Clôture Paris : en légère hausse malgré la rechute de Wall Street

Clôture Paris : en légère hausse malgré la rechute de Wall Street
Fed siège de la Réserve fédérale américaine - Washington

Boursier.com, publié le mercredi 12 mai 2021 à 18h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Après 1,86% de baisse hier, le CAC40 est parvenu à préserver une légère hausse de 0,19% ce soir à 6.279 points malgré la rechute de Wall Street. La cote américaine creuse en effet ses pertes ce mercredi, les chiffres des prix US à la consommation publiés ce jour ayant confirmé une douloureuse poussée inflationniste. Le Nasdaq perd 2% alors que le DJIA cède 1%.

Les chiffres américains de l'inflation publiés ce mercredi confirment les craintes récentes de marché, puisque l'indice des prix à la consommation pour le mois d'avril 2021 est ressorti en nette hausse de 0,8% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,2%. Le CPI progresse ainsi de 4,2% en glissement annuel contre 3,6% de consensus, au plus haut depuis 13 ans. Hors alimentation et énergie, l'indicateur grimpe de 0,9% par rapport au mois antérieur, contre un consensus de 0,3%. Évidemment, le rendement des treasuries à 10 ans se tend suite à ces chiffres d'inflation préoccupants, à 1,68% désormais, contre 2,38% pour l'échéance à 30 ans.

VALEURS EN HAUSSE

* Total reprend 2,3% à 39,3 euros avec la remontée du baril.

* Société Générale gagne 2% à 25,8 euros, alors que les avis d'analystes se multiplient sur le dossier, dans la foulée de la présentation de sa nouvelle stratégie de moyen terme pour sa Banque de Grande Clientèle et de Solutions Investisseurs (BFI). Une feuille de route basée sur trois objectifs clefs : renouer avec une croissance durable et rentable en conservant le client au coeur de la stratégie et en ajustant de façon ciblée et équilibrée l'allocation de capital au profit des métiers de financement, de conseil et de banque de flux ; poursuivre la politique de réduction des coûts dans le souci continu d'améliorer le levier opérationnel ; et maintenir une gestion stricte des risques et réduire la sensibilité des résultats aux chocs de marché... Parmi les derniers avis, Berenberg a relevé son objectif de 17 à 21,50 euros en restant à 'vendre' et Barclays a revalorisé le sien de 17,5 à 19,6 euros ('sous-pondérer'). Plus généreux, Goldman Sachs a remonté sa cible de 24 à 27 euros mais en restant sur la banque. D'un point de vue financier, la BFI vise une rentabilité sur capital normatif (RONE) supérieure à 10% d'ici 2023, soit plus de 12% en excluant la contribution au Fonds de Résolution Unique dont la phase de constitution initiale doit s'achever fin 2023.

* Technicolor bondit de plus de 7% à 3,08 euros sur la place parisienne. Le groupe a fortement redressé ses résultats au premier trimestre et a réitéré ses prévisions pour 2021 et 2022. Sur les trois premiers mois de l'exercice, il a réalisé un Ebitda en hausse de 71,7% à 43 millions d'euros pour un chiffre d'affaires en baisse de 3,7% à 711 ME.

* Bénéteau flambe de 17% à 12,3 euros. Il faut dire que le plaisancier a rehaussé ses objectifs annuels grâce à un marché du nautisme et de l'hôtellerie de plein air bien orientés en ce début 2021. Le groupe anticipe désormais une croissance de son chiffre d'affaires de +2% (+1% pour la division Bateau, +7% pour la division Habitat), contre une stabilité précédemment. Cette croissance aurait pu dépasser 6%, sans l'impact de la cyberattaque qui est évalué à 45 ME sur le chiffre d'affaires 2021.

* EDF gagne 1,4% à 11,4 euros après avoir publié un chiffre d'affaires de 21,9 milliards d'euros au premier trimestre, en croissance organique de 6,2%. Les objectifs 2021 et les perspectives 2022 sont confirmés. Le chiffre d'affaires du premier trimestre 2021 du groupe est en progression par rapport au premier trimestre 2020. Il est soutenu par l'évolution positive des indexations tarifaires en France et par de meilleures conditions de prix de l'électricité et du gaz. Il convient de noter toutefois que l'évolution favorable des prix du gaz a un impact limité en EBITDA. Les ventes bénéficient par ailleurs d'un effet climat favorable, ainsi que d'une bonne performance d'EDF Trading.

VALEURS EN BAISSE

* Vivendi (-2,5% à 28,7 euros) a revu à la hausse la valeur d'Universal Music Group et fixé au 27 septembre la date limite de cotation des actions de sa filiale musicale à Amsterdam. Dans des documents publiés en amont de l'assemblée générale du groupe prévue en juin, Vivendi valorise 100% d'UMG 33 milliards d'euros, soit 3 MdsE de plus que le niveau retenu pour la cession de 10% du capital au Chinois Tencent. Comme déjà indiqué, Vivendi s'est engagé à distribuer 60% de sa filiale, qui compte notamment parmi son catalogue des artistes tels que Lady Gaga et Taylor Swift, à ses actionnaires actuels. Environ 1,1 million d'actions UMG seront distribuées aux actionnaires, chaque action Vivendi donnant droit à une action UMG. La mise en paiement de la Distribution en Nature est prévue le 29 septembre, avec un détachement le 27 septembre 2021. En divisant la valorisation correspondant à 60% d'UMG par le nombre exact d'actions, le prix par action UMG revient à 18,2 euros.

* Ubisoft recule de 11% à 54,8 euros, les investisseurs sanctionnant des objectifs jugés décevants. Après un exercice 2020-2021 record, l'éditeur de jeux-vidéo anticipe sur sa nouvelle année fiscale une croissance à un chiffre du net bookings et un résultat opérationnel non-IFRS compris entre 420 et 500 ME. Pour son exercice clos au 31 mars, qui a profité des mesures de confinement liées à la crise de COVID-19, le groupe a vu ses réservations nettes bondir de 46,1% à 2,2 milliards d'euros, en ligne avec ses objectifs révisés en février dernier. Son résultat opérationnel non-IFRS est ressorti à 473,3 millions d'euros contre 34,2 ME un an auparavant.

* CGG décroche de 10% à 0,91 euro, plombé par une publication trimestrielle jugée décevante par les analystes. L'Ebitda ajusté est ressorti inférieur aux estimations du consensus, la déception étant due à des ventes tardives plus faibles que prévu, mais aussi à des coûts plus élevés dans tous les segments, affirme DNB, à 'conserver' sur l'action. Portzamparc ('achat') note la génération de cash positive mais souligne aussi que les comptes sont en-deçà de ses attentes.

* Sur le CAC40, Alstom qui avait fortement progressé ces derniers mois, affichent la plus forte baisse du jour à -4%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.