Clôture Paris : en légère baisse après la BCE

Clôture Paris : en légère baisse après la BCE©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 10 septembre 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 a finalement reperdu 0,38% ce jeudi à 5.023 pts à l'issue d'une séance calme qui a vu l'indice se redresser mollement dans la foulée des annonces de la BCE avant de retomber. Le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux d'intérêt directeurs resteront à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'il ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers un niveau suffisamment proche de, mais inférieur à 2% sur son horizon de projection, et que cette convergence se reflète de manière cohérente dans la dynamique d'inflation sous-jacente...

ECO ET DEVISES

A l'occasion de la conférence de presse de la BCE, Christine Lagarde a souligné que les données récentes suggéraient un fort rebond de l'économie, globalement conforme aux attentes précédentes, bien que le niveau d'activité reste bien inférieur à celui qui prévalait avant la pandémie de coronavirus...
Alors que l'activité dans le secteur manufacturier a continué à s'améliorer, la dynamique dans le secteur des services s'est quelque peu essoufflée récemment. La vigueur de la reprise reste entourée d'une grande incertitude, car elle continue à dépendre fortement de l'évolution future de la pandémie et du succès des politiques de confinement. La demande intérieure de la zone euro a enregistré une reprise significative à partir de faibles niveaux, bien que l'incertitude élevée concernant les perspectives économiques continue de peser sur les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.
L'inflation globale est freinée par la faiblesse des prix de l'énergie et des pressions sur les prix dans un contexte de demande modérée et d'un marché de l'emploi peu tendu. Dans ce contexte, une relance monétaire importante reste nécessaire pour soutenir la reprise économique et pour préserver la stabilité des prix à moyen terme. C'est pourquoi le Conseil a décidé de reconfirmer l'orientation accommodante de sa politique monétaire.
Très attendue sur l'évolution de l'euro, la dirigeante a indiqué que le Conseil des gouverneurs avait discuté de la récente appréciation de la monnaie unique, mais l'opinion générale est qu'il n'y a pas de raison de réagir de manière excessive à cette récente hausse. La BCE évaluera néanmoins avec soin l'effet de l'euro sur l'inflation... L'euro remonte ce soir à 1,1875/$ entre banques. Le pétrole campe sur les 40$ le brent.

VALEURS EN HAUSSE

Rallye remonte de 18% dans un marché marqué par le retour d'une certaine spéculation sur la galaxie Casino (+5%). La société de droit luxembourgeois VESA Equity Investment, contrôlée par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, a franchi en hausse début septembre le seuil de 5% des droits de vote du groupe pour détenir 7.752.359 actions, soit 7,15% du capital et 5,18% des ddv du groupe français. Ceux qui veulent l'imiter pourront passer par le call R9OAB qui vise un cours de 23 euros d'ici la fin de l'année.

Chargeurs bondit de 10%. Le spécialiste de la fabrication de films de protection des surfaces, de produits techniques et textiles a vu son EBITDA être multiplié par plus de deux au premier semestre, à 71,2 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 518,5 millions d'euros, en croissance de 59% (+54,4% en organique). Cette performance remarquable est portée par les ventes de Chargeurs Healthcare Solutions au 2ème trimestre, qui atteignent 253,9 millions d'euros, essentiellement réalisées en Europe. Le résultat net atteint 28,9 millions d'euros contre 8,3 ME un an plus tôt, dont 29 ME en résultat net part du Groupe, tiré par la forte augmentation du ROPA.

AB Science : +9% avec le Groupe Crit

AKKA (+8,6%) a enregistré un chiffre d'affaires de 778 ME au premier semestre 2020, en baisse de 12,7%, soit 20,3% sur une base organique. La performance du Groupe au cours du premier semestre 2020 a été pénalisée par les effets négatifs de la crise de la COVID-19 sur la demande et par les mesures de confinement à travers le monde à partir de mars 2020. AKKA a atteint un point bas en mai 2020 et connaît depuis une reprise progressive de son activité. La perte opérationnelle du Groupe s'élève à -66,1 ME, conséquence directe de la crise de la COVID-19. AKKA a enregistré 52,4 ME de coûts non récurrents, dont 46 ME liés à la crise de la COVID-19 consacrés aux mesures visant à préserver la santé des employés, des coûts dus au chômage partiel et des provisions pour créances clients, ainsi que 6,8 ME liés au déploiement de Fit-2 Clear Now, le plan de performance du Groupe.

Solocal repend 7% avant le détachement des DPS permettant de participer à l'augmentation de capital demain matin.

Beneteau : +7% avec Burelle, SMCP

AST Groupe : +5% avec Linedata après les comptes, suivi de Poxel (+4%) avec Mersen et Plastivaloire

SES : +3,5% avec Aures et Derichebourg

PSA Groupe avance de 3%, bien aidé par une étude d'analyste. Bank of America a en effet repris la couverture du titre avec un objectif de 23 euros. Le marché est globalement positif sur le dossier puisque, selon le consensus 'Bloomberg', 13 analystes sont à l''achat', 1 à 'conserver' et 4 à 'vendre'. L'objectif moyen à douze mois est fixé à 19,11 euros.

Spie : +3% suivi de Faurecia, Savencia, CGG

ubisioft : +1,5% avec Korian et Figeac Aero

Valneva (+1%) a signé un nouveau contrat d'une durée maximale de trois ans avec le Département américain de la Défense pour la fourniture de son vaccin contre l'encéphalite japonaise IXIARO. Ce nouveau contrat porte sur une période de trois ans (une première année ferme et deux années supplémentaires via des options) pour une valeur de 61 millions de dollars la première année. Le Département américain de la Défense a ensuite la possibilité d'acheter le vaccin pour une valeur de 76 millions à 105 millions de dollars sur deux ans. Les livraisons du vaccin pour la première année vont débuter au quatrième trimestre 2020.

VALEURS EN BAISSE

Innate : -4% avec Coface (-3,5%) et Thermador (-3%)

Vinci : -2,7% suivi de Manitou et Eiffage

Veolia recule de 2,2%. Le Conseil d'Administration de Suez rejette unanimement l'offre de Veolia. Réuni hier, il a considéré que le projet d'opération hostile annoncé par son concurrent, le 30 août, est incompatible avec l'intérêt de Suez et de l'ensemble de ses parties prenantes, en particulier ses actionnaires, ses salariés et ses clients. Le Conseil apporte son plein soutien à l'équipe de direction.

Euronext : -1,8%. Un consortium réunissant Euronext, la Cassa Depositi e Prestiti et la banque Intesa Sanpaolo s'est constitué pour racheter l'opérateur boursier italien Borsa Italiana auprès du London Stock Exchange.
Les discussions ont essentiellement porté sur les termes d'une offre conjointe présentée par la Cassa Depositi e Prestiti (CDP) italienne et Euronext sur l'exploitant de la Bourse de Milan, ont dit les sources. Selon les sources de l'agence Reuters, Rome ne voit pas d'obstacle à ce que l'offre franco-italienne réussisse. Le LSE a fixé au 11 septembre la date limite de dépôt d'offre pour tout ou partie de Borsa Italiana.
Cette mise en vente doit permettre au groupe britannique d'obtenir le feu vert des autorités européennes au rachat de l'entreprise de données et d'analyses financières Refinitiv, pour 27 milliards de dollars (22,7 milliards d'euros).
Le projet présenté par Euronext propose de confier 8% de l'ensemble à la CDP italienne, une participation équivalente à celle que détient la Caisse des dépôts et consignations française, selon Reuters.

Alstom : -2% avec Publicis, Icade

Getlink : -1,6% suivi de Sanofi, EDF et Renault

Orange reperd 1%. Orange a réalisé une émission inaugurale de 500 ME d'obligations durables, pour une maturité de 9 ans et un coupon annuel de seulement 0,125%.

Bouygues cède 0,5% alors que Barclays a dégradé la valeur à 'pondération en ligne'. Le conglomérat a enregistré des chiffres plus élevés que prévu au deuxième trimestre, à la fois sur les télécoms et la construction. Cela amène le courtier à revoir à la hausse ses estimations pour 2020. Cependant, il avait déjà pris en compte une forte reprise pour 2021, de sorte que ses estimations pour l'après 2020 sont largement inchangées...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.