Wall Street : prudence à l'approche du plan de relance

Wall Street : prudence à l'approche du plan de relance
Trader sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mercredi 21 octobre 2020 à 13h40

Wall Street s'affiche incertain avant bourse ce mercredi, le DJIA cédant 0,1%, le S&P500 0,2% et le Nasdaq 0,3%. Le baril de brut WTI perd 1,7% à 41$. L'once d'or avance de 0,2% à 1.919$. L'indice dollar recule de 0,3% face à un panier de devises de référence. Les opérateurs restent assez prudents, malgré les progrès en vue d'un éventuel nouveau plan de relance de l'activité aux USA.

Sur le front économique, le rapport hebdomadaire du Département américain à l'Energie concernant les stocks pétroliers domestiques pour la semaine close au 16 octobre sera communiqué à 16h30. Le Livre Beige économique de la Fed, résumé des conditions régionales, sera révélé à 20 heures. Thomas Barkin, Robert Kaplan, Neel Kashkari, Mary Daly, Loretta Mester et Lael Brainard de la Fed, s'exprimeront dans la journée.

La crise sanitaire se poursuit quant à elle. Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis l'émergence du virus ressort à 40,8 millions, dont 8,3 millions aux USA, 7,7 millions en Inde et 5,3 millions au Brésil. La Russie a recensé un total de 1,42 million de cas, l'Argentine plus d'un million, et la France, la Colombie ou l'Espagne s'apprêtent à franchir également le cap du million. Le virus a fait 1,13 million de morts dans le monde depuis son apparition, dont 221.083 décès recensés aux Etats-Unis, 154.837 au Brésil et 115.914 en Inde.

Par ailleurs, près de 300.000 décès de plus que la moyenne des années antérieures ont été enregistrés aux Etats-Unis en 2020, selon une étude des Centres américains pour la prévention et le contrôle des maladies. Les CDC estiment que 299.028 décès de plus ont été répertoriés entre le 26 janvier et le 3 octobre, et évoquent un lien direct ou indirect avec le Covid-19. Selon l'agence, il y a eu surmortalité chaque semaine depuis mars 2020.

Aux Etats-Unis, le nombre de cas de coronavirus s'est envolé depuis le début septembre, passant d'une moyenne de 34.000 cas quotidiens à plus de 58.000 sur les 8 derniers jours, selon les statistiques du "Covid Tracking Project", citées par la chaîne 'CNN'. Dans 14 Etats des 50 Etats américains, le nombre d'hospitalisations a atteint des niveaux record depuis le début de la pandémie, notamment dans le Midwest, les grandes plaines et certains Etats de l'Ouest.

Concernant le plan de relance, la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin se sont donc rapprochés d'un accord hier lors d'un entretien. Les discussions reprennent ce jour, et les deux clans semblent cette fois très impliqués, à deux semaines seulement de l'élection présidentielle du 3 novembre.

Donald Trump change également de discours, le président américain s'étant dit prêt à accepter un plan... de plus de 2.200 milliards de dollars, ignorant les réticences des sénateurs républicains. "Je veux faire encore plus que les démocrates", a lancé Trump sur Fox News, deux semaines seulement après avoir souhaité que le Congrès abandonne les discussions... La Maison blanche avait précédemment proposé 1.800 milliards et les démocrates 2.200 milliards. Avant ses échanges avec Mnuchin hier, Pelosi s'était dite optimiste quant à la possibilité d'un accord bipartisan. "Je suis optimiste parce que je crois que nous partageons l'idée d'en finir avec ce virus", avait indiqué Pelosi. Les divergences seraient donc désormais réduites, et le montant du 'package' ferait moins débat...

Le Congrès américain a déjà voté 3.000 milliards de dollars d'aides depuis le début de la crise. De nombreux sénateurs républicains restent réticents face à l'idée d'un nouveau plan massif, ce qui pourrait compliquer les choses, malgré cette volonté d'accord. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a indiqué que le Sénat allait voter ce jour sur un plan de soutien limité et ciblé. Évidemment, un accord éventuel entre Pelosi et la Maison blanche serait examiné par le Sénat...

La Bourse de New York a réduit ses gains mardi soir, pour finir en légère progression, toujours suspendue à l'espoir de cet accord bipartisan sur un nouveau plan de soutien budgétaire aux Etats-Unis avant l'élection du 3 novembre. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,4% à 28.308 points (après -1,4% lundi), tandis que l'indice large S&P 500 a repris 0,47% à 3.443 pts (-1,63% lundi), et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a avancé de 0,33% à 11.516 pts (-1,65% lundi). Les trois indices avaient progressé de plus de 1% en séance, avant de réduire leurs gains dans la dernière heure de cotations...

Tesla, Whirlpool, Abbott, Verizon, Biogen et bien d'autres encore, publient ce jour leurs trimestriels à Wall Street. Southwest, AT&T, Coca-Cola, Intel, Mattel, Seagate (...) annoncent demain.

Les valeurs

Snap Inc a publié contre toute attente un bénéfice net au 3e trimestre (en données ajustées), grâce à une hausse plus forte que prévue du nombre d'utilisateurs, qui a boosté ses revenus publicitaires. Le réseau social a fait état de 249 millions d'utilisateurs actifs quotidiens, en hausse de 11 millions par rapport au 2e trimestre, alors que le consensus tablait sur une hausse de 5 millions. Snap avait déjà acquis 11 millions d'utilisateurs supplémentaires au 1er trimestre, puis 9 millions au 2e trimestre.

La compagnie symbolisée par un petit fantôme a notamment profité d'une refonte de son application sous Android et de ses investissements dans sa plateforme de publicité en ligne. Pour le trimestre achevé fin septembre, elle a dégagé des revenus de 679 millions de dollars au 3e trimestre, en hausse de 52% par rapport à la même période de 2019 (446 M$), alors que les analystes tablaient sur des ventes de 557 M$. En normes comptables GAAP, le résultat net trimestriel ressort en perte de 200 M$ (14 cents par action) contre une perte de 227 M$ un an plus tôt. Mais après ajustement des éléments non récurrents, Snap a dégagé un profit surprise de 1 cent par action, contre une perte de 4 cents un an plus tôt. Ces chiffres sont tous meilleurs que prévu : les analystes tablaient sur une perte par action de 18 cents en normes GAAP et une perte de 5 cents en termes ajustés.

La société a aussi profité du lancement de nouvelles fonctionnalités, qui lui ont permis de rivaliser avec TikTok et Instagram (filiale de Facebook), avec notamment la possibilité pour les utilisateurs de mettre de la musique sur leurs vidéos.

Netflix a publié mardi soir après la clôture de Wall Street ses comptes du 3e trimestre, qui ont déçu les marchés par un nombre de nouveaux abonnés inférieur aux attentes, dans un contexte de plus en plus concurrentiel sur le marché de la vidéo en streaming par abonnement.

Netflix a ainsi fait état de 2,2 millions de nouveaux abonnés au 3e trimestre, contre 3,5 millions attendus par le consensus des analystes et 2,5 millions prévus par la direction du groupe américain. Pour le 4e trimestre, Netflix dit s'attendre à 6 millions d'abonnés supplémentaires, un objectif là aussi inférieur aux attentes des analystes, qui s'attendaient en moyenne à une hausse de 6,5 millions. Il s'agit aussi d'un ralentissement par rapport au 4e trimestre 2019 (+8,8 millions).

Le bénéfice net du groupe a atteint 790 millions de dollars au 3e trimestre, en hausse de 18% sur un an, ce qui correspond à 1,74$ par action en données ajustées, contre 1,47$ un an plus tôt. Les revenus ont grimpé de 23% pour atteindre 6,44 milliards de dollars contre 5,25 Mds$ au 3e trimestre 2019. Le consensus FactSet était de 2,13$ de bpa et 6,39 Mds$ de CA.

Alors que Netflix doit affronter la concurrence de nombreux groupes dont Walt Disney, Apple et AT&T, qui se sont lancés sur le marché du streaming fin 2019, la direction de Netflix s'est montrée confiante sur la qualité de ses contenus propres en 2021. Ainsi, le groupe a précisé que les tournages avaient repris malgré la crise du Covid-19, dont celui de la 4e saison de la série "Stranger Things" et de la 2e saison de "The Witcher".

Texas Instruments, géant américain des semi-conducteurs, a dépassé les attentes sur le trimestre clos et fourni une solide guidance. Pour le quatrième trimestre fiscal, TI envisage des revenus allant de 3,41 à 3,69 milliards de dollars, pour un bénéfice par action logé entre 1,20 et 1,40$. Le consensus était de 1,2$ de bpa et 3,35 milliards de recettes. Sur le trimestre clos, le groupe de Dallas a réalisé un bpa de 1,45$ et des revenus de 3,82 milliards (+1%), contre 1,28$ de bpa et 3,4 milliards de revenus anticipés en moyenne par les analystes. En séquentiel, par rapport au précédent trimestre, les revenus ont rebondi de 18% avec la demande dans l'automobile et l'électronique.

Abbott a annoncé une forte croissance au troisième trimestre et rehaussé sa guidance. Les ventes du troisième trimestre ont augmenté de 9,6%, la croissance organique ressortant à 10,6%. Les ventes mondiales ont totalisé 8,9 milliards de dollars. Le bénéfice dilué des opérations continues a représenté 69 cents, alors que le bénéfice ajusté par action s'est établi à 98 cents, en croissance de 17% en glissement annuel. Le groupe envisage désormais, pour l'exercice 2020, un bénéfice dilué par action des opérations continues d'au moins 2,35$ et un bpa ajusté d'au moins 3,55$.

Gap va probablement fermer ses magasins en Europe. Le groupe américain a annoncé ainsi hier soir une revue stratégique afin d'évaluer ses options concernant ses activités en Europe, y compris une possible fermeture des magasins en Italie, au Royaume-Uni, en France et en Irlande en fin de deuxième trimestre 2021. Le groupe revoit également son modèle d'entreposage et de distribution ainsi que ses activités de commerce en ligne (enseignes Gap et Banana Republic) en Europe. Le groupe pourrait fermer son centre de distribution britannique de Rugby...

Eli Lilly, le laboratoire pharmaceutique d'Indianapolis, a indiqué qu'il avait engagé un conseil indépendant pour mener une inspection d'un site produisant son traitement potentiel du Covid-19, après avoir reçu des notifications de l'agence américaine du médicament.

Pioneer Natural Resources a confirmé le rachat programmé de son rival Parsley Energy pour un montant de 4,5 milliards de dollars... Avangrid, filiale américaine de l'Espagnol Iberdrola, a scellé le rachat de PNM Resources pour 4,3 milliards de dollars dans les énergies renouvelables...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.