Wall Street dans le rouge avec la vague bleue

Wall Street dans le rouge avec la vague bleue©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 10h26

Wall Street fléchit avant bourse ce mercredi, selon les premières indications de pré-séance, alors que le camp démocrate est en mesure de remporter un nouveau siège sénatorial en Géorgie et que l'autre reste en balance. La 'vague bleue' démocrate au Sénat déplaît surtout aux marchés technologiques, sur des craintes de régulation accrue. Le Nasdaq est attendu en retrait de près de 2%. Le S&P 500 abandonne 0,7% et le DJIA 0,2%. Le baril de brut WTI consolide de 0,3% sur le Nymex sous les 50$. L'once d'or grappille 0,2% à 1.958$. L'indice dollar perd 0,1% face à un panier de devises de référence.

Sur le front économique ce jour à Wall Street, le rapport d'ADP sur l'emploi privé américain pour le mois de décembre sera communiqué à 14h15 (consensus 130.000 créations de postes). L'indice PMI composite final américain de décembre sera révélé à 15h45 (consensus 55,7, avec un indice des services attendu à 55,3 - indice manufacturier déjà annoncé avant-hier à 57,1). Les commandes industrielles américaines du mois de novembre seront publiées à 16 heures (consensus +0,6% en comparaison du mois antérieur). Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'Energie concernant les stocks pétroliers domestiques pour la semaine close au 1er janvier sera annoncé à 16h30.

Les Minutes du FOMC (dernière réunion monétaire de la Fed) seront surveillées dans la soirée, à 20 heures.

Ailleurs dans le monde, les PMI des services retiennent l'attention. Le PMI japonais se situe en zone de contraction à 47,7. L'indicateur chinois des services Markit / Caixin est de 56,3, solide mais inférieur au consensus. En Europe, l'indice espagnol se situe à 48, sous la barre fatidique des 50 marquant l'équilibre, l'indice italien déprime à 39,7, et l'indice français atteint 49,1. L'Allemagne affiche un indice des services de 47, inférieur au consensus. L'indice européen des services est ainsi de 46,4 pour sa lecture finale, en zone de contraction, alors que l'indicateur composite européen ressort à 49,1.

Les élections sénatoriales de Géorgie ont été serrées. Les votes sont comptés après la fermeture des bureaux. Le Secrétaire d'Etat Raffensperger indique que les résultats pourraient être connus ce jour, mais le doute pourrait subsister quelques jours, la marge étant faible. Une victoire du candidat démocrate Raphael Warnock devant la sénatrice républicaine Kelly Loeffler a déjà été déclarée par les médias, dont CBS et CNN. L'autre duel est encore trop serré. Le New York Times estime que Warnock et Ossoff devraient l'emporter. Les démocrates doivent remporter les deux sièges pour prendre le contrôle du Sénat, qui serait divisé à 50-50, ce qui donnerait un vote décisif à la vice-présidente-élue Kamala Harris.

Concernant la crise sanitaire, la situation demeure préoccupante. Le Royaume-Uni est entré dans son troisième confinement - qui durera en principe jusqu'à mi-février - et l'Allemagne a étendu le sien jusqu'à la fin du mois de janvier. Les variants du virus inquiètent. Après le variant britannique, le variant sud-africain fait son apparition. Scott Gottlieb, le patron de la FDA, autorité sanitaire américaine, note qu'il semble que ce dernier variant inhibe les traitements anticorps. L'Agence européenne, l'EMA, doit annoncer pour sa part le résultat de son évaluation du vaccin de l'Américain Moderna.

Les tensions sino-américaines persistent, alors que Donald Trump tire ses dernières cartouches. Le président sortant a signé un ordre exécutif interdisant les transactions avec huit applications software chinoises, dont Alipay (Ant Group). La confusion entoure par ailleurs l'affaire de l'éventuelle radiation du NYSE de géants télécoms chinois. Le Secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin serait selon Bloomberg en désaccord avec le président du NYSE sur le sujet.

L'OPEP+ a pour sa part conclu un accord dans le cadre duquel la Russie et le Kazakhstan relèveront marginalement leur production en février et mars, mais l'Arabie saoudite a décidé unilatéralement d'une coupe d'un million de baril/jour sur la même période.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.