Winfarm : rentabilité supérieure aux attentes

Winfarm : rentabilité supérieure aux attentes©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 07 avril 2021 à 17h51

Le Conseil d'administration a arrêté les comptes consolidés clos au 31 décembre 2020 de Winfarm. Comme prévu, les développements initiés en 2020 sur le digital ont porté leurs fruits avec une progression du canal web de +24%, contribuant à hauteur de 27% du chiffre d'affaires 2020, en hausse de 3 points par rapport à 2019. Cette dynamique a notamment bénéficié sur la période, d'une base clients qui s'est élargie à l'occasion des confinements et qui a massivement utilisé le web pour passer ses commandes. La diversification engagée sur les marchés à fort potentiel du cheval et du paysage s'est accélérée en 2020, comme anticipé.

Le Conseil d'administration a arrêté les comptes consolidés clos au 31 décembre 2020 de Winfarm. Comme prévu, les développements initiés en 2020 sur le digital ont porté leurs fruits avec une progression du canal web de +24%, contribuant à hauteur de 27% du chiffre d'affaires 2020, en hausse de 3 points par rapport à 2019. Cette dynamique a notamment bénéficié sur la période, d'une base clients qui s'est élargie à l'occasion des confinements et qui a massivement utilisé le web pour passer ses commandes. La diversification engagée sur les marchés à fort potentiel du cheval et du paysage s'est accélérée en 2020, comme anticipé.

Après des progressions respectives de +23% et +42% en 2019, les marchés du cheval et du paysage, ont ainsi enregistré de nouvelles fortes croissances de +33% et +88%. Cette performance constitue une nouvelle illustration du fort potentiel de ces deux marchés qui devraient continuer à porter la croissance du groupe dans les années à venir.

Ces catalyseurs ont permis au groupe de consolider ses positions au coeur du bassin breton et normand, enregistrant une forte hausse de son activité agrofourniture sur ces territoires historiques, qui ont contribué à hauteur de 30% de la progression totale de l'année.

Les ventes d'agrofourniture en Belgique ont également progressé de +27%, représentant un chiffre d'affaires de 2 ME sur l'exercice.

En 2020, la croissance de l'Agronutrition a bénéficié de la forte dynamique d'Alphatech à l'international qui a représenté 50% de l'activité. Pour rappel, Alphatech évolue sur un marché de dimension mondiale avec des solutions déjà distribuées auprès de 250 clients dans 50 pays à travers le monde.

Cette performance permet au groupe d'afficher une appréciation de la part de ses ventes à l'export dans son chiffre d'affaires total (10% des ventes de la période contre 9% en 2019), dans un contexte de forte hausse de l'activité sur l'exercice.

La hausse de l'activité s'est traduite par la progression de la marge brute de +14%. Elle ressort à
33,2 ME et représente 33,6% du chiffre d'affaires 2020 contre 33,4% en 2019.

L'optimisation des flux logistiques et la réduction du recours à la sous-traitance ont favorisé la croissance de l'EBITDA ajusté 1 sur le pôle Agrofourniture qui progresse de 28% à 6,4 ME.

Le pôle Agronutrition a également profité de la hausse du rythme d'activité avec un EBITDA ajusté qui s'élève à 1,5 ME, en progression de +9%. Cette évolution favorable s'explique par un recours limité à la sous-traitance dans le cadre de la formulation des produits, toutefois pondérée par la forte augmentation du prix des matières (sous l'effet de la hausse du prix des vitamines qui représentent près de 20% du mix alimentaire), par une politique volontariste de prises de parts de marché sur les marchés à l'export et enfin par un recours ponctuel plus important à l'intérim pour répondre à la forte demande.

Au final, l'EBITDA ajusté de l'ensemble consolidé ressort en progression de +22% à 6 ME. Il représente 6% des ventes de l'exercice 2020 contre 5,6% en 2019. En intégrant les dépenses de sponsoring et de droits à l'image qui pèsent pour la dernière année sur la rentabilité du groupe à hauteur de 3,3 ME, l'EBITDA du groupe s'élève à 2,7 ME, en progression de +63%.

Après prise en compte des dotations aux amortissements et provisions pour un montant de 2,3 ME, le résultat d'exploitation s'établit à 0,7 ME contre une perte d'exploitation de 0,1 ME en 2019.

Pour rappel, en 2019, le résultat financier était déficitaire à hauteur de 4,4 ME correspondant à la dépréciation à 100% du compte courant Pineau Cycling. En l'absence de cette dépréciation dans les comptes 2020, le résultat net part du groupe est à nouveau positif à hauteur de 0,5 ME (-4,6 ME en 2019).

Au 31 décembre 2020, la société affiche des capitaux propres de 19,6 ME pour un endettement financier de 24,1 ME (intégrant les dettes envers les établissements de crédit, les dettes financières sur locations financières, les concours bancaires courants et les apports en comptes courants actionnaires). La trésorerie s'établit à 23,0 ME, intégrant le produit de la levée de fonds (avant exercice de l'option de surallocation qui sera elle comptabilisée au cours de l'exercice 2021) pour un montant brut de 16,7 ME.

Winfarm réaffirme sa confiance dans l'année en cours, en visant une nouvelle hausse de son activité en 2021. L'élargissement de la base clients à de nouveaux segments de marché comme les céréaliers, le développement du canal web avec le déploiement d'un algorithme de recommandations d'achats et la concrétisation de nouveaux partenariats devraient permettre au groupe de poursuivre sa croissance. L'accélération devrait également être au rendez-vous sur les marchés du cheval et du paysage, relais de croissance offrant toujours de solides opportunités tant en termes de croissance organique que de croissance externe sur des marchés encore très fragmenté.

Le groupe entend également soutenir ses efforts en matière de responsabilité sociale et environnementale (RSE). Son engagement au coeur du bassin Breton, la progression de son activité dans toutes les régions en France et ses ambitions internationales ouvrent "de solides perspectives de développement pour demain". Le groupe réitère ainsi ses objectifs qui visent doubler de taille à l'horizon 2025 avec un objectif de chiffre d'affaires de l'ordre de 200 ME et une marge EBITDA d'environ 6,5%. Cela représente un taux de croissance moyenne pondérée (CAGR) de près de 16% par an, qui se réaliserait pour moitié par croissance organique et pour moitié par croissance externe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.