Wall Street sur ses sommets avec Biden

Wall Street sur ses sommets avec Biden
Deux traders souriants sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le vendredi 08 janvier 2021 à 10h46

La cote américaine s'affiche en timide hausse sur ses sommets historiques avant bourse ce vendredi. Le DJIA prend ainsi 0,2%, le S&P 500 0,1% et le Nasdaq 0,2%. Le baril de brut WTI progresse de 0,5% sur les 51$. L'once d'or recule de 1,3% à 1.888$. L'indice dollar gagne 0,2% face à un panier de devises de référence. Les marchés sont essentiellement soutenus par le succès démocrate et l'espoir de relance, et dans une moindre mesure par la politique monétaire toujours très accommodante de la Fed et le pari d'une issue à moyen terme sur le front sanitaire avec le déploiement des vaccins.

Dans l'actualité économique, une relative prudence domine avant le rapport mensuel gouvernemental sur la situation de l'emploi pour le mois de décembre aux États-Unis, alors qu'ADP avait fait état mercredi de destructions de postes inattendues (123.000) dans le privé sur la période. Le consensus concernant ce rapport sur l'emploi est situé à 65.000 créations de postes non-agricoles, 6,8% de taux de chômage, 91.000 créations dans le privé et 61,5% de taux de participation à la force de travail. Le salaire horaire moyen est attendu en hausse de 0,2% par rapport au mois précédent et de 4,4% sur un an.

Les stocks de grossistes du mois de novembre aux USA seront publiés à 16 heures (consensus -0,1%). Les chiffres du crédit à la consommation pour le mois de novembre seront annoncés à 21 heures (consensus +9 milliards). Enfin, le vice-président de la Fed, Richard Clarida, s'exprimera ce jour.

Dans l'actualité politique américaine, après le processus chaotique de certification de l'élection de Joe Biden à la présidence, Donald Trump s'est montré plus apaisé dans un communiqué vidéo, condamnant fermement les émeutiers du Capitole. Certains leaders démocrates réclament toutefois un départ anticipé de Trump, jugé responsable du 'soulèvement' de ses partisans. Quoi qu'il en soit, Biden prendra ses fonctions dans moins de deux semaines, et la victoire démocrate au Congrès lui offre une belle marge de manoeuvre pour mettre en application sa politique. La perspective d'un stimulus fiscal ou de dépenses d'infrastructures alimente notamment la hausse des marchés. Les Etats-Unis ont par ailleurs suspendu les 'tarifs' imposés à la France en réponse à la taxe sur les services digitaux. Ces taxes de 25%, qui représentaient environ 1,3 milliard de dollars d'importations annuelles, avaient été décidées en réponse à la décision de Paris de taxer certaines entreprises américaines du numérique telles que Google, Apple, Facebook ou Amazon.

A propos du virus cette fois, alors que les responsables américains espèrent un déploiement plus probant des vaccins dans les jours à venir, les chiffres demeurent élevés aux USA, mais aussi en Europe malgré les nouvelles restrictions. La récente poussée des infections en Chine inquiète également, tout comme les nouveaux variants. Une étude montre néanmoins que le vaccin de Pfizer / BioNTech serait efficace contre les variants décelés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud. De nouveaux tests sont en cours sur d'autres mutations. Le patron de Moderna a pour sa part estimé cette semaine que le vaccin du laboratoire pourrait protéger jusqu'à deux ans les personnes inoculées.

Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie ressort désormais à plus de 88 millions, dont 21,6 millions aux USA, 10,4 millions en Inde et près de 8 millions au Brésil. Le virus a fait 1,9 million de morts dans le monde depuis son apparition, dont plus de 365.000 aux Etats-Unis et plus de 200.000 au Brésil. L'Inde a recensé plus de 150.000 victimes selon son dernier bilan.

Wall Street a fini sur de nouveaux sommets jeudi, au lendemain d'une séance marquée par de graves incidents politiques à Washington. Après l'irruption dans le Congrès de militants pro-Trump, le Sénat est parvenu à se réunir tard dans la nuit de mercredi à jeudi pour certifier l'élection de Joe Biden comme prochain président des Etats-Unis. Le Sénat a en outre basculé dans le camp démocrate à l'occasion des élections de mardi en Géorgie. Les marchés ont déjà tourné la page de l'ère Trump, et espèrent désormais un nouveau vaste plan de relance face au coronavirus de la part de l'administration Biden qui prendra se fonctions le 20 janvier. A la clôture, les trois principaux indices américains ont fini sur de nouveaux records. L'indice Dow Jones a gagné 0,69% à 31.041 points, au-dessus des 31.000 points pour la première fois en clôture. L'indice large S&P 500 a grimpé de 1,48% à 3.803 pts, un nouveau record, et l'indice Nasdaq, riche en valeurs technologiques et biotechs, a bondi de 2,56% à 13.067 pts, là aussi un nouveau sommet historique.

Tesla Motors s'est illustré au sein du S&P 500 en terminant pour la première fois au dessus des 800$, à 816,04$ (+7,9%), avec une capitalisation boursière de 773 Mds$, la 5e plus importante de Wall Street. Le patron et fondateur de Tesla, Elon Musk, est devenu l'homme le plus riche du monde, détrônant Jeff Bezos, le patron d'Amazon, selon le palmarès Bloomberg des milliardaires.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Joe Biden a donc été officiellement certifié par le Congrès en tant que 46ème président des États-Unis, la nuit dernière, quelques heures après des émeutes et des scènes chaotiques à Washington, lorsque des militants pro-Trump sont parvenus à s'introduire dans le Congrès, entraînant son évacuation. Le président sortant a semé le chaos en affirmant mercredi devant ses supporters venus nombreux à Washington qu'il ne concèderait jamais sa défaite. "Nous n'abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais la défaite", a-t-il martelé, appelant même ses partisans à marcher vers le Capitole. Plus tard dans la soirée, Donald Trump a cependant voulu calmer le jeu, en publiant un tweet demandant à ses partisans de "rester pacifiques". Il les a ensuite appelés à "rentrer à la maison maintenant", tout en continuant de dénoncer une "élection volée".

Twitter et Facebook ont suspendu temporairement le compte de Donald Trump, tandis que le président-élu Joe Biden a qualifié d'"insurrection" les violences au Capitole. "A cette heure, notre démocratie est attaquée comme jamais auparavant depuis les temps modernes", a ajouté le leader démocrate. Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a souhaité hier que le compte de Trump soit suspendu au moins jusqu'à l'investiture de Biden afin de permettre un retour au calme... Des voix s'élèvent par ailleurs pour réclamer la destitution du président sortant avant la fin officielle de son mandat le 20 janvier prochain.

La Bourse américaine est cependant restée sereine, face à ces événements dramatiques, et a salué l'élection de deux sénateurs démocrates en Géorgie, qui a fait basculer le Sénat dans le camp des démocrates, qui contrôlent déjà la Chambre des représentants. Le Sénat, qui compte 100 membres (2 par Etat) sera désormais partagé à 50/50 sièges entre les deux partis, mais il passera de facto dans le camp démocrate, car la règle veut que la vice-présidente (la Démocrate Kamala Harris) apporte une voix prépondérante lors du vote des lois.

Ce scénario a des conséquences importantes pour les marchés financiers, en donnant plus de latitude à Joe Biden pour faire passer des mesures de gauche (hausses d'impôts, hausse des taxes sur les plus-values, réglementations accrues...) Les marchés estiment cependant qu'en raison de la crise économique et sanitaire actuelle, Joe Biden ne se pressera pas pour remettre en cause les fortes baisses d'impôts sur les sociétés mises en place en 2017 par Donald Trump.

En revanche, à court terme, la "vague bleue" est synonyme de soutien budgétaire accru face à la crise du coronavirus, une perspective que les marchés applaudissent. Ainsi, la perspective d'un nouveau plan de relance a fait remonter brusquement depuis mercredi les anticipations d'inflation et les taux d'intérêts souverains aux Etats-Unis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.