Wall Street : de record en record, le risque de correction boursière s'accroît...

Wall Street : de record en record, le risque de correction boursière s'accroît...
Traders devant leurs écrans sur le floor du New York Stock Exchange américain.

Boursier.com, publié le mercredi 20 janvier 2021 à 21h55

Après avoir enchaîné un longue série de records, les marchés boursiers américains seraient-ils mûrs pour une correction ? Les experts sont de plus en plus nombreux à le penser, considérant que toutes les bonnes nouvelles ont désormais été anticipées par les marchés, qui se retrouvent à court terme sans catalyseur.

A ce niveau de valorisation, toute mauvaise nouvelle, que ce soit sur sur le front de la crise sanitaire (retard dans la vaccination, variants du Covid plus agressifs...) ou du côté des comptes des entreprises, pourrait déclencher une correction de 5% à 10% sur la Bourse américaine.

Vers une correction post-investiture ?

Le courtier Canaccord Genuity envisage ainsi un recul d'environ 8% pour le S&P 500, tandis que le patron de Blackrock, Larry Fink, a estimé dans un entretien avec le magazine Barron's, publié vendredi dernier, qu'une correction de 5% à 10% était à prévoir en cours d'année.

Bank of America Merrill Lynch, qui a publié mardi un sondage effectué auprès des investisseurs, juge que les cours actuels à Wall Street intègrent déjà les effets positifs des vastes plans d'aide budgétaire et des programmes de soutien massifs de la Réserve fédérale.

A Wall Street, "une correction post-investiture" du nouveau président Joe Biden "est probable après les pics atteints", écrit Michael Hartnett, le directeur de la stratégie actions de Bank of America.

Un PER supérieur à 24 sur le S&P 500

Pour les actions américaines, le PER (rapport cours sur bénéfice par action), l'indicateur le plus utilisé pour mesurer les valorisations, est désormais de 24,1 sur le S&P 500, très supérieur à la moyenne sur 10 ans, qui s'établit à environ 15 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois...

Même si l'on peut tabler logiquement sur des révisions à la hausse des prévisions de bénéfices pour les trimestres à venir (ce qui ferait baisser le rapport cours sur bénéfice), les valorisations actuelles paraissent tendues.

Le risque de correction est renforcé pour de nombreuses valeurs internet, technologiques ou biotechs, ont atteint des valorisations frôlant la bulle spéculative, selon des analystes. Or, les "technos" pèsent très lourd dans les indices boursiers, et leur chute risque d'entraîner l'ensemble du marché.

Niveau de liquidité bas chez les gestionnaires de fonds

Bank of America relève que le niveau de liquidités est actuellement beaucoup plus bas chez les gestionnaires de fonds qu'il y a quelques mois. Cela constitue un signal de vente, car cela coïncide généralement avec un excès d'optimisme des investisseurs. Lorsqu'ils disposent de peu de liquidités, ces derniers ne sont en outre pas portés à faire nouveaux investissements. Ils préfèrent alors garder ces liquidités pour profiter d'opportunités à la baisse.

L'indice d'optimisme des gestionnaires de fonds, mesuré sur une échelle de 1 (très pessimiste) à 10 (très optimiste), s'élève actuellement à 7,1, selon l'enquête de Bank of America. Paradoxalement, un excès d'optimisme, associé à des liquidités basses, s'achève historiquement par des corrections, relèvent les experts de BoA.

La plupart des stratégistes actions restent toutefois optimistes sur l'évolution des marchés boursiers en 2021, malgré une volatilité accrue et les inconnues liées au Covid-19 (variants, rythme de vaccination...) Ils envisagent à ce stade toute correction comme une opportunité d'achat, en tablant sur une accélération de la reprise économique au cours du 2e semestre de l'année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.