Clôture Paris : fin de série pour le CAC40

Clôture Paris : fin de série pour le CAC40©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 25 avril 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Après plusieurs séances consécutives de progression, le CAC40 a cédé aux prises de bénéfices ce mercredi, plombé par Wall Street et la hausse, au-dessus du seuil symbolique des 3%, du taux des T-Bonds US... L'indice parisien a ainsi reculé de 0,57% en ce milieu de semaine, préservant tout de même les 5.400 points, à 5.413 pts en clôture. A Paris, le secteur du luxe se démarque à nouveau avec une publication supérieure aux attentes de Kering. Outre-Atlantique, Wall Street poursuit donc sa descente actuellement, avec un Dow Jones qui s'oriente vers une sixième séance dans le rouge, alors que la saison des résultats US bat son plein...

ECO ET DEVISES

L'indice de confiance des ménages, calculé par l'Insee, gagne un point en avril, à 101, très légèrement au-dessus de sa moyenne de long terme. Le consensus tablait sur un indice à 100.

Le taux du T-Bond à 10 ans a donc atteint 3%, un niveau pas revu depuis plus de 4 ans (début 2014), mais il était alors rapidement retombé sous ce seuil. Cette fois, les marchés craignent que ce taux ne remonte durablement au-dessus des 3%, compte-tenu de plusieurs facteurs de soutien : une croissance économique solide et le retour du plein emploi aux Etats-Unis, la poursuite annoncée du cycle de hausse des taux directeurs de la Fed, et des signes de retour de l'inflation, d'autant que le cours du pétrole est remonté au plus haut depuis plus de 3 ans. En outre, la politique de Donald Trump (baisse des impôts et protectionnisme commercial), va accroître l'endettement des Etats-Unis et contribuer à une hausse de l'inflation et des taux d'intérêts. Si le taux à 10 ans se hissait durablement au-dessus de 3% les investisseurs seraient tentés de délaisser les actions pour les obligations. Le rendement (dividendes) des actions américaines est d'environ 1,7% pour le S&P 500, et comporte davantage de risque que la dette de l'Etat américain, qui rapporte donc désormais près de 3% par an...

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 20 avril 2018, a fait ressortir une hausse de 2,2 millions de barils sur les stocks de brut, hors réserve stratégique, en comparaison de la semaine antérieure. Les stocks d'essence ont augmenté quant à eux de 0,8 million de barils, alors que les stocks de distillés ont décliné de 2,6 millions de barils par rapport à la semaine précédente.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,2179$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 67,8$ et le Brent s'affiche à 73,7$.

VALEURS EN HAUSSE

* Bic gagne 5,1%. Le chiffre d'affaires du premier trimestre 2018 s'est élevé à 415,4 millions d'euros, en baisse de -12,2% en publié et de 1,5% à base comparable. L'impact défavorable de la variation des devises (-9,2 %) s'explique principalement par la dépréciation du dollar américain et du réal brésilien par rapport à l'euro. Le taux de marge brute du premier trimestre 2018 s'est établi à 53,8%, comparé à 52,8% au premier trimestre 2017. Le résultat d'exploitation normalisé du premier trimestre 2018 était de 69,6 ME, contre 81,1 ME un an plus tôt. Le résultat net part du groupe s'est élevé à 48,6 ME, en baisse de 1,9% en publié.

* Kering (+4,6%). La nouvelle performance exceptionnelle de Kering, portée par la dynamique incroyable de Gucci, est logiquement saluée par les opérateurs.. Sur les trois premiers mois de l'année, le chiffre d'affaires de la société a bondi de 27,1% en données publiées et de +36,5% en comparable, à 3,107 MdsE. Le consensus était positionné à 2,81 MdsE. Gucci seul voit ses revenus bondir de 49% en comparable ! "Pour le restant de l'année, nous faisons face à des bases de comparaison élevées et à des effets de change défavorables, mais demeurons confiants dans l'aptitude de nos Maisons à faire mieux que leur marché, portées par leur capacité d'innovation et leur audace créative", a indiqué François-Henri Pinault, en guise de perspectives.

* STMicroelectronics (+2,9%) a dévoilé des résultats trimestriels légèrement supérieurs aux attentes des analystes et rassuré le marché compte tenu des derniers résultats décevants des acteurs du secteur. "Malgré la faible demande sur le marché des smartphones au premier semestre 2018", le groupe vise au deuxième trimestre une croissance du chiffre d'affaires d'environ 1,5% sur une base séquentielle (à plus ou moins 3,5 points de pourcentage) et une marge brute d'environ 40% (à plus ou moins 2 points de pourcentage). "Pour le second semestre de l'année, nous voyons une demande saine, avec un fort carnet de commandes pour tous nos groupes de produits, nos marchés finaux - dont celui des smartphones - et dans toutes les régions", a souligné Carlo Bozotti, le PDG de STM.

* Sur le CAC40, Atos monte aussi de 2,3% avec Vivendi (+1,5%) ou encore Sanofi (+0,7%).

VALEURS EN BAISSE

* Solocal Group perd 10,6%. Le groupe a vu ses revenus reculer de 4% à 168 millions d'euros au premier trimestre (sur le périmètre des activités poursuivies). A la fin mars, le carnet de commandes s'élève à 449 ME, en baisse de -5%. A 394 ME, le carnet de commandes du digital, principale activité de la société, est en légère érosion de -1% du fait d'un profil de reconnaissance du chiffre d'affaires hétérogène selon les produits vendus. Malgré ce début d'année difficile, le groupe a confirmé pour 2018 la perspective de stabilisation de son EBITDA récurrent.

* Tarkett plonge de 7,5%. Le groupe a dévoilé un EBITDA ajusté en retrait à 30 ME contre 52 ME au T1 2017, pénalisé par le prix des matières premières, le ralentissement de l'activité en EMEA et en Amérique du Nord, ainsi que par les taux de change.

* Michelin redonne 3,8% après deux séances consécutives de rebond.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal perd aussi 3,1% avec Schneider Electric (-2,6%) ou encore Solvay (-2,2%).

* Des prises de bénéfices sur Airbus (-1,8%) favorisées par le fait que le titre était encore proche de ses sommets de 100 euros après un très bon début d'année.

* Peugeot recule de 1,7%. Le Crédit Suisse a ajusté son objectif de coirs de 22,7 à 23,6 euros.

* Air Liquide (-0,9%) a dévoilé un chiffre d'affaires du 1er trimestre s'élèvant à 5,01 Milliard d'Euros, soit une progression de +6% en données comparables. Ce niveau de croissance fait suite à une progression des ventes déjà solide au 4ème trimestre 2017 (+4,5 %). En variation publiée, le chiffre d'affaires du Groupe est en retrait de -3,2 % par rapport au 1er trimestre 2017 en raison d'un fort effet de change négatif (-8,2%), d'un effet de périmètre (-0,7 %) et d'un impact légèrement négatif de l'énergie (-0,3%).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.