Wall Street en berne, le pétrole tente de se reprendre

Wall Street en berne, le pétrole tente de se reprendre
Traders travaillant sur le floor du New York Stock Exchange américain.

Boursier.com, publié le mercredi 14 novembre 2018 à 11h42

Wall Street reste assez amorphe avant bourse ce mercredi, refusant toujours de se redresser, au lendemain d'une séance mouvementée marquée par un plongeon des cours du brut et un recul de 0,4% du DJIA. En pré-séance ce mercredi, le S&P500 fléchit de 0,2% et le Nasdaq de 0,5%.

L'aversion au risque et les craintes sur la croissance mondiale s'intensifient, alors que le PIB allemand s'est contracté (-0,2%) au 3ème trimestre, pour la première fois depuis 2015, avec le ralentissement des exportations et la baisse de production automobile. Cette mauvaise nouvelle fait suite à une performance déjà négative (-0,6%) de l'économie japonaise sur les trois mois se terminant en septembre. Ces éléments accréditent la thèse d'un ralentissement général, en partie expliqué par la guerre commerciale.

Dollar fort

De son côté, l'indice dollar mesurant l'évolution du billet vert face à un panier de 6 devises de référence se stabilise à 97,2, proche de son plus haut niveau depuis un an et demi, en attendant la quatrième hausse annuelle des taux de la Fed anticipée pour le 19 décembre. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'un taux des fed funds logé entre 2,25 et 2,50% le 19 décembre est de 79,2%.

Espoirs commerciaux ténus

La cote américaine n'a pas trouvé de soutien hier, malgré les espoirs relatifs aux discussions commerciales entre Washington et Pékin. Selon le 'Wall Street Journal', le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin se serait entretenu sur le sujet vendredi par téléphone avec le vice-Premier ministre chinois Liu He. Cette discussion n'aurait toutefois permis aucune avancée. Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping doivent quant à eux s'entretenir à la fin du mois en marge du G20 en Argentine pour tenter de trouver une issue au conflit commercial. Enfin, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a indiqué hier que les USA et la Chine discutaient 'à tous les niveaux' du gouvernement.

Rappelons que Washington a déjà infligé des taxes additionnelles à 250 Mds$ de marchandises chinoises importées aux Etats-Unis, et menace de taxer la totalité (soit plus de 500 milliards de dollars) des imports provenant de Chine, si aucun accord n'est trouvé avec Pékin. La Chine a pour sa part répliqué par de nouveaux prélèvements s'appliquant à environ 110 Mds$ de produits importés des USA.

Chute du brut

La crainte pour la croissance mondiale a contribué à faire plonger hier mardi les cours du pétrole de l'ordre de 7%. Le signal de la baisse avait été donné dès lundi soir par un tweet de Donald Trump, qui a appelé l'Arabie saoudite à ne pas réduire sa production. Le Royaume a indiqué lundi qu'il envisageait de réduire de 500.000 barils par jours sa production dès décembre pour tenter d'enrayer le plongeon des cours, et a indiqué que l'Opep et ses alliés étaient d'accord sur le principe d'une baisse totale de 1 million de barils par jour...

Le contrat à terme de décembre sur le WTI a plongé mardi soir de 7% à 55,7$ sur le Nyse. Il remonte péniblement de 0,2% ce mercredi à 55,8$. Il affiche une perte de 26% depuis le 3 octobre dernier et évolue au plus bas depuis décembre 2017. Le baril de brut léger américain WTI a enchaîné 12 séances négatives, signant sa plus longue série baissière depuis au moins 1984. L'accélération de la baisse était aussi liée hier mardi à des dénouements forcés de prises de positions spéculatives à la hausse, selon les opérateurs...

L'OPEP et ses alliés pourraient réagir

Le WTI ne trouvera pas de soutien ce mercredi du côté du rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains, puisque ce dernier est décalé à demain 17h compte tenu du jour férié de lundi... En revanche, selon les sources de Reuters ce jour, l'OPEP et ses partenaires discuteraient maintenant d'une coupe allant jusqu'à 1,4 million de barils par jour de leur production pour l'année 2019. Reuters cite à ce sujet trois sources familières de la question.

Programme économique et financier

Sur le front économique aux USA ce jour, l'indice des prix à la consommation du mois d'octobre 2018 sera communiqué à 14h30 (consensus +0,3% en comparaison du mois antérieur, +2,5% en glissement annuel, +0,2% hors alimentation et énergie par rapport au mois de septembre).

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour novembre sera communiqué à 16h (il était de 2,3% en octobre).

Powell très attendu

Randal Quarles (vice-président de la Fed pour la supervision) et Robert Kaplan (président de la Fed de Dallas), s'exprimeront ce jour, mais les opérateurs suivront surtout l'intervention, dans la soirée, de Jerome Powell. Le président de la Fed discutera, avec Kaplan à Dallas, de problèmes économiques nationaux ou mondiaux.

Macy's publie ses comptes trimestriels avant bourse ce jour à Wall Street. NetApp et Cisco annoncent après bourse ce soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.