Clôture Paris : +0,61%

Clôture Paris : +0,61%
Vue générale du Palais Brongniart, place de la bourse.

Boursier.com, publié le lundi 03 mai 2021 à 18h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Hésitante en matinée, la bourse de Paris a grimpé finalement de 0,61% à 6.307 pts après déjà environ 14% de hausse pour le CAC40 sur les 4 premiers mois de l'année 2021... Le soutien continue de venir des Etats-Unis, où les marchés restent quasiment au plus haut. Les publications d'entreprises se poursuivent aussi avec peu de mauvaises nouvelles...
Si tous les feux sont encore au vert, les craintes relatives à une hausse trop rapide de l'inflation restent malgré tout présentes en toile de fond, comme en atteste l'envolée historique de 21,1% des revenus personnels des ménages en mars, en lien avec les aides directes versées aux ménages dans le cadre du plan Biden, l'"American Rescue Act". L'annonce d'une hausse de 1,8% (en glissement annuel) de l'indice "core PCE", qui est la mesure préférée de la Fed pour mesurer l'inflation, a également rendu les marchés un peu nerveux en fin de semaine passée. De nouveaux signes de tension du côté de l'inflation pourraient en effet contraindre la Réserve fédérale à resserrer plus tôt que prévu sa politique monétaire...

ECO ET DEVISES

Dans ce sens, Fed Robert Kaplan, patron de la Fed de Dallas, a alimenté les doutes, vendredi, en affirmant (contrairement à Jerome Powell) qu'il serait temps de parler de réduire les achats d'actifs de la Fed... "Les signes d'excès de prises de risque sur les marchés financiers montrent qu'il est temps pour la banque centrale de commencer à débattre d'une réduction de son plan massif d'achat d'obligations d'Etat" (120 milliards de dollars par mois), a-t-il ainsi déclaré. Des propos à nuancer toutefois dans la mesure où M. Kaplan ne dispose pas cette année d'un droit de vote dans le Comité FOMC qui établit la politique monétaire américaine.

Dans ce contexte, l'intervention du président de la Fed, Jerome Powell, lors d'une conférence de la 'National Community Reinvestment Coalition' sera scrutée de près ce soir...
L'indice PMI manufacturier américain final du mois d'avril est tout d'abord ressorti à 60,5, contre 59,1 en mars et 60,6 pour sa lecture flash. Chris Williamson, Chief Business Economist chez IHS Markit, a déclaré : "les fabricants américains ont enregistré en avril le plus grand boom depuis au moins 14 ans. La demande a bondi à un rythme jamais vu depuis 11 ans, dans un contexte d'espoir croissant de reprise et de nouvelles mesures de relance. Toutefois, les retards dans la chaîne d'approvisionnement se sont aggravés, atteignant le niveau le plus élevé jamais enregistré par l'enquête, étouffant la production de nombreuses entreprises. Les entreprises les plus touchées sont celles qui sont tournées vers les consommateurs, où le manque d'intrants a fait que la production est tombée en dessous de la croissance des carnets de commande dans une mesure record au cours des deux derniers mois, alors que les dépenses des ménages ont bondi..."

L'ISM manufacturier américain a en revanche quelque peu déçu puisqu'il s'établit pour sa part à 60,7, contre 65 de consensus, et 64,7 un mois plus tôt. Par ailleurs, l'indice des prix rattaché à l'ISM progresse de 4 points. A 89,6, il est au plus haut depuis juillet 2008.
Les dépenses de construction pour le mois de mars ont de leur côté rebondi de seulement 0,2% en comparaison du mois antérieur après une baisse révisée à 0,6% en février. Le consensus tablait sur une hausse de 1,6%.

Du côté des changes, l'indice du dollar cède 0,4% à 90,9 points face à un panier de devises. A l'inverse, l'euro remonte de 0,7% face au billet vert à 1,207$ dans les échanges interbancaires.
Le début de semaine est plutôt calme sur les marchés pétroliers. L'optimisme sur la croissance de la demande de pétrole se heurte toujours aux inquiétudes concernant l'impact de l'augmentation des cas de COVID-19 en Inde, au Japon et au Brésil. Le baril de brut léger américain WTI semble néanmoins prendre le chemin de la hausse avec un gain actuel de 1,1% à 64,50$ sur le Nymex pour le contrat à terme de juin, tandis que le Brent prend 1% à 67,70$ (contrat de juillet).
Enfin, sur le marché des "cryptos", le bitcoin pointe autour de 57.725$ sur la plateforme Bitfinex.

VALEURS EN HAUSSE

Quelques valeurs bénéficient du nouveau calendrier de levée des restrictions sanitaires, à l'image de GL Events qui reprend 8,5%.

Guillemot : +6,8% avec Fermentalg

TF1 : +5% avec Gensight, Chargeurs (+4%)

Inventiva monte de 4%. Portzamparc reste à l'achat en visant un cours de 27,50 euros.

Genfit grimpe de 3,5% après l'annonce du lancement de NASHnext, un nouveau test diagnostic non-invasif de la stéatohépatite non-alcoolique (NASH). Ce test est mis à disposition exclusivement aux Etats-Unis et au Canada par Labcorp, leader mondial dans le domaine des sciences de la vie. NASHnext est basé sur NIS4, la technologie diagnostique de Genfit utilisant un test moléculaire sanguin innovant qui s'appuie sur des biomarqueurs pour identifier la NASH avec fibrose significative, également qualifiée de "NASH à risque", chez des patients présentant au moins un facteur de risque métabolique, et qui a fait l'objet d'une publication dans The Lancet Gastroenterology and Hepatology.

Gensight : +3,5% avec Carmila, XFab, Bic

Nokia : +3% avec Séché et M6

TechnipFMC : +2,5% avec Boiron, Genfit, BibBen

Somfy : +2% suivi de Oeneo, Coface, Icade, Dior, Colas

Navya : +1,5% suivi de AXA, Nacon, Stellantis, Danone, Air France KLM et CGG

Safran +0,5%. Oddo BHF a rehaussé son objectif de cours de 135 à 140 euros ('surperformer').

VALEURS EN BAISSE

Lagardere se dégonfle de 7% suivi de DMS et de 2CRSI (-6%)

DBV Technologies trébuche de 5,5% après son point trimestriel. La société a fait état de trésorerie et les équivalents de trésorerie de 152,5 millions de dollars à fin mars, contre 196,4 M$ à fin décembre 2020.

Valneva retombe de 5% avec Mauna Kea, Abionyx

Technicolor : -3% avec Catana, Latecoere, SergeFerrari, Verallia(-2,5%)

Solutions30 : -2% suivi de SII, Innate, Korian, Esi Group

SQLI : -1,5% avec STM, Innate, AKKA, Atos, Burelle, FNAC Darty, LNA et SES

Sanofi reperd 0,7%. Le dividende en numéraire de 3,20 euros par action sera détaché mercredi et mis en paiement le 7 mai.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.