Wall Street au sommet, avant le rapport sur l'emploi

Wall Street au sommet, avant le rapport sur l'emploi
Traders sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le vendredi 05 février 2021 à 12h11

La cote américaine persiste en hausse avant bourse ce vendredi, en attendant le rapport gouvernemental sur la situation de l'emploi aux USA. Le DJIA et le S&P 500 s'accordent 0,4%, tandis que le Nasdaq prend 0,3%. Le baril de brut WTI avance de 1% à près de 57$. L'once d'or progresse de 1% sur les 1.800$. L'argent monte de près de 2%. L'indice dollar recule de 0,1% face à un panier de devises de référence.

Le grand rendez-vous économique de la journée est programmé à 14h30, avec le rapport sur la situation de l'emploi aux États-Unis pour le mois de janvier. Le consensus concernant les créations de postes non-agricoles est remonté à près de 100.000 selon FactSet, suite aux derniers ajustements d'économistes consécutifs notamment au bon rapport d'ADP sur l'emploi privé. Les créations de postes dans le privé sont anticipées à 97.500 et les créations d'emplois manufacturiers sont attendues à 30.000. Le salaire horaire est estimé en hausse de 0,3% en comparaison du mois antérieur et de 5,2% en glissement annuel. Le taux de chômage est enfin attendu stable à 6,7%.

Rappelons que les chiffres de l'emploi américain du mois de décembre avaient quant à eux déçu les marchés, avec 140.000 destructions d'emplois.

La balance commerciale du mois de décembre sera également publiée à la même heure (consensus 65,7 milliards de dollars de déficit). Les chiffres du crédit à la consommation seront dévoilés dans la soirée (consensus 11,5 milliards pour décembre).

Ailleurs dans le monde, les commandes industrielles allemandes ont déçu en décembre, en baisse de 1,9%. Les ventes de détail italiennes ont en revanche augmenté de 2,5% en décembre, une performance supérieure aux attentes, alors que Mario Draghi poursuit ses consultations pour former un gouvernement.

Concernant le phénomène des WallStreetBets, Janet Yellen, nouvelle secrétaire au Trésor de l'administration Biden, a souligné la solidité des infrastructures financières. Yellen et les principaux régulateurs financiers aux Etats-Unis ont estimé hier jeudi que les infrastructures de base des marchés financiers avaient démontré leur solidité lors de la récente frénésie d'achats d'actions de GameStop et d'autres titres par de nouveaux traders sociaux regroupés notamment sur Reddit. Ils ont néanmoins insisté sur la nécessité que le gendarme de Wall Street, la SEC, publie un rapport sur le déroulement précis des événements récents. Le département US au Trésor a indiqué que les régulateurs examinaient les échanges pour déterminer s'ils respectaient la protection des investisseurs et l'équité des marchés... Le controversé courtier gratuit Robinhood vient de son côté, selon Bloomberg, de lever les limites à l'achat sur GameStop et AMC.

De son côté, la Chambre des représentants organisera une audition des protagonistes de l'affaire le 18 février prochain, dont le courtier sur mobile Robinhood, le réseau social Reddit, GameStop et les hedge funds.

D'après le Wall Street Journal, la frénésie acheteuse des WSB inciterait les régulateurs à reconsidérer la pratique des firmes de trading haute fréquence de payer les brokers pour le droit d'exécution des ordres d'investisseurs individuels. Enfin, Bloomberg rapporte que les hedge fund, ciblés par les WSB dans le cadre de leurs 'raids' acheteurs, auraient renforcé de nouveau leurs expositions equity après avoir reculé face au phénomène global de 'short squeeze' (rachat contraint des positions de vente à découvert).

Concernant la relance économique, le Wall Street Journal indique que l'administration Biden étudie l'abandon des dettes étudiantes par action exécutive, même si certains experts légaux estiment cela illégal. Les démocrates du Sénat espèrent quant à eux voter le package de relance destiné à contrer les effets de la crise sanitaire d'ici début mars. Romney a pour sa part proposé de donner 3.000$ par enfant aux familles... Biden ne désirerait pas faire de compromis sur les chèques de stimulus de 1.400$, mais pourrait considérer une restriction de l'éligibilité. Le président américain a aussi accepté une certaine forme de flexibilité concernant le montant global de 1.900 milliards de dollars de son projet de plan de relance.

A propos de la crise sanitaire, le dernier bilan de l'Université Johns Hopkins fait ressortir 105 millions de cas confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie, dont 26,7 millions uniquement aux Etats-Unis, pays le plus frappé. Le virus a fait désormais 2,29 millions de morts dans le monde depuis son apparition, dont près de 456.000 aux USA...

Le géant médical et pharmaceutique américain Johnson & Johnson a demandé l'autorisation d'utilisation d'urgence de la FDA pour son vaccin contre le coronavirus. J&J entend fournir 100 millions de doses de son vaccin aux Etats-Unis au premier semestre, rapporte le Wall Street Journal. La FDA, autorité sanitaire américaine, a précisé pour sa part que les informations suggéraient que les vaccins autorisés étaient efficaces dans la protection contre les nouveaux variants du Covid-19... Pendant ce temps, des chercheurs britanniques explorent une combinaison des vaccins de Pfizer / BioNTech et d'AstraZeneca / Oxford, dans le cadre d'un essai visant à mieux combattre les nouveaux variants.

Selon le New York Times, le Royaume-Uni est en bonne voie pour parvenir à administrer à chacun la première dose du vaccin d'ici la fin du mois de juin.

Le S&P 500 et le Nasdaq ont fini jeudi à des niveaux record à Wall Street, soutenus par des chiffres hebdomadaires de l'emploi US meilleurs que prévu, et alors que les résultats d'entreprises ressortent globalement meilleurs qu'attendu. L'épidémie de Covid continue de refluer aux Etats-Unis, tandis que le plan de relance de Joe Biden se profile à l'horizon. La secrétaire au Trésor Janet Yellen réunissait jeudi les autorités boursières au sujet de la fièvre spéculative de la semaine passée. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 1,08% à 31.055 points, non loin de son record de 31.188 pts du 25 janvier, alors que l'indice large S&P 500 a avancé de 1,09% à 3.871 pts, un nouveau record. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, qui avait fait une pause mercredi, a grimpé de 1,23% à 13.777 pts, là aussi un nouveau plus haut historique.

En outre, le nombre d'hospitalisations pour cause de Covid a reculé jeudi aux Etats-Unis pour le 23e jour consécutif, et le nombre de décès quotidiens a été divisé par deux, même si les experts craignent un rebond de l'épidémie lié à l'arrivée des nouveaux variants encore peu présents aux Etats-Unis.

Les valeurs

Activision Blizzard a dépassé les attentes sur le trimestre clos, avec notamment les succès de 'Call of Duty', 'World of Warcraft' et 'Candy Crush'. L'éditeur de jeux vidéo a donc extrêmement bien performé sur la saison des fêtes. Il rehausse ses estimations de ventes et de bénéfices pour 2021. Le Californien de Santa Monica a dégagé un bénéfice trimestriel ajusté par action de 1,21$ et affiché un net bookings de 3,05 milliards sur la période, mieux que les estimations du consensus qui étaient de 1,18$ et 2,83 milliards, respectivement. En glissement annuel, le bénéfice s'est replié de 2% mais les revenus se sont améliorés de 13%. Notons que 'Call of Duty' affiche 100 millions de joueurs actifs mensuels, 'World of Warcraft' 29 millions et 'Candy Crush' 240 millions.

Gilead Sciences a dévoilé des ventes de 1,9 milliard de dollars pour son traitement du Covid-19 au quatrième trimestre. Le groupe prévoit un exercice 2021 en croissance et de fortes ventes de remdesivir. Les revenus du quatrième trimestre 2020 ont progressé de 26% avec ce traitement antiviral utilisé pour lutter contre le Covid-19. En revanche, la crise sanitaire pèse sur les ventes d'autres traitements, notamment ceux de l'hépatite C et du HIV. C'est donc remdesivir (vendu sous le nom de Veklury) qui soutient les recettes avec une performance de 1,9 Md$ sur le seul quatrième trimestre, contre 1,34 milliard de consensus. En dehors de ce traitement, les revenus trimestriels auraient décliné de 7%. Le groupe affirme que remdesivir reste un outil critique pour lutter contre la pandémie, et table pour 2021 sur des ventes allant jusqu'à 3 milliards de dollars pour le 'blockbuster'.

Pinterest, le réseau social américain de partage de photographies, a annoncé sur le trimestre clos un bénéfice ajusté par action de 43 cents à comparer à un consensus de 32 cents. Ce bpa n'était que de 12 cents un an plus tôt. Les revenus se sont établis quant à eux à 706 millions de dollars, contre 400 millions de dollars environ un an plus tôt, à la même époque. Le trimestre a donc été particulièrement solide, avec une croissance de 76% de l'activité. Le consensus de revenus était de 646 millions de dollars. Le groupe a récupéré... 100 millions d'utilisateurs actifs mensuels additionnels en 2020, ce qui constitue un record historique selon son DG et cofondateur Ben Silbermann.

Snap Inc, la maison-mère californienne de Snapchat, a publié pour son quatrième trimestre des comptes supérieurs aux attentes, mais le groupe demeure prudent. Les revenus du quatrième trimestre sont ressortis à 911 millions de dollars, en croissance de 62%, contre 856 millions de consensus. Le bénéfice ajusté trimestriel par action a représenté 9 cents, contre 7 cents de consensus. Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens a augmenté de 22% en glissement annuel à 265 millions, avec une croissance bien répartie selon les zones. Le consensus était de 258 millions. La perte nette trimestrielle a été réduite à 113 millions de dollars et 8 cents par titre. La guidance va de 720 millions à 740 millions de dollars de ventes sur le trimestre entamé, contre 462 millions un an avant et 705 millions de consensus. Le groupe évoque des incertitudes pour 2021, citant notamment les risques pesant sur la croissance publicitaire compte tenu notamment des nouvelles règles d'Apple en matière de collecte de données.

Ford, le constructeur automobile du Michigan, a dévoilé hier soir un bénéfice hors éléments inattendu pour le quatrième trimestre. Certes, le groupe a déploré une perte nette consolidée de plus de 2 milliards de dollars sur la période, mais son bénéfice ajusté par action a quasiment triplé à 34 cents, contre un consensus de -7 cents. Les revenus trimestriels du constructeur ont décliné de 9,4% à 33,2 milliards de dollars, alors que le consensus était de 33,9 milliards. Le bénéfice opérationnel du quatrième trimestre a grimpé avec l'Europe et les SUV. Ce profit opérationnel ressort ainsi à 1,7 milliard de dollars, contre 485 millions de dollars un an plus tôt.

Le groupe va augmenter ses investissements sur les véhicules électriques et la conduite autonome. Ford entend désormais dépenser plus de 22 milliards de dollars dans les véhicules à batteries électriques et un montant additionnel de 7 milliards dans la conduite autonome. En 2021, le groupe prévoit un profit opérationnel ajusté allant de 8 à 9 milliards, contre 2,8 milliards l'an dernier. Le free cash flow ajusté est anticipé entre 3,5 et 4,5 milliards. La guidance ne tient toutefois pas compte de l'impact potentiel de la pénurie de semi-conducteurs.

News Corp a annoncé pour son second trimestre fiscal le trimestre le plus rentable depuis sa réorganisation il y a plus de sept ans, malgré un déclin de 3% de ses revenus trimestriels en glissement annuel. Le groupe a donc dégagé un bénéfice ajusté par action de 34 cents, contre 9 cents de consensus de marché et 18 cents un an avant, à la même période. Les revenus sont ressortis à 2,41 milliards de dollars, contre 2,48 milliards un an plus tôt. Ils dépassent toutefois eux aussi les attentes de marché. Les revenus ajustés ont même augmenté de 2%. Le bénéfice net a représenté 261 millions de dollars, contre 103 millions un an avant. L'Ebitda s'est fortement redressé, notamment dans l'édition de livres avec une croissance de 65%. Dow Jones a également vu son Ebitda grimper de 43% avec les recettes digitales. L'Ebitda des services vidéo sur abonnement a augmenté de 77% avec Foxtel.

T-Mobile US a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal un bénéfice ajusté par action de 1,03$, près du double du consensus, contre 87 cents un an auparavant. L'opérateur télécom américain a réalisé des revenus de 20,34 milliards de dollars sur la période close en décembre 2020, 2% de mieux que le consensus, contre 11,9 milliards de dollars un an plus tôt. Le groupe note que les dépenses, comprenant celles liées à la fusion avec Sprint, ont augmenté. Le bénéfice net consolidé trimestriel s'est établi à 750 millions de dollars et 60 cents par titre.

Peloton, le fournisseur américain d'équipements d'exercice, trébuche avant bourse à Wall Street. Le groupe a pourtant largement battu le consensus de profits et de revenus sur le trimestre clos, affichant sur la période (second trimestre fiscal) un bénéfice ajusté par action de 18 cents contre 9 cents de consensus. Un an avant, la perte par action se situait à 20 cents. Les revenus sur ce trimestre clos en décembre se sont établis à 1,06 milliard de dollars, 3% de mieux que le consensus, contre 466 millions de dollars seulement un an avant. La croissance atteint ainsi... 128%. Peloton Interactive a vu ses abonnements aux services connectés de fitness bondir de 134% en glissement annuel.

Cardinal Health, Lazard, Regeneron, Estée Lauder, Johnson Outdoors ou Illinois Tool Works, publient aussi leurs trimestriels ce vendredi à Wall Street.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.