Clôture à Paris : une journée de luxe mais un final sans éclat

Clôture à Paris : une journée de luxe mais un final sans éclat
graphique bourse trader

Boursier.com, publié le jeudi 05 décembre 2019 à 18h00

LA TENDANCE

A Paris, à l'issue d'une journée qui a mis les valeurs du luxe en vedette, le CAC40 termine calmement, reprenant son souffle, avec une petite hausse finale de +0,03% à 5.801 points.

La place américaine est prudente, légèrement dans le rouge, en l'absence d'avancée sur le commerce, alors que Donald Trump avait assuré, hier, que les discussions entre les Etats-Unis et la Chine se déroulaient "très bien".

Au Japon, le gouvernement a approuvé un plan budgétaire massif de 122 milliards de dollars pour relancer la croissance de l'économie et pérenniser les investissements au-delà des Jeux olympiques de Tokyo l'été prochain. Cette enveloppe d'environ 108 MdsE doit doper le PIB japonais de 1,4% sur l'année fiscale 2021.

En Europe, les gouvernements de la zone euro sont parvenus à un accord "de principe" sur une réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds d'aide aux pays en difficulté financière. Des détails de procédures de restructuration de dette restent à régler.

En Allemagne, les commandes industrielles ont reculé de -0,4% en octobre, là où le consensus tablait sur une progression de +0,4%.

Le baril de Brent grimpe de 0,75% à 63,50$ et le WTI progresse de 0,63% à 58,74$. Une réunion de deux jours des membres de l'Opep vient de débuter à Vienne. Le marché table sur une prolongation de l'accord de réduction de production du cartel et de ses alliés.

VALEURS EN HAUSSE

Les valeurs du luxe ont été très entourées ce jeudi, soutenues à la fois par les espoirs sur le commerce mais également par des rumeurs de rachat de Moncler par Kering (+0,35% à 540 euros). Un rapprochement entre Kering et Moncler serait très positif pour les actionnaires du groupe italien et "plus modérément" positif pour ceux de la firme française, même si cela dépendra également du prix payé, affirme Bernstein qui estime : "la prise de contrôle de Tiffany par LVMH met la pression sur tout le monde". Au fil de la séance, l'euphorie des premiers échanges est cependant retombée. Le management de la marque italienne a indiqué n'étudier aucun projet concret de rapprochement.

A Milan, Moncler s'est envolé de 10% dans les premiers échanges pour terminer la séance sur une avancée de +6% à 41,36 euros. Salvatore Ferragamo bondit de +7,2% à 18,92 euros.

* LVMH est finalement stable à 396 euros. Le groupe de luxe va détacher demain, vendredi, le coupon de 2,20 euros d'acompte sur dividende. Le dernier jour de négociation dividende attaché était ce jeudi 5 décembre.
Tiffany, le joaillier américain en cours de rachat par le groupe LVMH, publie des comptes trimestriels inférieurs aux attentes, pénalisé par une faible demande aux Etats-Unis et à Hong Kong. Son résultat net s'établit à 78,4 millions de dollars au trimestre clos au 31 octobre (0,65$ par action ; 0,77$ par action un an plus tôt), alors que Wall Street tablait sur un bénéfice par action de 0,85$.

* Hermès (+1,2% à 660 euros). Sous pression ces derniers jours avec les menaces commerciales américaines, le titre du sellier se reprend avec le secteur du luxe.

* Derichebourg (+9,4% à 3,4 euros) a été très recherché toute la séance après la publication de ses résultats annuels."Le groupe, dont la stratégie s'inscrit dans une vision long terme de ce marché, a adapté son modèle économique pour résister efficacement aux aléas conjoncturels comme vient de le démontrer l'exercice 2018/2019", indique le management du spécialiste de la propreté et de l'environnement. Le discours rassure le marché malgré un résultat net en baisse de 21,8% à 55,6 ME. A l'image de Portzamparc, les investisseurs semblent apprécier la bonne résistance des marges dans un environnement de prix et de volumes très défavorables. Si la maison de bourse reste à l''achat' sur le dossier, Gilbert Dupont a relevé sa recommandation d''accumuler' à 'acheter'.
Le Conseil d'administration de Derichebourg proposera à l'Assemblée générale du 31 janvier 2020 le versement aux actionnaires d'un dividende de 0,11 euro.

* Coface s'emballe de 5,09% à 10,5 euros. L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a donné son accord pour que le groupe d'assurance-crédit puisse utiliser son modèle interne partiel pour le calcul de son besoin de capital réglementaire sous Solvabilité II, à partir du 31 décembre 2019. La décision "est une évolution positive et suggère que le groupe devrait être bien positionné pour continuer à retourner la grande majorité de ses bénéfices", note JPMorgan. Le broker, 'neutre' sur le dossier, souligne que le dividende estimé pour 2019 implique un rendement de 9%. Oddo BHF salue cette décision en relevant son opinion à 'achat' pour un cours cible de 10,8 euros.

* Nexans est en vue (+5,07% à 38,53 euros). Le marché prend à nouveau en compte le renforcement de son partenariat de long-terme avec Eversource. Nexans est aussi soutenu par les derniers propos rassurants de son directeur général concernant l'avancement de son plan stratégique 2018-2021. Enfin, Kepler Cheuvreux a réitéré sa recommandation d''achat', tout en relevant son objectif de cours de 40 à 43 euros.

* TF1 et M6 gagnent respectivement 4,9% (7,61 euros) et +3,6% (15,66 euros), soutenus par une note d'Exane BNP Paribas qui a relevé sa recommandation. Le marché commence à prendre en considération la prochaine réforme de l'audiovisuel.

* Patrimoine et Commerce (+3% à 18,45 euros) : le marché reste calme quant au volume de transactions, mais salue l'annulation de 60.000 actions, soit 0,5% du capital.

* Alstom grimpe de 2,6% à 41 euros, soutenu par une note de Morgan Stanley qui a relevé à 'surpondérer' sa recommandation sur le groupe ferroviaire. Alstom pourrait surprendre l'an prochain, tandis que les inquiétudes concernant ses liquidités pourraient être exagérées, souligne le broker, qui entre le titre dans sa liste de valeurs favorites. L'objectif est fixé à 47 euros.

* AccorHotels (+1,87% à 38,63 euros) cède la moitié de sa participation dans Huazhu Group Limited. Le groupe hôtelier a conclu un accord pour se séparer d'environ 5% du capital de son partenaire chinois pour un montant de 451 M$. Accor conservera une participation d'environ 5% dans Huazhu et son Président-directeur général Sébastien Bazin restera au Conseil d'Administration du Groupe. Accor et Huazhu poursuivront le développement de leur partenariat ; 250 ouvertures d'hôtels sont prévues sur les 3 prochaines années.

* Capgemini (+0,9% à 105,4 euros): toujours bien orienté après l'annonce d'un contrat de plus de 1 MdE sur 6 ans avec Bayer. Cet accord avec le géant allemand démarrera le 1er janvier 2020. Capgemini fournira à Bayer une large gamme de services comprenant la gestion de la transformation de l'infrastructure IT Cloud du groupe, de ses environnements Enterprise Resource Planning (ERP) et Business Intelligence/Analytics ainsi que les Services d'Intégration pour l'intégralité du nouvel écosystème de fournisseurs de Bayer.

* ArtMarket.com (+0,9% à 8,79 euros) : la société porte plainte auprès de l'AMF pour "abus de marché", dénonçant des mouvements irréguliers de baisse cours et des anomalies liées à du trading haute fréquence, alors que les "fondamentaux économiques, la croissance organique, le déploiement de nouveaux services et produits payants ainsi que la hausse significative de l'offre tarifaire de l'ensemble des abonnements et services, connaissent tous une forte croissance pour ce T4 2019".

* Engie (+0,6% à 14,49 euros) : l'action de l'énergéticien français est relativement stable malgré les sévères attaques de ces derniers jours à l'encontre d'Isabelle Kocher, DG d'Engie. Isabelle Kocher défend, dans la presse, son bilan à la tête du groupe, alors que son mandat arrive à échéance en mai prochain.
Engie a par ailleurs annoncé l'inauguration, en Egypte, du parc éolien de Ras Ghareb, le premier parc éolien privé d'Egypte. Il représente un investissement de 380 M$ pour Engie et ses partenaires de consortium.

* Cybergun (+15,2% à 0,006 euro) a annoncé mettre en oeuvre la procédure requise pour la finalisation, dans un calendrier accéléré, du réaménagement de sa dette obligataire à échéance octobre 2020 et des autres dettes financières résiduelles. Afin de rassurer les obligataires, Restarted Investment a accepté de financer les différentes opérations liées à ce processus, en s'engageant à mettre à disposition de la fiducie un maximum de 3 ME. Cette ultime étape fait suite à l'accord des obligataires et des actionnaires à l'occasion des dernières Assemblées générales. Deux options d'investissement ont été proposées aux porteurs d'obligations. Cybergun a demandé, et obtenu une procédure de sauvegarde de 1 mois. Cybergun a aussi rappelé disposer d'une ligne de financement en fonds propres de 92 ME, dont elle n'a tiré que 3 ME. La société bénéficie également de la garantie de liquidité apportée par Restarted Investment à la clôture de l'exercice 2018.

VALEURS EN BAISSE

* SES-imagotag (-4,92% à 29,1 euros) a réalisé son augmentation de capital de 35 ME avec suppression du droit préférentiel de souscription des actionnaires par voie d'un placement auprès d'investisseurs institutionnels. Qualcomm a souscrit à l'augmentation de capital pour 9 ME. La dilution résultant de l'émission est de 8,45%.

* METabolic EXplorer (-4,5% à 1,39 euro) : après le gros rebond d'hier (+29%) dans le sillage de la signature de l'accord stratégique entre sa filiale METEX Noovista et DSM pour la commercialisation du PDO sur le marché de la cosmétique, l'action METabolic EXplorer subit une légitime prise de bénéfices.

* AdUx (-1,8 à 1,085 euros). Le Tribunal de Commerce de Paris a approuvé le plan de sauvegarde de la société Quantum, dont AdUx est actionnaires à 100%. Il prévoit un échelonnement des principales échéances de Quantum sur une durée de 9 ans représentant 3,8 ME de dettes tiers dont 1,1 ME lié à la condamnation dans le cadre du litige Adyoulike. Ce plan permettra à Quantum de poursuivre son activité dans le domaine du 'native advertising', comme annoncé lors de l'ouverture de la procédure de sauvegarde. AdUx a confirmé qu'afin de pallier ses difficultés financières, la société procédera à une augmentation de capital d'un montant global d'environ 5 ME, souscrite au minimum à hauteur de 75% par la société Azerion Holding BV.

* Orange (-1,2% à 13,6 euros) est toujours à la peine au lendemain de la présentation de son nouveau plan stratégique. Selon Barclays, la guidance envoie un message de prudence pour 2020-2021, avec une croissance de l'Ebitda inférieure aux attentes et une baisse différée des investissements. Le broker réduit ses estimations de résultats et ramène son objectif de cours de 16 à 14,8 euros. Barclays préfère Bouygues (+0,65% à 37 euros).

* Vinci (-0,9% à 97,16 euros) : RBC a dégradé le titre à 'performance sectorielle' avec un objectif de cours 107 euros.

* FDJ (-0,02% à 21,89 euros) a confirmé la réussite de son introduction en bourse avec l'exercice intégral de l'option de surallocation - pour 226 ME. Ainsi, la taille totale de l'offre est portée à 1,826 MdE. L'opération constitue la plus importante introduction en bourse à Paris depuis 2005. La taille du flottant représentera environ 50% du nombre d'actions existantes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.