Wall Street attendu dans le rouge, Black Friday mitigé ?

Wall Street attendu dans le rouge, Black Friday mitigé ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 30 novembre 2020 à 11h33

La cote américaine consolide prudemment avant bourse ce lundi. Le DJIA perd 0,6%, le S&P 500 0,5% et le Nasdaq 0,1%. Le baril de brut WTI abandonne 1,5% à 44,8$. L'once d'or recule de 0,5% à 1.780$. L'indice dollar rend 0,1% face à un panier de devises de référence. La prudence domine donc en l'absence d'actualité notable, et après un 'Black Friday' américain ayant vu une chute de moitié du trafic en magasins mais une vive croissance de 22% des ventes en ligne selon Adobe Analytics (en bas de fourchette toutefois des 20-42% envisagés par Adobe). Adobe table sur une croissance de 15% en glissement annuel des ventes en ligne du Cyber Monday à 10,8 Mds$, après un Black Friday de 9 Mds$.

L'optimisme demeure quoi qu'il en soit concernant les futurs vaccins contre le nouveau coronavirus, alors que le candidat de Pfizer / BioNTech devrait obtenir dans quelques jours l'approbation des régulateurs britanniques. L'accord américain est également attendu sous peu. Le Dr. Fauci estime que les inoculations devraient débuter avant la fin de l'année aux Etats-Unis. Le temps presse, alors que les hospitalisations atteignent des records aux USA et que Thanksgiving pourrait donner encore de mauvaises surprises du point de vue sanitaire. En Californie, Los Angeles et San Francisco ont annoncé de nouvelles restrictions. En Europe, en revanche, la situation semble se stabiliser, même si cette bonne nouvelle reste à confirmer.

Selon les dernières données de l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie s'élève à près de 63 millions, dont 13,4 millions aux Etats-Unis, 9,4 millions en Inde et 6,3 millions au Brésil. La Russie est repassée devant la France en tant que quatrième pays le plus touché avec 2,28 millions de cas, contre 2,27 millions en France. Le nombre de morts dans le monde est de 1,46 million depuis l'émergence du virus, dont près de 267.000 aux USA.

Le Financial Times rapporte que le Royaume-Uni est sur le point d'approuver le vaccin Pfizer / BioNTech et que le déploiement pourrait y débuter quelques heures après l'autorisation, avec des injections initiales à partir du 7 décembre. L'accord américain pourrait intervenir peu après, avec une réunion de la FDA programmée le 10 décembre sur le sujet. Fauci juge pratiquement certain que la vaccination des personnes prioritaires débute avant la fin du mois de décembre. Un comité des CDC va voter demain mardi une recommandation aux professionnels de santé concernant les vaccins initiaux. United Airlines serait pour sa part prêt à une distribution rapide des vaccins. Enfin, les agences européennes de régulation devraient considérer le mois prochain l'approbation du vaccin de Pfizer / BioNTech et celle du candidat de Moderna, à l'efficacité comparable. Ainsi, les injections en Europe pourraient aussi commencer avant la fin de l'année.

Le Royaume-Uni a par ailleurs demandé une revue d'urgence à la Medicines & Healthcare products Regulatory Agency pour le vaccin anti-covid d'AstraZeneca et d'Oxford. Il s'agirait donc d'accorder une autorisation d'urgence locale au vaccin du laboratoire britannique. L'autorisation dépendra des données d'innocuité et d'efficacité.

Fauci a aussi prévenu, sur NBC, d'une nouvelle poussée du virus. Les USA ont fait état de près de 156.000 nouveaux cas samedi contre 205.000 environ vendredi. Les hospitalisations ont atteint un nouveau record à environ 91.600.

Sur le front économique, les chiffres du PMI manufacturier chinois et ceux du PMI non-manufacturier ont dépassé les attentes de marché, à respectivement 52,1 et 56,4 en novembre, contre des consensus FactSet de 51,5 et 55,8.

Outre-Atlantique, l'indice PMI manufacturier de Chicago pour novembre sera publié à 15h45 (consensus 59,8). L'indice des promesses de ventes de logements de la National Association of Realtors pour octobre sera révélé à 16 heures (consensus FactSet -0,3%). L'indice manufacturier de la Fed de Dallas pour novembre sera publié à 16h30.

Le Financial Times indique des plans de l'Union européenne visant à une nouvelle alliance transatlantique, afin de répondre à certains challenges mondiaux. Il s'agirait de mettre un terme à l'ère Trump des tensions entre l'UE et les USA et d'adopter des approches communes en matière antitrust ou sur le plan des investissements étrangers sensibles ou encore de la cybersécurité. Les investissements de la Chine dans des sociétés innovantes européennes ou américaines doivent aussi être discutés. Le possible avantage chinois sur la 5G est également en question. Des obstacles potentiels existent, dont l'hostilité de l'Europe vis-à-vis des géants technologiques américains et la réticence de certains pays européens à se confronter plus agressivement à la Chine.

Pendant ce temps, l'administration Trump devrait ajouter à sa liste noire de défense les Chinois SMIC et CNOOC, qui auraient des liens militaires. Une trentaine de compagnies chinoises sont déjà blacklistées pour ce même motif.

Sur le segment pétrolier, les producteurs de l'OPEP+ se réunissent ce jour pour discuter de leur accord de réduction de production.

Les valeurs

Tesla. Selon le Wall Street Journal, l'intégration prévue le mois prochain de Tesla au sein du S&P 500 pourrait se faire en deux temps. L'ajustement de pondération serait préférable en deux jours, plutôt qu'un seul le 21 décembre, ce qui constituerait une première. Il s'agit de tenir compte du poids de Tesla (plus de 1% de l'indice) et de sa volatilité sur les marchés boursiers. S&P doit annoncer ce lundi le résultat d'une consultation qui irait dans ce sens.

S&P Global serait sur le point d'acquérir IHS Markit pour 44 milliards de dollars en actions, croit savoir le Wall Street Journal, selon lequel les discussions seraient avancées. Le WSJ cite des sources familières de la question. Le deal pourrait être dévoilé dès demain. La capitalisation actuelle d'IHS Markit se situe à 37 milliards de dollars.

Alibaba. Ant Group pourrait reporter son introduction en bourse jusqu'en 2022 ou même plus tard encore, croit savoir Bloomberg, citant des responsables des autorités de régulation familiers de la question.

Netflix. Selon le Guardian, le service de streaming vidéo devrait commencer à déclarer aux autorités fiscales locales les revenus de plus d'1 Md£ dégagés auprès des abonnés britanniques chaque année. Le Guardian juge qu'une telle décision de Netflix devrait mettre la pression sur d'autres leaders technologiques américains tels que Google ou Amazon, qui évitent pour l'heure ce genre de déclaration en optimisant leur fiscalité.

Airbnb ambitionne une valorisation de 30 à 33 milliards de dollars pour son introduction en bourse à Wall Street. DoorDash, acteur de la livraison de repas, qui a plus que triplé ses revenus à neuf mois et réalisé récemment son premier bénéfice trimestriel, se montre également gourmand avec une fourchette allant de 25 à 28 milliards de dollars pour son IPO. Les deux compagnies veulent s'introduire mi-décembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.