Wall Street en berne, Trump contaminé

Wall Street en berne, Trump contaminé
Donald Trump et la Première Dame à Cleveland.

Boursier.com, publié le vendredi 02 octobre 2020 à 13h11

Wall Street corrige avant bourse ce vendredi, le DJIA perdant 1,2% désormais, le S&P500 1,3% et le Nasdaq 1,9%. Les contaminations de Donald Trump et de la Première Dame pèsent sur les marchés. Le baril de brut WTI perd 4,1% à 37,1$, alors que le Brent de la mer du Nord cède 4,2% à 39,2$. L'once d'or fléchit de 0,2% à 1.914$. L'indice dollar prend 0,1% face à un panier de devises de référence.

Sur le front économique, les opérateurs suivront surtout ce jour à Wall Street les derniers chiffres gouvernementaux de l'emploi. Rappelons que l'étude Challenger publiée hier sur les destructions de postes annoncées par les entreprises américaines pour le mois de septembre a fait ressortir 118.804 licenciements, contre 115.762 un mois avant.

Selon le Département américain au Travail hier jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis pour la semaine close au 26 septembre sont ressorties au nombre de 837.000, contre un consensus de 850.000 et un niveau révisé à 873.000 pour la semaine antérieure.

Selon le rapport d'ADP annoncé mercredi, les créations de postes dans le privé aux Etats-Unis pour le mois de septembre 2020 seraient ressorties à 749.000. La lecture révisée du mois d'août était de 481.000, contre 428.000 auparavant.

Ce vendredi, il faut donc suivre le rapport mensuel gouvernemental sur la situation de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois de septembre (consensus FactSet 857.500 créations de postes non-agricoles, 8,2% de taux de chômage - contre 8,4% précédemment, 913.000 créations dans le privé, 61,8% de taux de participation à la force de travail, +4,8% pour le salaire horaire moyen en glissement annuel). Le rapport sera annoncé à 14h30.

Les opérateurs suivront également, à 16 heures ce jour, l'indice du sentiment des consommateurs américains pour le mois de septembre, mesuré par l'Université du Michigan (consensus FactSet 78,9), ainsi que les commandes industrielles du mois d'août (consensus +1,1% en comparaison du mois antérieur).

"Ce soir, @FLOTUS et moi-même avons été testés positifs au COVID-19. Nous commençons immédiatement notre processus de quarantaine et de rétablissement. Nous allons surmonter cela ENSEMBLE!". Le tweet posté par le président américain Donald Trump a fait l'effet d'une bombe, et pèse inévitablement sur les marchés. Le locataire de la Maison blanche avait précédemment indiqué que la conseillère Hope Hicks avait été testée positive au virus. Trump attendait alors les résultats de ses propres tests ainsi que ceux de la Première Dame.

Trump a donc été testé positif au nouveau coronavirus, ainsi que son épouse Melania Trump. La nouvelle intervient à un mois de l'élection présidentielle. "Comme trop d'Américains l'ont fait cette année, @potus (ndlr : Donald Trump) et moi-même sommes en quarantaine à domicile après avoir été testés positifs au coronavirus. Nous nous portons bien et j'ai reporté tous mes engagements à venir", a tweeté pour sa part Melania Trump.

Trump, qui brigue son second mandat lors de l'élection présidentielle du 3 novembre, avait précisé jeudi s'être déjà placé en quarantaine après que sa conseillère Hope Hicks eut été testée positive. Hope Hicks voyage bien souvent avec le leader de la Maison blanche dans l'avion présidentiel Air Force One. Elle l'a notamment accompagné dans l'Ohio cette semaine pour le premier des trois débats présidentiels puis dans le Minnesota pour un événement de campagne.

Trump, 74 ans, affiche un bon état de santé depuis son arrivée à la Maison blanche. Il est fréquemment testé pour le dépistage du coronavirus, mais a poursuivi ses déplacements ces derniers jours en vue de la présidentielle et prend ainsi part à de nombreux rassemblements. Le leader américain ne se déplacera évidemment pas en Floride ce vendredi comme il était initialement prévu.

La crise sanitaire avait été abordée bien sûr lors du débat télévisé qui avait opposé mardi Trump à son rival démocrate Joe Biden à Cleveland. Biden avait attaqué le président américain pour sa gestion de la crise du covid, qui a fait plus de 200.000 victimes aux USA, pays le plus touché par la pandémie. Trump a souvent relativisé l'importance de la crise sanitaire, du port du masque ou des mesures de restrictions. Il a ainsi privilégié la reprise de l'activité économique, ce qui lui a été reproché par Biden, qui estime son concurrent obnubilé par les marchés boursiers.

L'ex-vice-président d'Obama a mis en doute le leadership de Trump, jugeant que ce dernier aurait "paniqué" et n'aurait pas été capable de protéger les Américains. Trump a assuré pour sa part que son administration et lui avaient fait un travail "génial".

Voici la lettre publiée avec l'autorisation de la Maison blanche par le médecin Sean P. Conley : "Ce soir j'ai reçu confirmation que le Président Trump et la Première Dame Melania Trump avaient été testés positifs au virus SARS-CoV-2. Le Président et la Première Dame vont tous les deux bien à cette heure, et ils prévoient de rester confinés à la Maison blanche durant leur convalescence. L'équipe médicale de la Maison blanche et moi-même maintiendront une surveillance vigilante, et j'apprécie le soutien fourni par certains des plus grands professionnels médicaux et institutions. Soyez assurés que je m'attends à ce que le Président continue à assumer ses devoirs sans interruption durant son rétablissement, et que je vous tiendrai informés des développements futurs".

Selon les derniers chiffres de l'Université Johns Hopkins, l'épidémie du nouveau coronavirus a fait 1,023 million de morts dans le monde, dont 207.816 aux Etats-Unis, 144.680 au Brésil et 99.773 en Inde. 34,3 millions de cas confirmés ont été recensés dans le monde depuis l'émergence du virus, dont 7,3 millions aux USA, 6,4 millions en Inde et plus de 4,8 millions au Brésil.

Face aux conséquences économiques du virus, l'administration Trump et les démocrates ne sont toujours pas parvenus à un compromis sur un nouveau plan de relance venant en aide aux Américains et aux entreprises. Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, et Nancy Pelosi, dirigeante démocrate de la Chambre des représentants, se sont rencontrés hier sans succès. Pelosi s'est montrée très dubitative quant à la possibilité d'un accord. Les discussions avaient repris mercredi et Mnuchin s'était montré confiant, faisant état de progrès. Pelosi indique pour sa part que les deux clans partent de positions très éloignées...

Les négociations bloquent surtout sur la question du montant du plan, l'administration Trump se montrant nettement moins généreuse (ou dépensière) que les démocrates, qui voudraient aller jusqu'à 3.000 milliards de dollars. Chaque camp a fait tout de même un pas en direction de l'autre, les républicains remontant le curseur à 1.600 milliards de dollars et les démocrates l'abaissant à 2.200 milliards. Le plan démocrate a été adopté hier par la Chambre mais ne devrait pas en l'état franchir le Sénat majoritairement républicain.

Le Brésil a enregistré pour sa part 36.157 nouveaux cas et 728 décès supplémentaires liés au virus au cours des vingt-quatre dernières heures selon le ministère de la Santé. L'Inde a enregistré 86.821 nouveaux cas et les USA environ 45.000.

Les valeurs

Walmart serait sur le point d'annoncer la vente d'une part majoritaire dans sa filiale de grande distribution britannique Asda à un consortium mené par TDR Capital. Selon 'Sky News', l'opération atteindrait 6,5 milliards de livres. Le groupe d'investisseurs dirigé par TDR aurait battu Apollo Global Management, affirmait 'Bloomberg' il y a quelques jours. La société de capital-investissement basée à Londres s'est associée avec les frères Issa, les milliardaires britanniques propriétaires d'EG Group, pour conclure le deal. Le géant américain des supermarchés est propriétaire d'Asda depuis 1999, date à laquelle il a racheté la chaîne britannique pour 6,7 Mds£.

Tesla. Elon Musk, charismatique et fantasque patron du leader californien de l'automobile électrique, a indiqué sur le réseau social média Twitter que le constructeur allait faire son entrée sur le marché indien dès l'année prochaine.

Amazon, le colosse américain du e-commerce, a annoncé que plus de 19.000 de ses employés avaient contracté le coronavirus cette année aux États-Unis. L'information avait été réclamée au groupe de Jeff Bezos par les défenseurs des droits des travailleurs, qui critiquaient la réponse apportée par le groupe à la crise sanitaire actuelle.

Alphabet. Le moteur de recherche Internet Google, propriété d'Alphabet, a reporté le lancement australien de son service de reprise d'articles de presse News Showcase. Google s'est engagé à rémunérer les producteurs de contenus, mais le groupe évoque des complications réglementaires et repousse donc pour l'heure le lancement, trois mois après son annonce.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.