Wall Street consolide mollement

Wall Street consolide mollement
Traders portant des masques sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le jeudi 13 août 2020 à 10h06

La cote américaine est attendue en très léger repli avant bourse ce jeudi, sans grande vigueur après les faibles prévisions de Cisco. Nasdaq, DJIA et S&P500 cèdent de l'ordre de 0,1% en pré-séance. Sur le Nymex, le baril de brut WTI perd 0,2% à 42,6$. L'once d'or abandonne 0,5% à 1.939$.

Sur le front économique outre-Atlantique ce jeudi, les inscriptions au chômage pour la semaine close au 8 août seront publiées à 14h30 (consensus 1,15 million, contre 1,186 million une semaine avant). Les prix à l'import et à l'export du mois de juillet seront annoncés à la même heure (consensus +0,6% pour l'import et +0,4% pour l'export, en comparaison du mois précédent).

Les craintes sanitaires persistent, la propagation du virus demeurant rapide ou reprenant dans certains régions du globe, mais le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus aux Etats-Unis semble pour sa part se stabiliser, autour de 55.000.

Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre désormais à 20,62 millions, dont 5,2 millions aux USA, 3,16 millions au Brésil ou 2,4 millions en Inde. Le virus a fait 749.424 morts dans le monde, dont 166.027 aux Etats-Unis, 104.201 au Brésil et 54.666 au Mexique. L'Inde recense 47.033 décès et le Royaume-Uni 46.791.

En l'absence pour l'heure de nouveau plan de relance négocié aux Etats-Unis pour faire face aux conséquences de la crise liée au nouveau coronavirus, les opérateurs se contentent des décrets de Donald Trump destinés à assurer une aide de court terme aux millions d'Américains mis au chômage par la crise.

Il faut dire que dans le même temps, l'élection présidentielle de novembre se rapproche aux USA. Le candidat démocrate Joe Biden a choisi d'ailleurs la sénatrice Kamala Harris, détractrice de la politique migratoire de Trump, comme colistière. Élue au Sénat en 2016 et âgée de 55 ans, elle s'était présentée à la primaire démocrate avant de jeter l'éponge et de soutenir Biden.

Donald Trump a décidé samedi de contourner le Congrès en signant un plan de relance par décrets. Les mesures permettraient un gel des cotisations salariales et le versement d'une indemnité hebdomadaire de 400 dollars à des dizaines de millions de chômeurs américains. Jusqu'à la fin du mois dernier, ces chômeurs bénéficiaient d'une indemnité de 600 dollars. Ce plan peut toutefois être contesté par les démocrates.

Nancy Pelosi et Steven Mnuchin ont indiqué récemment leur volonté de reprendre les négociations en vue du nouveau plan tant attendu de soutien à l'économie américaine, qui doit compenser l'impact de la crise du covid-19. Néanmoins, la situation semble pour l'heure s'enliser sur le sujet.

Trump a estimé dimanche que la suspension des cotisations sociales annoncée la veille pourrait bien devenir permanente. La mesure n'aura pas d'impact sur la sécurité sociale. A propos de la reprise éventuelle des pourparlers à Washington, Trump a ajouté que la Maison blanche était prête à échanger si cela n'était pas une perte de temps.

La bourse de New York avait terminé hier soir en vive hausse, stimulée en particulier par le vif rebond des valeurs technologiques du Nasdaq. L'indice composite gagnait ainsi 2,13% en clôture sur les 11.000 pts ! Le DJIA s'accordait 1,05% à 27.977 pts. Le S&P500 prenait 1,4% à 3.380 pts.

Tesla se distinguait sur un rallye de plus de 13%, après avoir annoncé un split (division) par cinq du prix de son action, qui rendra donc le dossier du leader des véhicules électriques plus accessible à ses employés et aux investisseurs particuliers. Le titre a déjà plus que triplé cette année.

Cisco a publié hier soir, pour son quatrième trimestre fiscal, des comptes supérieurs aux attentes. Le géant des équipements de réseaux a toutefois fourni dans le même temps une guidance décevante pour le premier trimestre. Chuck Robbins, le directeur général de l'affaire, affirme par ailleurs la volonté du groupe de réduire d'un milliard de dollars ses dépenses par une réorganisation comprenant suppressions de postes et départs anticipés. Le plan de restructuration coûtera 900 M$.

Pour le premier trimestre, le groupe envisage des revenus en décroissance de 9 à 11% en glissement annuel. Le groupe de San Jose ferait donc moins bien que prévu, dans la mesure où le consensus se situait à -7%. Le bpa ajusté du premier trimestre est attendu entre 69 et 71 cents, contre 76 cents de consensus de place. Pour la période close, quatrième trimestre de l'exercice fiscal décalé, Cisco a délivré pourtant un bénéfice net de 2,6 milliards de dollars, 62 cents par titre, contre 2,2 milliards un an auparavant. Les revenus ont chuté à 12,2 milliards de dollars, contre 12,1 milliards de consensus. Le bénéfice ajusté par action a représenté 80 cents, contre 74 cents pour le consensus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.