Clôture Paris : l'espoir d'un vaccin supplante l'incertitude de l'élection américaine

Clôture Paris : l'espoir d'un vaccin supplante l'incertitude de l'élection américaine©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 04 novembre 2020 à 18h00

LA TENDANCE

Au terme d'une séance très volatile, le CAC40 a terminé en forte hausse de 2,44% à 4.923 points. Tout avait pourtant mal commencé ce matin (environ -1,5%) en raison de l'issue très incertaine de l'élection aux Etats-Unis. Sur ce plan, rien n'a changé puisque les résultats semblent très serrés et sont encore loin d'être définitifs. Trump a promptement déclaré victoire, mais il n'en est officiellement rien et l'heure est encore au décompte des votes, avec 238 grands électeurs pour l'instant pour Biden et 213 pour le président sortant (ou restant !).

Ce sont les espoirs d'un vaccin contre la COVID-19 qui ont relancé les marchés, la Grande-Bretagne envisageant la possibilité qu'un vaccin soit disponible fin décembre ou au début de l'année 2021. L'université d'Oxford et le laboratoire AstraZeneca avancent en effet dans leurs travaux et espèrent présenter cette année les résultats des essais avancés de leur candidat-vaccin qui devrait être l'un des premiers avec ceux de Pfizer et BioNTech à solliciter une demande officielle d'approbation par les autorités réglementaires.

Désigné "AZD1222" ou "ChAdOx1 nCoV-19", le candidat-vaccin de l'université d'Oxford et AstraZeneca est basé sur un adénovirus de chimpanzé modifié pour introduire dans son génome la partie codante pour la protéine de pointe du SARS-CoV-2 par lequel le virus pénètre les cellules humaines. Plus de 169 candidats vaccins contre le Covid-19 sont en cours de développement dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et 26 sont en phase d'essai sur l'homme.

VALEURS EN HAUSSE

* Teleperformance s'offre la tête du CAC40 ce mercredi à la faveur d'un gain de 6,5% à 286,6 euros. Le spécialiste des centres d'appels a fait état d'une accélération de la croissance de son activité au 3ème trimestre avec des revenus de 1,428 milliard d'euros, en hausse de 12,3% en organique. Fort de ce dynamisme, le management a relevé sa guidance annuelle de chiffre d'affaires avec une croissance interne désormais attendue à environ 8% à données comparables, contre un objectif de croissance 'de l'ordre de 6%' communiqué auparavant. Il a confirmé viser un taux de marge d'EBITA courant sur CA d'au moins 12,5%.

* Sanofi se distingue en hausse de 6% à 86,8 euros. La perspective d'une vague bleue aux Etats-Unis semble clairement oubliée alors que Donald Trump paraît encore en course pour rester à la Maison-Blanche. Plus globalement, ce sont ainsi tous les grands groupes pharmaceutiques européens qui surperforment le marché alors que l'absence de victoire des démocrates signifierait que "les pressions sur les prix des médicaments aux États-Unis sont susceptibles d'être bénignes pour les 4 prochaines années", selon Naresh Chouhan, analyste chez Intron Health.

* Crédit Agricole (+1,2% à 7,37 euros) n'a pas déçu. Après BNP Paribas, la banque verte a dépassé les attentes des analystes au troisième trimestre grâce à une bonne performance de ses activités de marché et des provisions pour risque de crédit moindres qu'au deuxième trimestre. Le bénéfice net du véhicule coté du groupe Crédit agricole est ainsi ressorti en repli de 18,5% à 977 millions d'euros pour des revenus en hausse de 2,4% à 5,15 MdsE. Le consensus FactSet tablait sur un bénéfice net de 747 millions d'euros pour des revenus quasi stables à environ 5 MdsE.

* Axa gagne près de 4% à 15,5 euros au lendemain de son point trimestriel. L'assureur a réalisé sur les neuf premiers mois de l'exercice un chiffre d'affaires en recul de -2% en base comparable (-8% en données publiées), à 73,4 milliards d'euros. Son ratio de solvabilité II s'établit à 180% au 30 septembre, stable par rapport à fin juin. A ce stade, Axa ne prévoit qu'un impact limité en termes de sinistres liés à l'actuelle seconde vague de confinements.

* Vicat bondit de 8% à 29,6 euros, porté par un solide troisième trimestre et une guidance optimiste pour la fin d'année. Le cimentier a fait état d'un chiffre d'affaires consolidé en hausse de 12%, à périmètre et taux de change constants, à 762 millions d'euros, et s'attend désormais à une croissance marquée de son EBITDA (à périmètre et changes constants) sur l'ensemble de l'exercice contre une baisse modérée précédemment. Le groupe évoque la reprise de l'activité, notamment en France et en Inde, le dynamisme des régions Amériques et Afrique, la baisse des coûts de l'énergie de -8% (soit un impact estimé de -24 ME hors impact volumes et changes) et le programme de réduction des coûts de structure (estimé à -28 millions d'euros).

VALEURS EN BAISSE

* Air France KLM cède 0,4% à 3,12 euros. Initialement réfractaires, les pilotes de KLM ont fini par accepter le gel de leurs salaires jusqu'en 2025, ouvrant ainsi la voie au déblocage d'un plan d'aide du gouvernement néerlandais. KLM doit bénéficier d'une aide d'un montant total de 3,4 milliards d'euros, dont un milliard sous forme de prêts directs de l'Etat, pour lui permettre de traverser la crise du coronavirus, mais le refus du gel des salaires opposé le week-end dernier par les pilotes avait conduit le gouvernement néerlandais à retirer son projet.

* Pas de baisses significatives sur le CAC40.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.