenir de meilleures conditions. Pour autant, il n'est pas sûr qu'Unibail aura à aller jusqu'à ses derniers retranchements pour emporter la décision. Après tout, l'action est actuellement encore au-dessus de son niveau pré-annonce. Et comme le souligne l'Australian Financial Review, le conseil d'administration s'est unanimement prononcé en faveur du rapprochement, qui a reçu la bénédiction de la famille fondatrice et actionnaire, les Lowy. De quoi orienter la décision, même s'il faut que les deux-tiers des actionnaires soutiennent l'offre d'Unibail pour qu'elle aille à son terme. Westfield a prévu de tenir son assemblée générale le 11 avril prochain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU