Wall Street : Apple victime du virus chinois

Wall Street : Apple victime du virus chinois
Trader catastrophé sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le mardi 18 février 2020 à 11h36

Quand la première capitalisation boursière souffre, les marchés américains consolident. L'avertissement d'Apple fait donc logiquement corriger la bourse américaine, le S&P500 abandonnant 0,4% et le Nasdaq décrochant de 0,8% avant bourse ce mardi, après une pause de trois jours. Le DJIA cède pour sa part 0,5%. L'indice dollar prend en revanche 0,2% à 99,2. Sur le Nymex, le baril de brut WTI régresse de 1,5% à 51,5$.

Dans l'actualité économique outre-Atlantique ce mardi, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York pour le mois de février 2020 sera communiqué à 14h30 (consensus 4). L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois de février sera dévoilé à 16 heures (consensus 75). Dans la soirée, les amateurs pourront par ailleurs suivre l'intervention de Neel Kashkari, le président de la Fed de Minneapolis.

Le coronavirus covid-19, dont le rythme de propagation semble tout de même ralentir, n'en préoccupe pas moins. L'alerte d'Apple montre l'importance des conséquences économiques. Le président sud-coréen a indiqué pour sa part que l'économie du pays était dans une situation d'urgence, du fait de cette même épidémie. Le ministère japonais aux finances a précisé qu'il observait l'impact du virus, après la déception de la veille concernant la croissance du Japon, qui s'est contractée sur un rythme inédit depuis 2014 (-6,3% en rythme annualisé).

Pourtant, la province du Hubei a fait état d'une baisse du nombre de nouveaux cas au titre de la journée de lundi, ainsi que du nombre de décès liés au covid-19. Le nombre de nouveaux cas en Chine continentale est redescendu sous la barre des 2.000 pour la première fois depuis janvier, selon les autorités locales. Le coronavirus Covid-19 a causé 98 morts et 1.886 infections supplémentaires lundi en Chine continentale, d'après les données de la Commission nationale de la santé. Le bilan de l'épidémie dans le pays ressort à 1.868 morts et 72.436 cas.

Le groupe californien à la pomme, Apple, a prévenu hier d'un impact sur ses ventes de l'épidémie de coronavirus covid-19. Apple estime que l'offre mondiale d'iPhone sera ainsi temporairement restreinte par l'épidémie. En outre, les usines de ses fournisseurs reprendraient le travail plus lentement que prévu. Ces annonces font évidemment souffrir le secteur ce jour en bourse, affectant les fournisseurs du groupe. STMicroelectronics cède plus de 3%. AMS ou Dialog Semi affichent également de fortes baisses. En Asie, les titres Taiwan Semi ou AAC, alors que Foxconn tente de résister.

La réaction du titre Apple sera surveillée de très près à Wall Street ce jour, après un long week-end, alors que les marchés américains étaient fermés hier pour le Jour des Présidents. Les spécialistes s'attendaient certes à un impact du coronavirus sur l'activité d'Apple, mais peut-être pas à un avertissement aussi tôt en février. Le groupe de Cupertino avait publié fin janvier des résultats record pour le premier trimestre fiscal, allant d'octobre à décembre, avec des ventes de 91,8 milliards de dollars et un bénéfice net de 22,2 milliards. Apple s'attendait alors à des revenus allant de 63 à 67 milliards de dollars pour le trimestre en cours, contre 62,4 Mds$ alors anticipé par le consensus.

Apple, dont le poids boursier atteint désormais 1.420 milliards de dollars, juge donc que le coronavirus affectera ses perspectives de court terme. En dehors des problèmes de supply chain, la demande chinoise sera aussi impactée. "Par conséquent, nous ne nous attendons pas à atteindre la guidance de revenus que nous avions fournie pour le trimestre de mars du fait de deux principaux facteurs", déplore Apple. "La situation évolue, et nous fournirons plus d'informations durant notre prochain call en avril".

Le groupe se dit quoi qu'il en soit "fondamentalement fort". "Cette perturbation de notre activité n'est que temporaire", insiste le groupe californien. "Notre première priorité - maintenant et toujours - est la santé et la sécurité de nos employés, de nos partenaires d'approvisionnement, de nos clients, et des communautés au sein desquelles nous opérons", conclut le groupe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.