Vallourec communique sa position sur le projet de reprise de l'aciérie Ascoval

Vallourec communique sa position sur le projet de reprise de l'aciérie Ascoval©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 22 octobre 2018 à 18h03

Après que le Tribunal de Grande Instance de Strasbourg a décidé, le 29 janvier dernier, d'attribuer à Schmolz + Bickenbach l'ensemble des actifs d'Ascometal, à l'exception de l'aciérie Ascoval, une période a été ouverte pour permettre à un éventuel repreneur de proposer une solution assurant un avenir pérenne à cette usine.

Dans ce cadre, le Groupe a été sollicité par Altifort pour subventionner à hauteur de 51 ME son offre de reprise d'Ascoval. Au terme de l'examen de cette demande, Vallourec a communiqué aux administrateurs judiciaires, en charge de la procédure, qu'il ne lui est pas possible d'accéder à cette demande. Cela serait en effet contraire à la préservation des intérêts du Groupe, dès lors que les demandes d'Altifort contraindraient Vallourec à acheter à cette société son acier à des prix de plus de 30% supérieurs à ses autres sources d'approvisionnement, mettant en péril les activités françaises et européennes du Groupe, alors qu'elles consentent depuis plusieurs années des efforts considérables dans un contexte de marché extrêmement difficile. Il en va de même pour les subventions d'investissement demandées par Altifort.

Au surplus, l'examen du plan de reprise montre que les besoins de financement du projet ont été largement sous-évalués et ne sont financés que pour une part minime par Altifort. Le reste du financement nécessaire, qui dépasse largement les sommes demandées à Vallourec, devait venir d'hypothétiques prêteurs et investisseurs.

"Vallourec est pleinement conscient du désarroi des salariés d'Ascoval face au risque d'arrêt de l'usine. Si tel devait être le cas, le Groupe, qui n'a pas ménagé ses efforts depuis près de deux ans pour favoriser la recherche d'une solution pérenne pour l'aciérie, se mobiliserait à nouveau pour favoriser leur reclassement, à hauteur des besoins et possibilités de ses activités installées en Hauts de France, en lien avec les autorités compétentes" conclut le groupe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.