Wall Street poursuit son rebond, avant Amazon et Alphabet

Wall Street poursuit son rebond, avant Amazon et Alphabet
Deux traders souriants sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mardi 02 février 2021 à 10h49

La cote américaine confirme ses meilleures dispositions avant bourse ce mardi, le DJIA remontant de 0,8% et le S&P 500 de 0,9%, contre un gain de 0,9% sur le Nasdaq. Les opérateurs jouent essentiellement le 'stimulus' économique outre-Atlantique, en attendant les comptes d'Amazon et d'Alphabet (ce soir), puis le rapport sur l'emploi (vendredi). Le président Joe Biden et un groupe de sénateurs républicains ont discuté hier soir de leurs propositions pour soutenir l'économie en cette période de pandémie. Cette potentielle coopération bipartisane à Washington satisfait les marchés, alors que Biden a insisté pour conserver le montant de 1.900 milliards de dollars de son package déjà présenté. Il semble désormais probable que ce projet voit rapidement le jour et offre un utile soutien à la première économie mondiale.

Dans le même temps, sur le front épidémique, la vaccination se poursuit au niveau mondial malgré les lenteurs de l'Europe, qui s'est fâchée avec AstraZeneca / Oxford et semble donc désormais opter pour Pfizer / BioNTech et Johnson & Johnson, qui assureraient l'essentiel de l'effort. Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de la pandémie se chiffre à 103,4 millions, dont 26,3 millions aux USA, 10,8 millions en Inde et 9,2 millions au Brésil. Le virus a fait 2,24 millions de morts à l'échelle mondiale, dont 443.355 uniquement aux États-Unis.

Les marchés sont également rassurés depuis hier par le fait que l'agitation autour des 'WallStreetBets' semble se calmer, alors que la lutte féroce entre petits actionnaires 'sociaux' et hedge fund vendeurs à découvert avait suscité quelques inquiétudes en fin de semaine dernière...

Le programme économique et financier sera encore étoffé à Wall Street cette semaine. Robert Kaplan, John Williams et Loretta Mester de la Fed, s'exprimeront dans la journée. Par ailleurs, les opérateurs surveilleront les ventes automobiles mensuelles.

Demain mercredi, les marchés seront attentifs au rapport d'ADP sur l'emploi privé américain (consensus 50.000 créations), ainsi qu'au PMI composite final américain de janvier (consensus 58), à l'ISM des services (consensus 56,8) et au rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers.

Jeudi, l'étude Challenger sur l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage, les chiffres de la productivité et les commandes industrielles retiendront l'attention. Enfin, vendredi, le rapport sur la situation de l'emploi pour janvier sera communiqué à 14h30 (consensus 50.000 créations de postes, après 140.000 destructions en décembre ; taux de chômage attendu stable à 6,7%). La balance du commerce international des biens et services sera publiée à la même heure.

Le calendrier des publications trimestrielles d'entreprises est lui aussi étoffé. Ce mardi, Alphabet (après bourse), Alibaba (pré-séance) et Amazon (après bourse) seront de la partie, avec notamment Electronic Arts, Amgen, Chubb, ExxonMobil, Marathon Petroleum, Eaton, McKesson, Sysco, Waters, Sanmina, Harley-Davidson, Marvell, Sirius XM, HCA, Pfizer, ManpowerGroup, UPS (...).

Demain mercredi, Abbvie, Allstate, Adtran, Biogen, Cognizant, KLA Corp, Madison Square Garden, Coty, eBay, Humana, Qualcomm, Spotify ou IAC/Interactivecorp, publieront leurs derniers chiffres trimestriels.

Jeudi, Activision Blizzard, Air Products, Amerisourcebergen, Bristol-Myers, Baxter International, Yum! Brands, Merck & Co, Ford Motor, Hershey, Clorox, Meredith, International Paper, New York Times, News Corp, Motorola Solutions, Pinterest, Tapestry, Plantronics, Snap Inc, GoPro, Prudential Financial ou Quest Diagnostics, annonceront leurs résultats. Vendredi, la journée sera plus calme, avec tout de même les comptes de Lazard, Regeneron, Johnson Outdoors, Illinois Tool Works, Estée Lauder et Cardinal Health.

Après avoir vécu sa pire semaine depuis la fin octobre, la Bourse de New York est repartie de l'avant hier lundi au cours d'une séance moins volatile, marquée par un reflux de la vague de spéculation observée la semaine dernière sur GameStop et d'autres petites valeurs ciblées par les fonds vendeurs à découvert. La spéculation s'est déplacée sur les matières premières, faisant bondir l'argent de près de 10%. Cette semaine sera à nouveau chargée en résultats de sociétés, avec une centaine de membres du S&P 500, dont Alphabet et Amazon.

A la clôture, le Dow Jones a repris 0,76% à 30.211 points (après -2% vendredi), alors que l'indice large S&P 500 a regagné 1,61% à 3.773 pts (-1,9% vendredi), et que le Nasdaq a rebondi de 2,55% à 13.403 pts (-2% vendredi). La semaine dernière, les trois indices avaient perdu respectivement 3,2%, 3,3% et 3,5%. Le mois de janvier, qui avait commencé en fanfare dans l'espoir de vaincre le Covid-19 grâce à la vaccination, s'est terminé sur un recul de 2% pour le DJIA, de 1,1% pour le S&P 500 et de 1,7% pour le Nasdaq.

Hier, les titres qui avaient fait l'objet d'une frénésie spéculative ont corrigé pour la plupart. GameStop, qui avait flambé de 400% la semaine passée, a reperdu 30,7%, tandis qu'AMC Entertainement (+277% la semaine dernière) a fini quasi stable (+0,3%). Koss (+1.816% la semaine passée) a rechuté de 45%...

Ces titres, cibles de fonds vendeurs à découvert, ont été massivement achetés directement ou via des options par des petits porteurs, qui se sont organisés via les réseaux sociaux boursiers, notamment le forum WallStreetBets ("WSB") sur Reddit. Les day traders ont ainsi fait s'envoler les cours, ce qui a forcé les hedge funds à racheter leurs positions vendeuses au prix de lourdes pertes. Pour compenser ces pertes et répondre à des appels de marges, les fonds ont aussi été amenés à vendre des titres d'entreprises de premier plan, comme Apple ou d'autres grandes "technos", ce qui a entraîné la baisse des marchés la semaine dernière, et fait craindre un effet de contagion plus sérieux.

En fin de semaine, les brokers en ligne, dont le courtier sur mobile Robinhood, privilégié par les petits porteurs actifs, ont bloqué les transactions sur certaines valeurs, provoquant la colère des investisseurs particuliers. Robinhood a ainsi interdit les transactions sur 50 valeurs la semaine dernière, et continue de les restreindre sur certaines valeurs cette semaine.

La situation sanitaire semble se calmer depuis une semaine aux Etats-Unis, mais les experts redoutent que les cas de Covid ne repartent à la hausse en raison de la propagation du variant britannique, plus contagieux, qui n'est pas encore très répandu outre-Atlantique. Plusieurs Etats, dont la Californie, ont commencé à lever progressivement leurs mesures de restriction.

Sur la semaine passée, le nombre de nouveaux cas de Covid-10 s'est élevé à 148.460 par jour, en baisse de 32% par rapport à la moyenne des deux semaines précédentes, selon les données publiées par le 'New York Times'. Le nombre de patients hospitalisés a aussi diminué, à 95.013 dimanche, au plus bas depuis le 29 novembre. Le nombre de décès par jour recule lui aussi, mais le bilan continue de grimper...

Dans le même temps, la campagne de vaccination monte en puissance aux Etats-Unis malgré des problèmes de distribution que l'administration Biden tente de résoudre. Depuis ce week-end, une tempête de neige dans le nord-est a forcé les autorités à interrompre la campagne, notamment dans la région de New York.

Cette semaine sera encore très chargée en résultats d'entreprises américaines avec environ 110 publications attendues au sein du S&P 500. A ce jour, le consensus du cabinet FactSet projette pour l'ensemble du S&P 500 un recul des bénéfices de 2,3% sur un an, en nette amélioration par rapport aux -9,3% anticipés fin décembre. L'analyste en chef de FactSet, John Butters, n'exclut pas qu'à la fin de saison des résultats, les bénéfices aient finalement retrouvé la progression, après 3 trimestres consécutifs de baisse.

Malgré les bonnes surprises du côté des bénéfices jusqu'à présent, la valorisation du marché d'actions américain reste très supérieure à sa moyenne historique, avec un rapport cours sur bénéfices (PER) de 21,8 fois les bénéfices attendus sur les 12 prochains mois, contre une moyenne d'environ 14 fois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.