Wall Street frémit, les espoirs commerciaux sont de retour

Wall Street frémit, les espoirs commerciaux sont de retour
Traders devant leurs écrans sur le floor du New York Stock Exchange américain.

Boursier.com, publié le jeudi 28 mars 2019 à 11h56

Wall Street est attendu en très légère progression avant bourse ce jeudi, le Nasdaq et le S&P500 se redressant de 0,1% au lendemain d'une séance sans relief. La prudence l'emporte toujours, sur des inquiétudes diverses liées au ralentissement économique global, à la guerre commerciale ou aux conditions de l'éventuel Brexit. Les marchés ne plient pas pour autant, les banques centrales, et en premier lieu la Fed de Jerome Powell, ayant confirmé leur soutien face à ces incertitudes. Un léger frémissement semble par ailleurs perceptible sur le front des négociations commerciales sino-américaines.

Sur le front économique aux Etats-Unis ce jour, l'agenda est plutôt chargé. Les chiffres finaux du PIB américain pour le quatrième trimestre 2018 seront connus à 13h30 (consensus +2,2% en rythme annualisé, +1,8% pour l'indice des prix et +2,6% pour les dépenses réelles de consommation).

Les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage pour la semaine close au 23 mars seront dévoilées à la même heure (consensus 225.000).

L'indice des promesses de ventes de logements aux Etats-Unis pour le mois de février 2019, mesuré par la National Association of Realtors, sera communiqué à 15h (consensus -0,8% en en comparaison du mois antérieur).

L'indice manufacturier de la Fed de Kansas City pour le mois de mars 2019 sera pour sa part annoncé à 16h.

De nombreux responsables de la Fed s'expriment par ailleurs durant la journée, avec notamment des interventions de Randal Quarles (vice-président de la supervision du board des gouverneurs), Richard Clarida (vice-président du board), Michele Bowman (membre du board), Raphael Bostic (président de la Fed d'Atlanta), John Williams (Fed de New York) ou James Bullard (Fed de St. Louis).

Concernant les négociations commerciales sino-américaines cette fois, le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin sont arrivés à Pékin en vue d'un nouveau volet de discussions avec des responsables chinois. Il s'agit une fois de plus de peaufiner un accord global que pourraient ensuite valider Donald Trump et Xi Jinping, et qui mettrait un terme au conflit de plusieurs mois opposant les deux superpuissances. Un autre volet de négociations est programmé à Washington la semaine prochaine. La Chine aurait effectué 'des propositions sans précédent' sur un certain nombre de sujets, y compris les transferts forcés de technologies. C'est du moins ce qu'affirme l'agence Reuters, citant des responsables américains...

Rappelons que le président Donald Trump a imposé des tarifs douaniers supplémentaires sur 250 Mds$ d'importations chinoises afin de contraindre la Chine à faire des concessions. La Chine aurait donc mis sur la table des propositions inédites concernant en particulier les droits de propriété intellectuelle et les transferts de technologies. Ces propositions iraient plus loin que par le passé. Une source américaine de Reuters évoque des progrès "sur tous les fronts". Reuters avait précédemment affirmé que les deux pays travaillaient sur des accords écrits dans six domaines, les transferts de technologies et la cybercriminalité, les droits de propriété intellectuelle, les services, les devises, l'agriculture et les barrières douanières non-tarifaires.

Dans l'actualité des entreprises, PVH et Lululemon publiaient hier soir leurs comptes trimestriels. Accenture annonce avant bourse aujourd'hui.

Lyft, rival californien d'Uber dans les services de mise en contact d'utilisateurs avec des conducteurs, a rehaussé hier la fourchette indicative de son introduction en bourse programmée à Wall Street, entre 70 et 72$ désormais, contre une fourchette antérieure de 62-68$. Ainsi, la valorisation boursière du groupe VTC pourrait ressortir à plus de 24 milliards de dollars. La révision en hausse de la fourchette fait suite à une sursouscription de l'IPO tant attendue. Il pourrait s'agir de la plus grosse opération d'introduction en bourse dans le domaine 'technologique' à Wall Street depuis Alibaba en 2014. La fixation du prix d'introduction aura lieu ce jour, alors que les premières cotations se dérouleront demain sur le Nasdaq. En milieu de fourchette, Lyft pourrait lever plus de 2 milliards de dollars.

Les opérateurs sont particulièrement attentifs à cette opération, qui précède l'arrivée en bourse d'Uber Technologies dont le lancement est attendu le mois prochain. La valorisation d'Uber devrait quant à elle dépasser largement les 100 milliards de dollars.

Boeing a annoncé hier avoir mis au point une mise à jour logicielle, afin d'éviter toute panne de système de contrôle de vol automatisé, suite aux deux catastrophes aériennes survenues sur des 737 MAX, le vol 302 d'Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts le 10 mars, et celui de Lion Air fin octobre, qui avait déjà fait 189 victimes. La FAA, direction de l'aviation civile américaine, n'a pas encore validé cette mise à jour. Les transporteurs aériens, qui approuvent globalement l'initiative du constructeur aéronautique américain, veulent quant à elles que cette mise à jour soit certifiée. Pour l'heure, les 737 MAX de Boeing sont cloués au sol à travers le monde.

Boeing a indiqué que le système d'anti-décrochage MCAS ne serait plus activé qu'une fois pour chaque événement survenant en vol. Ce système serait en outre désactivé si les deux capteurs de débit d'air présentent des relevés trop divergents... Les pilotes de 737 pourront par ailleurs faire une formation complémentaire sur le MCAS.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.