Clôture Paris : en légère hausse avant la FED et la BCE

Clôture Paris : en légère hausse avant la FED et la BCE
finance investisseur bourse

Boursier.com, publié le mercredi 11 décembre 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40 n'a guère bougé ce mercredi mais termine finalement en légère hausse de 0,22% à 5.860 points. Pendant ce temps-là, la cote américaine cherche sa tendance alors que la réunion de la Fed devrait accoucher ce soir d'un très probable statu quo. Le communiqué monétaire ne devrait d'ailleurs pas connaître non plus de grande évolution. Powell devrait confirmer la pertinence de la politique de sa Banque et la relative résistance de l'économie américaine.

Sur le front commercial, la prudence demeure avant la date-butoir du 15 décembre qui devait en principe marquer l'entrée en vigueur de taxes douanières additionnelles de l'administration Trump portant sur plus de 150 milliards de dollars de marchandises importées de Chine. Les marchés 'pricent' pour l'heure un report de ces nouveaux tarifs douaniers, alors que les Etats-Unis et la Chine poursuivent leurs discussions en vue de la conclusion d'un accord commercial partiel 'de phase 1'. Selon le New York Times, aucune décision n'aurait été prise concernant les taxes du 15 décembre et Trump pourrait encore opter pour leur maintien autant que pour leur levée. Bloomberg affirme pour sa part que plutôt que de revenir sur les taxes douanières antérieures, les négociateurs étudieraient une réduction des taux déjà appliqués allant jusqu'à 50%. Rappelons que durant cette guerre commerciale de plus d'un an et demi, les USA ont imposé des droits de 25% sur environ 250 Mds$ d'importations provenant de Chine et des tarifs de 15% sur 110 Mds$ de produits.

Quant à la BCE, Christine Lagarde sera très attendue demain pour sa première à la tête de l'institution. Une première qui ne devrait accoucher que d'une petite souris si l'on se fie aux commentaires de la plupart des observateurs. Emmanuel Auboyneau, Gérant Associé chez Amplegest, explique ainsi que Christine Lagarde va probablement rester dans le sillage de son prédécesseur (ndlr : Mario Draghi). Si le spécialiste n'attend pas de grandes annonces lors de cette réunion, il affirme qu'il sera intéressant d'écouter Christine Lagarde, ses réflexions, ses éléments de langage, pour comprendre ce que pourrait être la teneur de son mandat. Il est probable qu'elle va vouloir affirmer ce principe de "changement dans la continuité".

VALEURS EN HAUSSE

* Oeneo bondit de 13% à 13,7 euros, légèrement au-dessus du prix d'OPA de 13,5 euros dont le groupe fait l'objet à l'initiative de Caspar, société détenue indirectement à hauteur de 96,3% par Andromède - elle-même contrôlée par la famille Hériard Dubreuil. Caspar, qui détient à ce jour 63,1% du capital et des droits de vote d'Oeneo, offre donc 13,5 euros par action, une prime de 11,6% sur le cours de clôture du 6 décembre et de 23% sur la moyenne des cours pondérés par les volumes sur un mois. L'offre s'inscrit dans la volonté de l'initiateur et de la famille Hériard Dubreuil de faciliter le développement de la société en dehors des contraintes de la cotation boursière, dans un contexte d'accroissement de la volatilité des coûts des matières premières et d'une pression concurrentielle croissante.

* Rallye (+10%) poursuit sa remontée. Toujours portée par la finalisation de son projet de plan de sauvegarde, la holding du groupe Casino bondit encore de 8% à 9,3 euros en début de séance à Paris, portant à environ 30% ses gains sur quatre séances. Les dernières annonces soulèvent pourtant pas mal d'interrogations au sein de la communauté financière. Les analystes se demandent notamment comment Casino va pouvoir verser de très importants dividendes à sa maison-mère sans céder davantage d'actifs. Ce matin, Oddo BHF a repris la couverture de Rallye avec un conseil 'neutre' et un objectif de 8 euros.

* Engie (+1,6% à 14,6 euros) et Meridiam ont remporté une concession de 50 ans évaluée à 1 milliard de dollars afin d'apporter une réponse aux enjeux de l'Université de l'Iowa (UI) en matière d'efficacité énergétique, de gestion de l'eau et plus globalement de durabilité. Le projet concerne deux campus s'étendant sur près de 700 hectares à Iowa City, soit l'une des plus grandes surfaces universitaires aux Etats-Unis. Meridiam, l'un des principaux investisseurs à long terme dans les infrastructures de transition énergétique durable, et Engie seront partenaires à parts égales (50/50) dans une nouvelle entité ad hoc dotée de ressources locales.

* SII (+2,3% à 27 euros) : le résultat opérationnel en augmentation de +14,6% à 23,33 ME sur le semestre. Le résultat opérationnel international progresse de 17% porté par l'amélioration des performances au Chili et aux Pays-Bas et la poursuite des très bons résultats en Pologne. En France, le résultat opérationnel ressort en hausse de 11,3% soutenu par un jour ouvré supplémentaire. Le résultat opérationnel bénéficie de façon peu significative (+219 kE) de la première application de la norme IFRS16 qui impacte positivement la marge opérationnelle à hauteur de +0,07%. La progression de l'activité fait ressortir un résultat net en hausse de +8,2% à 14,77 ME, après prise en compte du résultat financier et des impôts. A fin septembre 2019, la trésorerie disponible s'élève à 78,7 ME (79,9 ME à fin mars 2019).

* Gensight (+64% à 2,85 euros) a dévoilé les premiers résultats de l'étude observationnelle REALITY, ainsi qu'une analyse des données de phase III REVERSE et RESCUE, qui mettent en évidence le mauvais pronostic des patients souffrant d'une perte de vision due à une neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) associée à la mutation ND4. "Les résultats confirment les observations des experts de la NOHL dans leur pratique clinique et contrastent fortement avec l'amélioration bilatérale observée dans les études de phase III du LUMEVOQ (GS010)", commente Gensight.

* TechnipFMC gagne 0,2%. Citi est passé à l''achat' sur le groupe de services pétroliers.

VALEURS EN BAISSE

* Valeo ne parvient pas à rebondir (-2,1% à 32,3 euros) au lendemain d'une chute de près de 7,5%. Invest Securities estime pourtant que ce repli de l'action offre un point d'entrée attractif sur la valeur alors que la journée investisseurs a réaffirmé les perspectives 2022 de Valeo dans un contexte de marché automobile incertain en 2020. Pour le broker, les guidances 2022 sont rassurantes sur la croissance, plus élevées qu'attendu sur la marge d'EBITDA (15% en 2022), même si le décalage de la montée en puissance de Valeo Siemens Automotive impacte modérément ses estimations de bpa 2020-2021, ajutées respectivement de -5% et -6%. L'objectif est relevé de 37 à 38 euros. Goldman Sachs a de son côté réitéré son conseil 'vendre' tout en ajustant sa cible de 22 à 25 euros.

* Airbus cède 0,2% à 124 euros alors que Jefferies a dégradé la valeur à 'conserver'. Le broker estime qu'il est nécessaire, pour le géant européen, de mettre l'accent sur la solidité financière au cours des 24 à 36 prochains mois pour investir dans la préparation aux pressions environnementales et rationaliser la fabrication et l'assemblage. Dans ces conditions, le courtier ne prévoit pas de rachat d'actions ou de dividendes spéciaux, mais plutôt une sorte de période de transition qui pourrait permettre de créer une société encore plus 'précieuse'. L'électrification pourrait amener à des changements substantiels dans la conception des avions, créant le risque qu'un concurrent ne parvienne à une rupture technologique et menace la position d'Airbus... Une forte solidité financière peut aider à contrer ce risque, estime l'analyste, qui porte son objectif de 110 à 120 euros.

* Capgemini reperd 1,7% à 104,3 euros. Exane BNP Paribas avait abaissé hier son objectif sur la valeur de 127 à 120 euros tout en confirmant son conseil 'surperformer'.

* Balyo perd 10% sous les 1 euro : le titre enchaîne les forts reculs depuis plusieurs séances les investisseurs se montrant circonspects depuis le départ du fondateur et dirigeant.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.