Unibail-Rodamco-Westfield : la chute se poursuit, -15% en deux séances !

Unibail-Rodamco-Westfield : la chute se poursuit, -15% en deux séances !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 18 septembre 2020 à 09h28

Unibail-Rodamco-Westfield perd encore 4,5% à 34,3 euros en début de séance après avoir décroché de 10% jeudi. La foncière spécialisée dans l'immobilier commercial a annoncé hier le lancement d'un plan de renforcement de son bilan d'au moins 9 milliards d'euros incluant une augmentation de capital de 3,5 MdsE, une limitation des dividendes en numéraire, une réduction supplémentaire des investissements et 4 MdsE de cessions d'ici fin 2021.

Si au premier abord, ce plan montre les choix forts de la direction pour faire face à la situation actuelle, plusieurs analystes affirment que des questions subsistent quant à savoir si le montant levé lors de l'appel au marché sera suffisant. Morgan Stanley ('sous-pondérer') se dit par exemple surpris par le calendrier, qui intervient avant que le groupe n'ait terminé ses plans de cession. Il est à craindre qu'un grand nombre d'investisseurs considèrent encore que les plans de cession sont trop ambitieux compte tenu de l'appétit limité du marché pour les actifs immobiliers de détail et pourraient donc se demander si le montant levé sera suffisant...

Citi affirme de son côté que les opérateurs devraient saluer l'"action audacieuse" entreprise par Unibail et la tentative de réinitialisation de la stratégie qui a été remise en question. Cependant, la préoccupation initiale est de savoir si le plan supprime tout ce qui pèse sur le cours de l'action ou s'il s'agit d'un simple "pas en avant" par opposition à la "solution définitive" à la faiblesse du titre.

Hier, Berenberg soulignait que "la prochaine augmentation de capital sera très dilutive sur la base du cours actuel de l'action". "Il reste à voir si cette levée de fonds de 3,5 milliards d'euros sera suffisante pour soutenir les finances de manière structurelle et durable, d'autant plus que nous pensons que les opérations aux Etats-Unis continueront d'être un fardeau pour l'entreprise".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.