Wall Street fléchit, craintes sur les trimestriels, le commerce et le coronavirus

Wall Street fléchit, craintes sur les trimestriels, le commerce et le coronavirus
Trader catastrophé sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le jeudi 16 juillet 2020 à 10h04

La cote américaine corrige quelque peu avant bourse ce jeudi, le S&P500 perdant 0,5% et le Nasdaq 0,9%. Le baril de brut WTI régresse de 0,7% à 40,9$, alors que l'once d'or fléchit de 0,3% à 1.808$. Les opérateurs se montrent extrêmement prudents, s'inquiétant notamment de la teneur des résultats financiers trimestriels des entreprises cotées, des tensions sino-américaines ou de la pandémie de coronavirus.

Dans ce contexte, le PIB chinois supérieur aux attentes n'est que de peu de réconfort. Hier, la cote américaine s'était bien comportée (+0,85% sur le DJIA et +0,59% sur le Nasdaq) avec les espoirs de vaccin contre le COVID-19. Ce jeudi, la prudence prévaut, avec les craintes relatives à la détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine, accentuée par les questions relatives à la protection des libertés civiles à Hong Kong. Le président américain Donald Trump envisage des sanctions supplémentaires contre de hauts représentants chinois dans le cadre de mesures engagées plus tôt cette semaine contre la Chine, du fait de son comportement concernant le territoire autonome. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a indiqué que les USA devraient restreindre les visas pour certains employés d'entreprises technologiques chinoises, dont Huawei, qui faciliteraient les violations des droits humains.

En Chine, justement, les derniers chiffres d'activité sont plutôt rassurants, avec la levée des mesures de restriction et les aides engagées par le gouvernement, l'économie chinoise a ainsi progressé au rythme de 3,2% au deuxième trimestre, alors que le consensus était de 2,5%. Au premier trimestre, le PIB chinois s'était pour mémoire écroulé de 6,8%. La production industrielle chinoise a dépassé les attentes de marché, mais l'investissement a baissé et les ventes de détail se sont affichées en retrait, suggérant une consommation limitée.

Sur le front économique outre-Atlantique ce jour, les inscriptions au chômage pour la semaine close au 11 juillet seront communiquées à 14h30 (consensus 1,288 million), en même temps que l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois de juillet (consensus 20) ou que les ventes de détail du mois de juin (consensus +5,2% en comparaison du mois antérieur, +5,2% hors automobile, +5% hors automobile et essence).

Les stocks et ventes des entreprises du mois de mai seront annoncés à 16 heures (consensus -2,3% sur les stocks). L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois de juillet sera révélé à la même heure (consensus 60).

John Williams, Raphael Bostic et Charles Evans de la Fed s'exprimeront par ailleurs durant la journée.

La pandémie poursuit quant à elle son expansion. Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés dans le monde depuis l'émergence du nouveau coronavirus ressort à 13,565 millions, pour 584.385 morts. Aux USA, près de 3,5 millions de cas ont été confirmés pour 137.420 morts. Le Brésil dénombre 1,966 million de cas et 75.366 décès...

American Airlines aurait pour sa part adressé 25.000 courriers à des salariés pour les prévenir qu'ils devraient s'attendre à des suppressions de postes que la compagnie aérienne justifie par les retombées économiques de la crise sanitaire liée au coronavirus, montre un document que Reuters a pu consulter.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.