Clôture Paris : le CAC 40 démarre août prudemment...

Clôture Paris : le CAC 40 démarre août prudemment...©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 01 août 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Après un beau mois de juillet, marqué par un gain de 3,5%, le CAC 40 a débuté le mois d'août sur une note prudente, en baisse de 0,23%, à 5.498 points en clôture. Les publications de résultats se poursuivent à bon rythme, avec notamment les comptes salués d'Air France, d'Eutelsat ou encore d'ArcelorMittal, et ceux, moins appréciés, de Bic ou encore Veolia. BNP Paribas a de son côté terminé en légère baisse...

Aux Etats-Unis, Wall Street s'affiche dans le vert actuellement, soutenu par le rebond d'Apple sur de nouveaux sommets, et malgré le retour des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

Les opérateurs, qui suivront ce soir le communiqué monétaire de la Fed (et les comptes de Tesla), doivent en outre digérer une quantité importante d'indicateurs macroéconomiques américains aujourd'hui, avec notamment un rapport sur l'emploi privé solide, en attendant les chiffres officiels de l'emploi de juillet de vendredi prochain.

Les prix du pétrole sont quant à eux en nette baisse actuellement, plombés par une hausse surprise des stocks commerciaux de brut US.

ECO ET DEVISES

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a abaissé la prévision de croissance du gouvernement pour la France en 2018. Elle passe ainsi de 2% jusqu'à présent, à "pas inférieure à 1,8%"...

Se redressant de 52,5 en juin à 53,3 en juillet en France (contre un consensus de 53,1), l'Indice des Acheteurs PMI IHS Markit (un indice composite conçu pour mesurer la performance globale de l'industrie manufacturière) signale une forte amélioration de la conjoncture en juillet. S'il se maintient au-dessus de sa moyenne historique, il reste toutefois inférieur aux résultats enregistrés en fin d'année 2017 et début 2018.

La croissance reste modeste dans le secteur manufacturier de la zone euro au début du 3ème trimestre 2018. Bien que s'établissant à 55,1 en juillet, un niveau conforme à sa dernière estimation flash, l'Indice PMI final IHS Markit pour l'Industrie Manufacturière de l'Eurozone ne se redresse que très légèrement par rapport au plus bas de 18 mois enregistré en juin (54,9) Il est en outre inférieur de plus de cinq points au plus haut historique enregistré en fin d'année 2017.

Si une trêve commerciale a été conclue entre les Etats-Unis et l'Union européenne la semaine dernière lors d'un entretien entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker, ce n'est en revanche pas le cas entre la Chine et les USA. Un projet de tarifs douaniers exceptionnel pourrait être dévoilé prochainement. L'information n'est pas officielle mais selon une source proche du dossier, l'administration Trump s'apprêterait à proposer d'imposer des droits de douane de 25% à l'équivalent de 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Le mois dernier, Robert Lighthizer, délégué américain du commerce, avait annoncé qu'ils seraient de 10%. Les informations d'hier étaient pourtant plutôt réjouissantes à ce sujet. D'après Bloomberg, des représentants du secrétaire américain au Trésor et du vice-Premier ministre chinois étaient en effet en train de tenter de relancer les négociations commerciales entre les deux plus grandes économies mondiales...

Selon le dernier rapport d'ADP concernant l'emploi privé non-agricole américain, pour le mois de juillet 2018, les créations de postes sont ressorties au nombre de 219.000, contre un consensus de 173.000. Les créations d'emploi dans le privé en juin ont été révisées à 181.000, contre 177.000 en première lecture.

Les dépenses de construction aux Etats-Unis pour le mois de juin 2018 se sont établies en baisse de -1,1% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place et +1,3% un mois avant (contre +0,4% en première lecture). En glissement annuel, les dépenses de construction du mois de juin ont grimpé de 6,1%.

L'indice ISM manufacturier américain du mois de juillet 2018 est ressorti à 58,1, contre 59,5 de consensus de place et 60,2 en juin.

L'indice IHS Markit PMI manufacturier final américain du mois de juillet 2018 est ressorti à 55,3, contre 55,5 de consensus et 55,4 en juin.

La croissance du secteur manufacturier a ralenti à son rythme le plus lent depuis 8 mois en juillet en Chine, en raison d'un nouveau déclin des commandes à l'export sur fond de guerre commerciale avec les Etats-Unis, selon le résultat de l'enquête réalisée par Caixin/Markit auprès des directeurs des achats. L'indice ressort à 50,8 sur le mois dernier, après 51 en juin, conformément aux prévisions des économistes. Il s'agit de son rythme le moins soutenu depuis novembre 2017. Le sous-indice mesurant l'évolution des exportations est tombé à 48,4...

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 3,8 millions de barils lors de la semaine close au 27 juillet, à 408,7 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux reculé de 2,5 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont progressé de 3 millions de barils.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1668$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 67,4$ et le Brent s'affiche à 72,4$.

VALEURS EN HAUSSE

* Eutelsat (+4,5%). Les intervenants saluent les annonces effectuées lors de la publication des comptes du quatrième trimestre 2017-18, en particulier le coup de pouce sur le dividende, proposé à 1,27 euro contre 1,21 euro versé au titre de l'exercice précédent, en ligne avec l'engagement du Groupe de verser un dividende stable ou en progression, et la confirmation ou l'augmentation des objectifs pour le millésime 2018-19 qui débute, avec une légère croissance attendue et un redressement de la marge d'Ebitda à plus de 78%.

* Air France (+4,1%) monte ce mercredi après ses résultats deuxième trimestre. Sur la période avril-juin, malgré les grèves, le transporteur aérien a affiché un résultat d'exploitation de 345 ME, en recul de 41% par rapport au 2ème trimestre de l'an dernier mais au-dessus de l'estimation du consensus de place qui se situait à 271 ME. Le coût des grèves a pesé à hauteur de 260 ME, a indiqué la compagnie. Quant aux coûts unitaires, ils ont augmenté de 2,4% à change, prix du carburant et charges de retraite constants, soit une réduction de coûts structurelle de -0,7% compensée par un effet grève de +3,1%. La réduction de la dette nette s'est poursuivie, avec une diminution de 315 millions d'euros par rapport au 31 décembre 2017, et le ratio dette nette/EBITDA au 30 juin 2018 est resté stable comparé au 31 décembre 2018 à 1,4x. Commentant ses perspectives, Air France KLM a précisé que L'objectif d'évolution des coûts unitaires à change, prix du carburant et charges de retraite constants, reste de 0% à +1% sur l'année, incluant les coûts liés aux grèves et les ajustements de capacité correspondants au premier semestre 2018. Et, malgré un impact des grèves de 335 millions d'euros sur le premier semestre qui pèsera sur le résultat d'exploitation de l'exercice, le groupe prévoit une réduction de sa dette nette par rapport au 31 décembre 2017.

* ArcelorMittal (+2,2%) réalise un chiffre d'affaires semestriel de 39,18 milliards de dollars (33,33 Mds$ un an plus tôt). Le bénéfice opérationnel est de 2,361 Mds$ au 2e trimestre 2018, portant le bénéfice opérationnel du semestre à 3,93 Mds$. Il est en hausse de +32,5% par rapport au 1er semestre 2017. Le bénéfice brut d'exploitation (Ebitda) est de 3,073 Mds$ au 2e trimestre, soit une hausse de +22,3% par rapport au 1er trimestre 2018 (2,512 Mds$). L'Ebitda du 1er semestre s'établit ainsi à 5,585 Mds$, soit en hausse de +28,6% par rapport au 1er semestre 2017. Le bénéfice net est de 1,865 Md$ au 2e trimestre, soit une hausse de +56,4% par rapport au 1er trimestre 2018. Pour le 1er semestre, le bénéfice net est de 3,057 Mds$, soit une hausse de +31,5% par rapport au 1er semestre 2017. Le bénéfice de base par action est de 3,01$ (2,28$ sur le même période en 2017).

* Arkema (+1,9%). Pour la première fois de son histoire, l'EBITDA du Groupe dépasse 400 millions d'euros sur un trimestre, atteignant ainsi un plus haut historique. Le résultat net courant progresse de +31% à 226 millions d'euros, soit 2,97 euros par action. Le groupe prévoit désormais une progression "mid-single digit" (d'environ 5%) de l'EBITDA par rapport à l'excellente performance de 2017.

* Sanofi grimpe de 1,6% et enregistre une deuxième séance consécutive de progression toujours porté par ses résultats semestriels.

* Aperam (+0,8%) enregistre un chiffre d'affaires de 2,434 milliards d'euros (2,349 MdsE au 1er semestre 2017). Le chiffre d'affaires pour le 2e trimestre 2018 à 1,218 MdE était stable par rapport aux 1,216 MdE du 1er trimestre 2018. Les expéditions d'acier pour le 2e trimestre 2018 ont diminué à 508 milliers de tonnes par rapport à 517 milliers de tonnes au 1er trimestre 2018. L'Ebitda est de 150 millions d'euros pour le 2e trimestre 2018 (141 ME pour le 1er trimestre 2018). Il porte à 291 ME l'Ebitda semestriel (314 ME au 1er semestre 2017). Le bénéfice net ressort à 80 ME au 2e trimestre 2018 (85 ME au 1er trimestre 2018). Le bénéfice net est relativement stable sur le semestre, puisque de 165 ME (164 ME un an plus tôt). Le bénéfice de base par action recule à 0,94 euro au 2e trimestre 2018 (0,99 euro au 1er trimestre 2018).

* L'Oréal (+0,2%) a annoncé des rachats ce matin : La Roche Posay, ainsi que Logocos, en Allemagne.

VALEURS EN BAISSE

* Bic (-9,9%). Le résultat net Part du Groupe par action était de 1,55 euro, comparé à 2,76 euros au premier semestre 2017, en recul de 43,8%. Le résultat net Part du Groupe par action normalisé a diminué de 5% à 3,05 euros, comparé à 3,21 euros au premier semestre 2017. Le résultat net Part du Groupe par action du deuxième trimestre 2018 était de 0,49 euro, comparé à 1,70 euro au deuxième trimestre 2017 en recul de 71,2%. Le résultat net Part du Groupe par action normalisé du deuxième trimestre 2018 a diminué de 2,5% à 1,99 euro, comparé à 2,04 euros au deuxième trimestre 2017.

* X-Fab (-6,4%) dévoile un résultat net de 1,5 M$, en recul de 94% par rapport au 2ème trimestre 2017 et en recul de 90% par rapport au 1er trimestre 2018. Le bénéfice par action trimestrielle ressort ainsi à 0,01 dollar. X-Fab précise que le chiffre d'affaires attendu pour le troisième trimestre 2018 est de 154-159 M$ avec une marge EBITDA de 18-20%. Les prévisions pour 2018 restent inchangées et sont basées sur un taux de change de 1,19 USD/EUR.

* Valeo (-3,6%) ne parvient pas à se remettre de son avertissement du 25 juillet dernier, et poursuit ainsi sa descente, sur le 40 euros désormais ...

* Veolia (-3,3%). Le résultat net part du groupe a progressé de 13,5% à 225 ME au premier semestre.

* AccorHotels (-1%) a signé un accord portant sur l'acquisition de 85% de 21c Museum Hotels, société de gestion hôtelière qui repousse les frontières des musées et des hôtels pour faire vivre une expérience absolument novatrice du voyage. 21c associe musées d'art contemporain, boutiques-hôtels et restaurants dirigés par de grands chefs au sein de onze établissements ouverts ou en projet à travers les Etats-Unis.

* BNP Paribas (-0,5%) annonce un bénéfice semestriel supérieur aux attentes : le résultat net est resté stable (-0,1%) sur le trimestre à 2,39 MdsE alors que le consensus attendait 2,06 MdsE. Le produit net bancaire est, sur la période, ressorti en hausse de 2,5% à 11,21 MdsE d'euros là encore au-dessus des attentes.

* Alstom (-0,1%) annonce avoir signé mardi un contrat de 330 millions d'euros auprès de l'opérateur Italo - Nuovo Trasporto Viaggiatori pour l'achat de cinq trains Pendolino EVO supplémentaires, exerçant une option sur le contrat initialement signé en octobre 2015. Le contrat comprend également 30 années de maintenance. Ces cinq nouveaux trains porteront la flotte totale Italo Pendolino EVO à 22 trains. Avec cet investissement supplémentaire, Italo, le premier opérateur italien privé à opérer sur des lignes à grande vitesse, sera en mesure d'étendre le réseau actuel et de répondre aux besoins croissants du marché, offrant de nouvelles destinations et des fréquences accrues.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU