Wall Street reprend son souffle après le rallye

Wall Street reprend son souffle après le rallye
Deux traders inquiets sur le floor du NYSE à New York.

Boursier.com, publié le mardi 02 mars 2021 à 09h59

Wall Street consolide avant bourse ce mardi, après son puissant rallye de la veille alimenté par les espoirs de relance économique. Le DJIA est attendu en retrait de 0,4%, alors que le S&P 500 abandonne 0,5%. Le Nasdaq perd 0,6%. Sur le Nymex, le baril de brut WTI rend 1,1% à 60$ environ. L'indice dollar gagne 0,2% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin remonte pour sa part de près de 4% en 24 heures sur Bitfinex à 49.000$ environ, soutenu par les espoirs d'adoption plus large.

Wall Street consolide avant bourse ce mardi, après son puissant rallye de la veille alimenté par les espoirs de relance économique. Le DJIA est attendu en retrait de 0,4%, alors que le S&P 500 abandonne 0,5%. Le Nasdaq perd 0,6%. Sur le Nymex, le baril de brut WTI rend 1,1% à 60$ environ. L'indice dollar gagne 0,2% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin remonte pour sa part de près de 4% en 24 heures sur Bitfinex à 49.000$ environ, soutenu par les espoirs d'adoption plus large.

Il n'y aura pas de statistique notable aux États-Unis ce mardi. Les opérateurs pourront toujours s'intéresser aux interventions de Lael Brainard et Mary Daly de la Fed, ainsi qu'aux ventes automobiles mensuelles. Le rapport d'ADP sur l'emploi privé américain pour le mois de février sera connu demain. Le rapport gouvernemental sur la situation de l'emploi pour le mois de février sera annoncé vendredi (consensus 140.000 créations de postes non-agricoles, 6,3% de chômage, 61,5% de participation à la force de travail).

Ailleurs dans le monde, les ventes allemandes de détail ont amplement déçu ce jour, en forte baisse de 4,5% pour le mois de janvier avec l'impact du confinement, contre un consensus proche de la stabilité. Sur le mois antérieur, ces ventes de détail avaient décroché de 9,1%... Les prix des maisons au Royaume-Uni se sont quant à eux appréciés, supérieurs aux attentes. Enfin, les chiffres espagnols de l'emploi ont déçu...

Après une semaine de correction, Wall Street est reparti en forte hausse hier lundi, soutenu par l'adoption par la chambre des représentants du plan Biden de 1.900 milliards de dollars, ainsi que par des indicateurs d'activité manufacturière plus vigoureux que prévu aux Etats-Unis et dans la zone euro. Les marchés obligataires se sont calmés après les tensions de la semaine passée sur la dette souveraine. Les déclarations de Jerome Powell excluant tout resserrement monétaire par la Fed avant longtemps ont contribué à rassurer les marchés.

A la clôture de cette première séance de mars, le Dow Jones a regagné 1,95% à 31.535 points, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 2,38% à 3.901 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a rebondi de 3,01% à 13.588 pts.

Johnson & Johnson a reçu samedi le feu vert des autorités de santé américaines pour mettre sur le marché en urgence son vaccin contre le Covid-19, qui a pour avantage de ne nécessiter qu'une seule injection, avec un taux d'efficacité estimé à 72%. Selon le patron de J&J, le vaccin du laboratoire américain pourra commencer à être injecté dans un délai de 48 heures. "Nous sommes en train de livrer 4 millions de doses en ce moment même", a ainsi déclaré Alex Gorsky, le directeur général du groupe à la chaîne 'NBC News'. "Nous nous engageons à livrer 100 millions de doses d'ici à juin et jusqu'à un milliard de doses d'ici à la fin 2021", a -t-il poursuivi.

L'arrivée de ce troisième vaccin aux Etats-Unis, après ceux de Pfizer / BioNTech et Moderna, soutient l'espoir d'une reprise économique solide en 2021, grâce à l'accélération de la campagne de vaccination. Aux Etats-Unis, 49,8 millions de personnes (environ 15% de la population) ont reçu au moins une dose, dont environ la moitié à déjà reçu deux doses.

Les marchés financiers ont salué hier le vote, dans la nuit de vendredi à samedi, par la Chambre américaine des représentants, du plan de relance de 1.900 milliards de dollars présenté par Joe Biden. Cet American Rescue Plan doit notamment financer la campagne de vaccination et l'achat de fournitures médicales. Il offre en outre des mesures nouvelles de soutien aux ménages, aux petites entreprises et aux autorités locales, dont un chèque de 1.400$ d'aide directe à la plupart des Américains.

Le texte doit désormais être adopté par le Sénat, où les Démocrates affichent une courte majorité de 51 contre 50, grâce au vote de la vice-présidente Kamala Harris. Le président américain a remercié la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, et demandé au Sénat d'adopter rapidement le projet de loi, alors qu'il n'y a selon lui "pas de temps à perdre". L'objectif est de promulguer la loi avant le 14 mars, date à laquelle une partie des aides prévues par les plans précédents arrivent à leur terme.

Sur les marchés obligataires, le calme est revenu lundi, les craintes inflationnistes liées à la reprise et aux plans de relance s'étant un peu estompées. Auditionné par le Congrès américain, le président de la Fed, Jerome Powell, a répété par deux fois la semaine dernière que la banque centrale n'avait aucune intention de resserrer sa politique monétaire avant longtemps, estimant que l'économie américaine était loin d'avoir surmonté la crise sanitaire. Il s'est montré peu préoccupé par une flambée durable de l'inflation, laissant entendre que les prix pourraient connaître temporairement un passage au-dessus de l'objectif de 2% de la Fed sans déclencher de remontée des taux directeurs.

Le rendement du T-Bond à 10 ans, qui avait flambé jeudi dernier jusqu'à 1,54% en séance (contre 0,9% fin 2020), avant de refluer à 1,43% vendredi soir, s'est stabilisé lundi à 1,44% et s'affiche ce jour à 1,42%. Le rendement du T-Bond à 30 ans est à 2,2%, contre 1,66% fin 2020. En février, les taux souverains américains à 10 et 30 ans ont connu leur plus forte poussée haussière depuis 2016.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.