Vinci en embuscade après la fin du feuilleton Notre-Dame des Landes

Vinci en embuscade après la fin du feuilleton Notre-Dame des Landes©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 10h05

L'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes ne pèse pas outre mesure sur le dossier Vinci à la Bourse de Paris. Le titre n'a cédé que 0,1% hier après la décision annoncée par le gouvernement français, et contient son repli à 0,2% ce matin, à 87,28 euros. Le groupe aurait été le concessionnaire de l'infrastructure si elle avait été construite. La question se pose désormais de savoir dans quelle mesure et à quelle hauteur Vinci sera dédommagé.

Le groupe de BTP et de concession a fait savoir dès hier qu'il était prêt à ouvrir des discussions avec les autorités françaises. Contractuellement, il est le concessionnaire jusqu'en 2065 des aéroports nantais (Nantes et Saint-Nazaire) et aurait dû l'être de celui de Notre-Dame des Landes. A ce titre, il est éligible à une compensation, le chiffre de 350 millions d'euros ayant circulé ces derniers jours sur la base des travaux des médiateurs. Mais les spécialistes pensent que les discussions pourraient aboutir à un compromis. Le scénario le plus probable serait situation contrat de concession existant, pour intégrer les investissements additionnels qui auront lieu sur l'aéroport actuel de Nantes, estime Eric Lemarié, chez Bryan Garnier, qui juge que Vinci est en position de force pour négocier un contrat de concession plus favorable.

Au-delà de NDDL, le dossier ADP

L'ouverture de pourparlers entre Vinci et l'Etat sur cette délicate question risque d'avoir aussi pour toile de fond la privatisation des Aéroports de Paris. Vinci, qui détient 8% du capital de l'opérateur, n'a jamais caché son intérêt pour le dossier, s'il venait à être débloqué. Les analystes en font sans surprise le repreneur favori en cas cession de la participation publique. Le groupe présente en effet tous les avantages : déjà présent dans le secteur en France et à l'international, il est au capital et ne pose pas de problème de perte de souveraineté. Dans la perspective de la privatisation, l'abandon de "NDDL" est presque un levier supplémentaire pour le groupe de Xavier Huillard.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Vinci en embuscade après la fin du feuilleton Notre-Dame des Landes
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]