Wall Street en mode pause, avant l'inflation et les banques centrales

Wall Street en mode pause, avant l'inflation et les banques centrales
Trader dépité sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le mardi 08 juin 2021 à 14h01

La cote américaine n'affiche pas de grande évolution avant bourse ce mardi. Le DJIA est quasiment stable, alors que le S&P 500 gagne 0,2%. Le Nasdaq monte tout de même de 0,5%. Le baril de brut WTI perd 0,9% sur le Nymex à 68,6$. L'once d'or grappille 0,2%. L'indice dollar avance de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin décroche encore de 9% sur 24 heures vers les 33.000$ sur Bitfinex, alors que la Chine durcit le ton concernant les cryptomonnaies.

La cote américaine n'affiche pas de grande évolution avant bourse ce mardi. Le DJIA est quasiment stable, alors que le S&P 500 gagne 0,2%. Le Nasdaq monte tout de même de 0,5%. Le baril de brut WTI perd 0,9% sur le Nymex à 68,6$. L'once d'or grappille 0,2%. L'indice dollar avance de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin décroche encore de 9% sur 24 heures vers les 33.000$ sur Bitfinex, alors que la Chine durcit le ton concernant les cryptomonnaies.

Dans l'actualité économique ce jour à Wall Street, la balance du commerce international de biens et services pour le mois d'avril 2021 sera communiquée à 14h30 (consensus logé à 69 milliards de dollars de déficit). Le rapport JOLTS du Département américain au Travail relatif aux ouvertures de postes pour le mois d'avril sera annoncé à 16 heures (consensus 8,18 millions selon FactSet).

Parmi les autres rendez-vous de la semaine outre-Atlantique, le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques sera dévoilé demain, alors que les opérateurs suivront très attentivement jeudi les inscriptions au chômage, et surtout l'indice des prix à la consommation du mois de mai (consensus +0,4% en comparaison du mois antérieur et +4,6% en glissement annuel ; +0,4% et +3,4% hors alimentation et énergie).

Ailleurs dans le monde ce mardi, le PIB japonais final du premier trimestre s'est contracté un peu moins que prévu, en retrait de 1% contre -1,3% de consensus (-3,9% en rythme annuel). La production industrielle allemande du mois d'avril a baissé de 1% contre -0,5% de consensus. La balance commerciale française d'avril a affiché un déficit un peu plus conséquent que prévu à 6,2 milliards d'euros. Les ventes de détail en Italie ont régressé de 0,4% en avril, baisse plus prononcée que prévu.

Notons par ailleurs le repli surprise de l'indice ZEW allemand en juin. L'indice ressort à 79,8 points sur le mois contre 84,4 en mai, et 86 de consensus. De son côté, l'indice relatif à la situation actuelle s'améliore nettement sur un mois, de -40,1 à -9,1, contre -27,8 de consensus.

Le recul de l'activité dans la zone euro au premier trimestre a été finalement moindre qu'initialement annoncé. Selon les données finales d'Eurostat, le PIB, corrigé des variations saisonnières, a diminué de 0,3% sur les trois premiers mois de l'année contre une baisse de 0,6% dévoilée précédemment. En comparaison avec le même trimestre de l'année précédente, le PIB affiche un recul de 1,3% contre -1,8% annoncé auparavant.

Plus tard dans la semaine, jeudi, les opérateurs seront sans doute sensibles au communiqué monétaire de la BCE et à la conférence de presse de Christine Lagarde. Les 15 et 16 juin, la Fed prendra le relais avec sa réunion FOMC. Un ton un peu moins accommodant est à craindre, mais la donne ne devrait pas sensiblement évoluer, pour ne pas brusquer justement des marchés trop longtemps baignés dans les liquidités.

Concernant le plan de relance de l'administration Biden, les discussions au sujet du package d'infrastructures avec la sénatrice républicaine Shelley Moore Capito n'auraient pas été concluantes, tandis qu'un groupe bipartisan préparerait un plan alternatif.

Le New York Times souligne que le Sénat américain devrait quoi qu'il en soit valider la législation la plus coûteuse de politique industrielle de l'histoire des Etats-Unis afin de contrer la Chine. La législation pourrait être votée ce jour et devrait recueillir une large approbation, les républicains ayant adouci leur opposition historique à l'intervention gouvernementale dans l'économie, offrant un soutien bipartisan à des investissements majeurs dans la production de semi-conducteurs, l'intelligence artificielle, la robotique, l'informatique quantique et un certain nombre d'autres technologies.

Selon CNBC, la Fed en serait au stade initial de la préparation des marchés à une réduction de ses achats d'actifs obligataires actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois. Pour l'heure, les opérateurs ne semblent pas paniquer à l'idée de ce modeste 'tapering'.

Concernant les tensions sino-américaines, le Wall Street Journal rapporte que l'administration Biden lance des discussions avec Taïwan autour du commerce et des investissements, ce qui ne devrait pas enthousiasmer Pékin.

Les valeurs

Fastly perd du terrain en pré-séance à Wall Street ce mardi, après une grosse frayeur consécutive à une "panne" ayant provoqué des perturbations il y a quelques instants sur de nombreux sites et notamment ceux du New York Times, de la BBC, de Reddit ou d'Amazon. Les perturbations proviendraient donc de Fastly, fournisseur américain de services cloud et de réseau de diffusion de contenus. Les dysfonctionnements auraient aussi frappé CNN, Bloomberg, Twitch et le site du gouvernement britannique. Il semble que le réseau global de Fastly soit désormais de nouveau opérationnel. Le groupe dit ainsi avoir résolu le problème et rétabli ses services.

Nvidia a soumis une demande aux régulateurs chinois ces dernières semaines afin qu'ils approuvent son projet de 40 milliards de dollars pour l'acquisition du concepteur britannique de 'puces' Arm. C'est ce qu'indique CNBC, qui ajoute que le géant américain des processeurs avait initialement estimé à 18 mois le délai nécessaire pour finaliser le rapprochement. Néanmoins, les autorités chinoises pourraient prendre plus de 18 mois avant de rendre leur verdict. Des spécialistes antitrust chinois cités par le Financial Times confirment l'hypothèse. La firme de Santa Clara, Nvidia, avait annoncé en septembre dernier son intention d'acquérir Arm, qui a formé une joint venture, Arm China, avec la firme chinoise de private equity Hopu Investments. Arm China étant basé à Shanghai, le ministère chinois au Commerce et l'administration chinoise en charge de la régulation de marché sont en droit d'étudier le 'deal', ce qui risque donc de retarder grandement les opérations pour Nvidia.

Biogen a grimpé hier soir de près de 40% à Wall Street, après le feu vert du régulateur américain au nouveau médicament contre la maladie d'Alzheimer mis au point la le groupe. Le titre a terminé en hausse de 38,3%, au plus haut depuis 6 ans. Il s'agit de la première fois en près de 20 ans que la Food and Drug Administration (FDA) accorde une autorisation de mise sur le marché d'un nouveau traitement contre cette maladie très invalidante. Ainsi, l'Aduhelm de Biogen (molécule active : aducanumab) est le premier traitement approuvé contre la maladie d'Alzheimer depuis 2003, selon la FDA. Surtout, c'est le premier traitement dirigé contre la cause de la maladie, "la présence de plaques bêta-amyloïdes dans le cerveau", et non seulement les symptômes qu'elle entraîne.

MicroStrategy va vendre des obligations pour acheter du bitcoin. Le groupe software de Virginie va emprunter ainsi 400 millions de dollars pour renforcer sa position sur la reine des cryptomonnaies. Il émettra pour cela des obligations senior. La firme fait par ailleurs état de charges de dépréciations de 284,5 millions de dollars... Bloomberg relève qu'il s'agit de la première vente de 'junk bond' destinée au financement de l'achat de bitcoin. Les obligations en question seront accessibles aux investisseurs institutionnels qualifiés. Le placement privé est supérieur de 23 millions de dollars à la totalité des cash flows opérationnels générés par la firme depuis 2016, d'après les données Bloomberg. La prise de risque est donc particulièrement importante pour MicroStrategy, qui vient pourtant de prévenir de charges de dépréciations de 284,5 M$ attendues sur le trimestre du fait de pertes liées aux fluctuations des actifs digitaux.

Apple organisait lundi sa WWDC, sa conférence annuelle dédiée aux développeurs d'applications. La firme à la pomme a annoncé comme chaque année la nouvelle version d'iOS, son système d'exploitation mobile, avec un iOS 15 qui succédera à iOS 14 cet automne. iOS 15 accompagnera sans doute comme chaque année la sortie du nouvel iPhone, l'iPhone 13. La plus notable de ces nouveautés concerne FaceTime, l'outil d'Apple pour les appels audio et vidéo par internet chiffré de bout en bout. Celui-ci a été entièrement repensé avec pour objectif de concurrencer Zoom, Skype (Microsoft) et autres Google Meet. Pour professionnaliser FaceTime, les utilisateurs pourront désormais créer des liens pour partager l'accès à une visioconférence avec des utilisateurs de smartphones Android ou d'ordinateurs sous Windows. Une nouveauté pour Apple, qui a toujours privilégié son propre écosystème.

Par ailleurs, les écouteurs et casques AirPods d'Apple ont été mis en avant lors de la réunion, même si Apple n'a pas présenté, comme espéré, la nouvelle génération d'AirPods 3. En attendant, les modèles actuels vont bénéficier d'améliorations (conversations, localisation d'un écouteur perdu, arrivée du Dolby Atmos dans Apple Music). A Wall Street, les investisseurs n'ont pas été impressionnés par ces annonces, le titre Apple terminant stable (+0,01%) à 125,90$ lundi à la clôture. Le titre a reculé de 5% depuis le début de l'année, et a cédé 13,7% par rapport à son dernier record du 26 janvier dernier à 143,16$.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.