Veolia décline la nouvelle proposition de Suez

Veolia décline la nouvelle proposition de Suez©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 22 mars 2021 à 07h21

Suite à la proposition de Suez, Veolia a indiqué ne pas être "intéressé par le démantèlement de Suez proposé par M. Philippe Varin". Selon Veolia, "La direction de Suez tente en vain de créer de l'incertitude là où il n'y en pas : Veolia ne vendra pas ni n'échangera sa participation de 29,9% au capital de Suez ; l'offre publique d'achat déposée par Veolia demeure irrévocable même après l'activation de l'entité néerlandaise, et c'est la seule à porter sur l'ensemble du capital de Suez ; la proposition faite par Veolia il y a une dizaine de jours de garantir en cas d'accord préalable l'intégrité de Suez en France représente les meilleurs efforts possibles de Veolia pour donner au nouveau Suez une taille lui permettant de se développer, y compris hors de France, tout en garantissant grâce à l'entreprise à mission Meridiam la stabilité de son actionnariat pendant 25 ans, la préservation de l'intégralité de l'emploi et des acquis sociaux, le maintien d'une véritable et solide concurrence et le doublement des investissements dans les 5 à 7 prochaines années", explique Veolia.

Suite à la proposition de Suez, Veolia a indiqué ne pas être "intéressé par le démantèlement de Suez proposé par M. Philippe Varin". Selon Veolia, "La direction de Suez tente en vain de créer de l'incertitude là où il n'y en pas : Veolia ne vendra pas ni n'échangera sa participation de 29,9% au capital de Suez ; l'offre publique d'achat déposée par Veolia demeure irrévocable même après l'activation de l'entité néerlandaise, et c'est la seule à porter sur l'ensemble du capital de Suez ; la proposition faite par Veolia il y a une dizaine de jours de garantir en cas d'accord préalable l'intégrité de Suez en France représente les meilleurs efforts possibles de Veolia pour donner au nouveau Suez une taille lui permettant de se développer, y compris hors de France, tout en garantissant grâce à l'entreprise à mission Meridiam la stabilité de son actionnariat pendant 25 ans, la préservation de l'intégralité de l'emploi et des acquis sociaux, le maintien d'une véritable et solide concurrence et le doublement des investissements dans les 5 à 7 prochaines années", explique Veolia.

Par conséquent, "il ne saurait y avoir de discussions avec la direction de Suez" :
- tant qu'un accord n'aura pas été formellement exprimé au préalable par le Conseil d'administration de Suez sur ce périmètre du nouveau Suez proposé par Veolia
- tant que l'entité néerlandaise, qui porte gravement atteinte à l'intérêt social et à la valeur de Suez, n'aura pas été dissoute ;
- tant que les cessions précipitées des actifs stratégiques de Suez à l'international n'auront pas été suspendues ;
- tant que les procédures judiciaires lancées à l'initiative de Suez n'auront pas été retirées.

Veolia souligne par ailleurs un "évident conflit d'intérêt" dans le communiqué diffusé par Suez. "L'approche des dirigeants de Suez, qui consiste à favoriser leur intérêt personnel et patrimonial en offrant à deux fonds court-termistes de choisir à la carte leurs actifs, contrevient à l'intérêt social du Groupe et à celui des actionnaires, qui n'ont toujours qu'une offre fantôme face à celle de Veolia".

Le management de Veolia conclut : "Il appartiendra naturellement aux actionnaires de Suez de se prononcer sur ces différentes questions qui engagent l'avenir du groupe, et aux tribunaux de statuer sur la responsabilité individuelle des administrateurs concernés".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.