Wall Street : Powell évoque un 'tapering' (très) graduel !

Wall Street : Powell évoque un 'tapering' (très) graduel !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 25 mars 2021 à 13h15

Le président de la Fed Jerome Powell, dont le discours devant le Congrès n'a pas surpris cette semaine, se montre un peu moins accommodant dans une interview live sur l'émission radio 'Morning Edition' du réseau américain NPR. Le leader de la Fed salue la reprise économique et considère que la Fed pourra progressivement et de manière très transparente lever son soutien après des progrès substantiels. Powell admet que l'économie américaine s'est reprise plus rapidement que prévu, grâce au stimulus et aux vaccins. Cela devrait donc permettre à la Fed, à un certain stade, de lever une partie de son soutien très graduellement.

Le président de la Fed Jerome Powell, dont le discours devant le Congrès n'a pas surpris cette semaine, se montre un peu moins accommodant dans une interview live sur l'émission radio 'Morning Edition' du réseau américain NPR. Le leader de la Fed salue la reprise économique et considère que la Fed pourra progressivement et de manière très transparente lever son soutien après des progrès substantiels. Powell admet que l'économie américaine s'est reprise plus rapidement que prévu, grâce au stimulus et aux vaccins. Cela devrait donc permettre à la Fed, à un certain stade, de lever une partie de son soutien très graduellement.

"Au fur et à mesure que nous progressons substantiellement vers nos objectifs, nous réduirons progressivement le montant des bons du Trésor et des titres adossés à des hypothèques que nous avons achetés", a déclaré Powell durant cette interview. "Nous le ferons très progressivement au fil du temps et avec une grande transparence, lorsque l'économie se sera presque complètement rétablie, nous retirerons le soutien que nous avons fourni pendant les périodes d'urgence".

Rappelons que les taux de la Fed sont actuellement proches de zéro et que la banque centrale américaine procède chaque mois à des rachats d'actifs obligataires d'au moins 120 milliards de dollars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.