Wall Street consolide, la livre turque se reprend

Wall Street consolide, la livre turque se reprend
Traders sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le mercredi 15 août 2018 à 10h36

Wall Street est attendu en léger repli, pour l'heure, en pré-séance ce mercredi, S&P500 et Nasdaq abandonnant environ 0,1%. Hier soir, la cote américaine avait connu un sursaut, après deux séances de correction sur fond de crise turque. Le DJIA se redressait hier de 0,45%, contre un gain de 0,65% sur le Nasdaq.

Meilleure tendance pour la livre turque ?

La livre turque, qui s'était effondrée vendredi puis lundi pour toucher un plancher historique, reprend de la hauteur depuis hier suite à l'intervention de la Banque centrale et à l'annonce d'un plan économique. Le dollar retombe encore de 4% ce jour à 6,1 livres turques, après un pic historique de 7,24 inscrit avant-hier. La monnaie turque avait perdu près du dixième de sa valeur durant la journée de lundi, avant de terminer sur une parité de 6,9 livres turques pour un dollar. La parité au 1er janvier 2018 était de 3,75 livres turques pour un dollar !

La Banque centrale de Turquie a précisé qu'elle allait fournir toute la liquidité nécessaire aux banques locales. Elle a réduit le coefficient de réserve obligatoire en livre turque et abaissé également le coefficient de RO en devises, afin de donner aux banques un peu d'oxygène. Un plan économique a été annoncé par le ministre des finances Berat Albayrak, qui veut surtout soutenir les banques et les petites entreprises. Enfin, Albayrak doit tenir demain jeudi une conférence téléphonique avec des investisseurs des Etats-Unis, d'Europe ou encore du Moyen-Orient, selon un responsable du ministère des finances cité par Reuters.

Tensions persistantes

La dégradation des relations avec les USA avait précédemment plombé la monnaie turque. La baisse s'était accélérée en fin de semaine dernière avec les sanctions américaines contre la Turquie. Vendredi, le Président américain Donald Trump avait annoncé sur le réseau social Twitter l'autorisation d'un doublement des taxes sur l'acier et l'aluminium concernant la Turquie. "L'aluminium sera désormais taxé à 20% et l'acier à 50%. Nos relations avec la Turquie ne sont pas bonnes en ce moment!", avait expliqué Trump.

Erdogan s'en prend... à l'iPhone

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait demandé quant à lui vendredi aux Turcs de convertir leurs dollars ou leur or éventuel en livre turque, après ces sanctions américaines consécutives à l'échec de négociations pour la libération du pasteur américain Andrew Brunson, soupçonné de terrorisme par la Turquie. Erdogan est revenu à la charge hier mardi, annonçant que la Turquie allait boycotter les produits électroniques américains tels que les iPhones d'Apple. En outre, le président turc explique que son gouvernement prendra des mesures supplémentaires afin d'inciter les entreprises à investir en Turquie...

Avalanche de 'stats' américaines

Dans l'actualité économique aux États-Unis ce mercredi, les ventes de détail du mois de juillet seront dévoilées à 14h30 (consensus +0,1% en comparaison du mois antérieur, +0,4% hors automobile et +0,4% hors 'auto' et essence).

L'indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York pour le mois d'août 2018 sera également révélé à 14h30 (consensus de 20, contre 22,6 un mois avant).

Les chiffres de la productivité trimestrielle non-agricole pour le second trimestre, en lecture préliminaire, seront aussi connus à 14h30 (consensus +2,5% en comparaison du trimestre antérieur, après un gain de +0,4% sur la période précédente ; -0,2% pour les coûts unitaires du travail, après un bond de +2,9%).

Les données de la production industrielle américaine du mois de juillet seront communiquées à 15h15 par la Fed (consensus +0,3% pour la production en comparaison du mois antérieur, +0,3% pour la production manufacturière, 78,2% d'utilisation des capacités).

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois d'août sera annoncé à 16 heures (2,1% pour la lecture antérieure).

Les stocks et ventes des entreprises pour le mois de juin 2018 seront dévoilés à la même heure (consensus +0,1% pour les stocks).

L'indice du marché immobilier américain pour le mois d'août 2018 sera lui aussi publié à 16h (consensus 68).

Enfin, le traditionnel rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 10 août, sera communiqué à 16h30 (consensus -2,6 millions de barils sur les stocks de brut, hors réserve stratégique).

Cisco Systems publie ses comptes trimestriels après bourse ce soir à Wall Street. Agilent et Cree annonçaient hier soir.

Agilent Technologies a dévoilé pour son troisième trimestre fiscal 2018 un bénéfice net de 236 M$ soit 73 cents par titre. Le groupe californien de Santa Clara, géant des équipements scientifiques, a affiché un bpa ajusté de 67 cents à comparer à un consensus de 63 cents. Les revenus sont ressortis en ligne avec les attentes à 1,2 Md$. Sur le trimestre entamé, le bpa ajusté est espéré entre 72 et 74 cents, pour des revenus allant de 1,24 à 1,26 Md$.

Apple. La firme Berkshire Hathaway de Warren Buffett vient de renforcer encore sa participation au capital du groupe californien à la pomme, première capitalisation boursière mondiale avec un poids de plus de 1.000 milliards de dollars. Berkshire a donc augmenté sa participation en achetant encore 12,4 millions de titres du groupe de Cupertino durant le second trimestre. Au 30 juin, Berkshire possédait donc 251,9 millions de titres Apple. La position, sur les cours de clôture d'hier (209,75$), vaut 52,8 milliards de dollars ! L'investissement de Berkshire s'est révélé extrêmement profitable. Selon les données Bloomberg, le prix de revient de la firme de Warren Buffett se chiffre en effet à 141,2$ par titre. Le groupe de Buffett a donc gagné 17,3 milliards de dollars ! Il ne s'agit que d'une plus-value latente, mais on peut imaginer que Berkshire n'aurait aucun mal à revendre ses parts sur le marché.

Tesla. Les dernières déclarations de participations des firmes de Wall Street montrent que deux grands investisseurs ont allégé leurs positions sur Tesla durant le second trimestre, avant les 'tweets' et les annonces de Musk à propos d'une possible sortie de la cote. Ainsi, les fonds du T. Rowe Price Group , qui furent un temps deuxième actionnaire de Tesla derrière Elon Musk, viennent de couper un quart de leur position. Ils ne détenaient plus que 11,9 millions de titres en fin de second trimestre, d'après les renseignements fournis à la SEC, autorité américaine de marché. Fidelity Investments, autre actionnaire important de Tesla, a pour sa part réduit d'un cinquième (21% pour être précis) sa participation sur Tesla durant le trimestre.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU