Wall Street consolide, après le rallye de la veille

Wall Street consolide, après le rallye de la veille
Deux traders inquiets sur le floor du NYSE à New York.

Boursier.com, publié le mardi 19 mai 2020 à 10h44

La cote américaine, qui s'était distinguée hier soir (+3,85% sur le DJIA et +2,44% pour le Nasdaq) avec les espoirs économiques et sanitaires, reperd un peu de terrain avant bourse ce mardi. Le S&P500 est attendu ainsi en retrait de 0,3% et le Nasdaq en baisse de 0,1%. Les opérateurs se montrent donc un peu plus prudents, alors qu'en Europe, le plan de relance n'a pas réellement convaincu.

Du côté des matières premières, le baril de brut WTI gagne 0,6% sur le Nymex, après s'être offert hier soir un bond de plus de 8%, au plus haut depuis plus de deux mois. Les cours du brut ont été soutenus par les signes de reprise de la demande et les réductions de production.

Sur le front économique ce jour, outre-Atlantique, les mises en chantier de logements et permis de construire du mois d'avril seront communiqués à 14h30 (consensus 0,968 million pour les mises en chantier et 1,033 million pour les permis).

Jerome Powell, président de la Fed, s'exprimera encore dans la journée. Dimanche, Powell a évoqué une reprise progressive, mais a aussi appelé à "ne pas parier contre l'économie américaine à moyen terme". Il a rassuré les marchés lors d'une interview dimanche à la chaîne américaine 'CBS' dans l'émission "60 Minutes". Tout en estimant que la reprise prendrait du temps et serait progressive, il a affirmé que la crise actuelle n'est pas comparable à la Grande Dépression des années 1930. Le banquier a expliqué que l'économie devrait se reprendre plus vite que dans les années 1930, malgré une profonde récession, et surtout un chômage très élevé qui pourrait atteindre ponctuellement 25%.

Powell s'est néanmoins montré confiant dans la capacité de l'économie américaine à surmonter la crise du Covid-19 en affirmant qu'"a long terme et même à moyen terme, il ne faut pas parier contre l'économie américaine". Il a aussi réaffirmé que la Fed ferait le nécessaire pour continuer à soutenir l'économie et les marchés financiers tant que durera la crise du Covid-19.

Le patron de la Fed a répété qu'il voyait un redémarrage de l'économie au deuxième semestre 2020, ajoutant que la véritable reprise dépendrait de la vitesse à laquelle un vaccin sera trouvé pour lutter contre le coronavirus.

Cette question du vaccin a justement été au coeur du rebond boursier d'hier, les investisseurs saluant les annonces encourageantes du laboratoire américain Moderna concernant un candidat-vaccin, même s'il ne s'agit pour l'instant que de la Phase 1 des essais cliniques. Dans le cadre de cet essai sur 45 volontaires, ces derniers ont produit des quantités d'anticorps comparables à celles relevées chez de patients guéris du Covid-19.

Le laboratoire a précisé dans un communiqué que la Phase 2 des essais doit débuter "prochainement", et que la Phase 3, la dernière et la plus importante avant une possible commercialisation, avec un grand nombre de volontaires, commencera dès juillet.

Selon l'Université Johns Hopkins, l'épidémie a contaminé 4,81 millions de personnes dans le monde, dont 1,51 million aux USA et 291 milliers en Russie. Le nombre de cas atteint désormais 255 milliers au Brésil, qui devance le Royaume-Uni et ses 248 milliers de cas. La pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 90.000 morts aux Etats-Unis, près de 35.000 au Royaume-Uni et plus de 318.000 dans le monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.