Voyageurs du Monde : +1

Voyageurs du Monde : +1
Dubai tour Burj khalifa

Boursier.com, publié le lundi 02 novembre 2020 à 15h53

Voyageurs du Monde remonte de 1% sur les 47,60 euros ce lundi, alors que le 1er semestre a été forcément "extrêmement perturbé" par la crise sanitaire... En effet, alors que les départs acquis pour l'année 2020 au 15 mars 2020 (qui représentaient 55% du chiffre d'affaires de 2019) étaient en progression de près de 10%, la crise a inversé complètement la tendance favorable qui se dessinait... Le 1er semestre a connu une évolution très contrastée en terme de départs, avec un 1er trimestre (du 1er janvier au 15 mars) très satisfaisant et un second trimestre sans aucun départ (période de confinement et de fermeture des frontières). Dans ces conditions, le chiffre d'affaires s'est inscrit en repli de -58% à 75,4 millions d'euros.

Pour faire face à la forte baisse d'activité, le Groupe a pris d'importantes mesures de réduction des charges. Les salariés, en télétravail depuis le 17 mars, ont été placés en régime d'activité (chômage) partielle progressive. La masse salariale a pu être sensiblement réduite grâce à la prise en charge à 100% des salaires par l'Etat jusqu'à fin décembre et à l'exonération des charges patronales sur la part travaillée (février à mai).

Concernant les revenus et la trésorerie, le groupe s'est attaché à préserver les revenus futurs en organisant les reports des voyages n'ayant pu avoir lieu, aidé en cela par le dispositif de l'ordonnance du 25 mars qui a permis de proposer un avoir aux clients. Par ailleurs, le Groupe a souscrit un PGE (Prêt Garanti par l'Etat) de 30 millions d'euros.
Durant cette période, les entreprises du groupe se sont également attachées à réduire leurs risques liés aux dépôts de liquidités chez des tiers. Dans ce contexte, Voyageurs du Monde a été remboursé par les compagnies aériennes de près de 75% des billets émis, payés et non opérés en raison de la crise sanitaire. Le solde a été négocié sous forme d'avoir.
L'Ebitda du 1er semestre 2020 s'élève ainsi à -9,9 ME. Le taux de marge observé est de 32,3% (30,1% au 1er trimestre 2019). Les charges d'exploitation ont baissé de -37%; et baisseront encore davantage sur la totalité de l'exercice.
La trésorerie s'élevait au 30 juin à 158 ME (155,4 ME au 1er semestre 2019), en intégrant l'annulation du dividende 2019 et le PGE de 30 ME.

Perspectives affichées

Pour la totalité de l'exercice 2020, les départs de fin d'année étant extrêmement limités, l'objectif de chiffre d'affaires du Groupe peut d'ores et déjà être estimé à 119 millions d'euros (-75%) pour les départs prévus à ce jour jusqu'à la fin de l'année avec un fort impact sur les résultats. Si cet objectif est atteint, l'Ebitda de l'exercice devrait se solder par un déficit de l'ordre de -17 ME.

Concernant l'exercice 2021, le montant des voyages n'ayant pu avoir lieu en 2020 et reportés en 2021, s'élève à 155,5 ME... Pour mémoire et à titre de comparaison, les Produits Constatés d'Avance du Groupe (voyages réservés avant le 31/12 et devant partir l'année suivante) s'élevaient au 31 décembre 2019 à 156,2 ME.

Les conditions sanitaires actuelles tant en France que dans le monde, rendent difficile les prévisions de date de reprise des voyages et celles de chiffre d'affaires et de résultats pour 2021. Toutefois dans un premier scénario défavorable de "stop and go", diminution puis reprise successives de la pandémie, le point d'équilibre de l'Ebitda se situerait à 158 millions d'euros de chiffre d'affaires (-64% par rapport à 2019). Dans un scénario d'ouverture progressive dans lequel le groupe serait en mesure d'assurer les voyages des clients 2020 reportés en 2021 et de générer 50% des ventes additionnelles habituelles à partir du 1er janvier 2021, avec une ouverture à partir de l'été des principales destinations, le chiffre d'affaires pourrait atteindre un niveau proche de 300 ME (-38% par rapport à l'exercice 2019) pour un Ebitda de 22 ME. Ces estimations ont été réalisées sur la base de la mise en place de l'APLD (Activité partielle Longue Durée) au 1er janvier 20221.

Le groupe possède des réserves importantes et notamment une trésorerie propriétaire (excèdent des capitaux propres sur les immobilisations nettes au 31/12/2019) de 45 ME, lui permettant de faire face aux conséquences financières de la crise sanitaire sur l'année 2020 et l'année 2021.

"La tendance des futurs voyages telle qu'elle se dessine à l'avenir, à savoir voyages en individuel plus proches de la nature et plus respectueux de l'environnement avec un très haut niveau de services et de conseil pour les voyageurs, correspond en tout point à la stratégie que le groupe a toujours suivie depuis sa création" commente la direction. Dans ces conditions, la solidité financière du groupe et son positionnement constituent autant d'atouts pour faire face avec sérénité à la crise sanitaire. De quoi rassurer Midcap Partners qui a revalorisé le dossier de 86 à 94 euros ('acheter'), mais pas Oddo BHF qui a coupé sa cible de 70 à 60 euros ('neutre').

Vos réactions doivent respecter nos CGU.