Clôture Paris : le CAC 40 échoue de peu sur les 5.900 pts

Clôture Paris : le CAC 40 échoue de peu sur les 5.900 pts
Trader sur le floor de Londres.

Boursier.com, publié le lundi 11 novembre 2019 à 18h00

Le CAC 40 n'est finalement pas parvenu ce soir à franchir les 5.900 pts. Hésitant tout au long de la séance, l'indice phare parisien a terminé la journée en timide progression de 0,07% à 5.894 pts, sous les 5.900 pts dans un marché creux en raison du 11 novembre et de la 'Journée des Vétérans' aux Etats-Unis (jour férié mais coté à Wall Street). Sur le marché des changes, la livre sterling remontait de 0,7% à 1,286$, alors que l'euro progressait de 0,2% à 1,104$. Le baril de brut WTI reculait de 0,3% à 57,1$ à l'heure de la clôture parisienne, alors que le Brent de la mer du Nord fléchissait de 0,1% à 62,5$.

La cote américaine, également au ralenti ce jour, s'oriente pour l'heure vers une consolidation légitime sur les sommets historiques, le DJIA rendant 0,4% et le Nasdaq 0,3% environ à mi-parcours. La prudence domine du fait de l'incertitude persistante sur le commerce, et suite aux nouveaux évènements violents à Hong Kong qui ont plombé l'ambiance dans la région avec une chute du marché boursier local, pesant par extension sur les places asiatiques - après un week-end de manifestations et... des tirs à balles réelles des forces de l'ordre sur des manifestants.

La Bourse de New York avait fini la semaine passée en légère hausse, vendredi à l'issue d'une séance hésitante, les trois indices américains terminant de justesse sur de nouveaux sommets historiques... Le président américain Donald Trump a semé le trouble, en démentant les rumeurs d'accord sur une levée des droits de douane sur les produits chinois, levée que Pékin affirmait jeudi avoir négociée dans le cadre de l'accord dit de 'Phase 1'. Pour autant, Trump continue de croire en la signature d'un accord, qui pourrait intervenir sur le sol américain.

Trump s'est dit opposé à une suppression totale des tarifs douaniers supplémentaires imposés depuis mars 2018 sur des centaines de milliards de dollars de biens chinois, contredisant des affirmations du gouvernement chinois. Interrogé sur la levée progressive de la totalité des droits de douane supplémentaires annoncée par Pékin, Donald Trump a déclaré : "Je ne le ferai pas"... Le président américain s'est toutefois placé dans l'optique d'un accord, qui serait selon lui signé aux Etats-Unis, peut-être dans l'Iowa, entre lui-même et son homologue chinois Xi Jinping. "Nous étudions plusieurs lieux", a indiqué Donald Trump depuis la Maison Blanche. "Cela pourrait même être dans l'Iowa", un Etat rural américain où Xi Jinping a séjourné en 1985 pour étudier l'agriculture, a-t-il ajouté... Trump a précisé samedi que les discussions avec la Chine avaient progressé plus lentement qu'il ne l'aurait espéré, ajoutant que Pékin souhaitait plus que lui parvenir à un accord.

Sur le plan macro-économique ce lundi, le PIB préliminaire britannique du troisième trimestre est ressorti en progression de 0,3%, contre un consensus de +0,4% et après une correction de 0,2% sur la période antérieure. En rythme annuel, ce PIB augmente de 1% pour le troisième trimestre contre un consensus de +1,1%. Les chiffres dévoilés ce jour par le Bureau des statistiques nationales ressortent donc inférieurs aux attentes, mais l'économie britannique a évité la récession ce qui reste une consolation. La croissance annuelle est quant à elle la plus faible depuis 2010.

L'ONS britannique préfère évoquer de son côté une "croissance ferme" du PIB au troisième trimestre, principalement grâce à un solide mois de juillet. "Les services ont une fois encore donné le ton, la construction se comportant également bien". L'industrie manufacturière n'est en revanche "pas parvenue à progresser". En mettant en perspective les derniers chiffres, le porte-parole de l'ONS admet tout de même que la croissance a ralenti sur son plus faible rythme en près d'une décennie... Rappelons que l'agence de notation Moody's a abaissé vendredi la perspective de la note de la dette souveraine du Royaume-Uni à 'négative', évoquant notamment les conséquences du Brexit sur les institutions britanniques.

La production industrielle du Royaume-Uni a corrigé par ailleurs de 0,3% au mois de septembre 2019, contre un consensus de -0,1%. Cette baisse s'explique par un recul de l'activité dans le secteur manufacturier (-0,4% contre -0,2% de consensus).

Sur le front du Brexit, le parti de Nigel Farage a renforcé considérablement les chances de Boris Johnson d'obtenir une majorité en annonçant que son 'Parti du Brexit' n'allait pas combattre les conservateurs sortants lors de l'élection. Le 'Brexit Party' renonce donc à présenter des candidats dans 317 circonscriptions remportées en 2017 par les conservateurs britanniques. La livre sterling en prend bonne note et pointe en vive hausse ce jour...

La production industrielle italienne est retombée quant à elle de 0,4% au mois de septembre 2019, en comparaison du mois antérieur, ce qui ressort en ligne avec le consensus des économistes de la place. Cette production avait grimpé de 0,4% au mois d'août, selon les données de l'Institut national italien des statistiques Istat.

Aux États-Unis, le grand rendez-vous de la semaine sera sans doute l'intervention de Jerome Powell, président de la Fed, mercredi. Il témoignera à propos des perspectives économiques devant le 'Joint Economic Committee' du Congrès américain à Washington.

Valeurs en hausse

Genfit (+7,7%) annonce des résultats issus d'une étude démontrant que NIS4, outil diagnostic non-invasif sanguin développé pour le diagnostic de la stéatohépatite non-alcoolique (NASH), a présenté une performance supérieure aux autres outils non-invasifs dans le diagnostic de la NASH chez des patients atteints de diabète de type 2. Ces résultats ont été présentés au Liver Meeting 2019 de l'AASLD à Boston le 10 novembre.

L'étude, intitulée "Type 2 diabetes as a risk factor for NASH and fibrosis in a cohort of 2363 patients with suspicion of NAFLD: use of NIS4 for identification of at-risk NASH in diabetic patients" explore en quoi le diabète de type 2 est un facteur de risque de la NASH et de la fibrose hépatique, et compare la performance diagnostique de NIS4 par rapport à d'autres scores non-invasifs basés sur des marqueurs sanguins chez des patients atteints de diabète de type 2.

AB Science (+8,5%) poursuit sa revalorisation, après un gain de 14,3% vendredi. L'étude de phase 3 évaluant le masitinib administré par voie orale dans le traitement de l'asthme sévère non contrôlé par les corticoïdes oraux, a atteint en effet son objectif principal. Le critère d'évaluation principal prédéfini dans le protocole de l'étude était le taux d'exacerbation de l'asthme sévère. Les résultats sur le critère d'évaluation principal sont confirmés par toutes les analyses de sensibilité prédéfinies, ce qui indique que ces résultats sont cohérents et robustes. "Nous sommes très heureux de ces résultats positifs qui suggèrent que le masitinib pourrait être une nouvelle option de traitement par voie orale dans cette population difficile à traiter, notamment l'asthme sévère avec éosinophiles", a déclaré Lavinia Davidescu, MD, PhD, investigateur coordonnateur principal de l'étude.

OSE Immunotherapeutics (+0,5%) a présenté des nouvelles données précliniques et cliniques sur ses produits en immuno-oncologie Tedopi, BI 765063 (OSE-172) et la plateforme BiCKI, à la conférence SITC (Society for Immunotherapy of Cancer) qui s'est tenue à National Harbor, Maryland, Etats-Unis, du 6 au 10 novembre 2019.

Delta Plus Group (+1,6%) est entré en pourparlers exclusifs avec les actionnaires de la société Gamesystem, en vue de prendre une participation majoritaire au capital de cette société, basée en France, en Espagne et en Italie, dans le but d'accélérer son développement sur le segment de la sécurisation des infrastructures contre les chutes de hauteur. Gamesystem a réalisé lors de son dernier exercice, clos le 31 décembre 2018, un chiffre d'affaires de 11,5 ME.

Delfingen (+6,7%) accélère avec une progression de son chiffre d'affaires publié de 7,3% à fin septembre, à 172,9 ME, contre 161,1 ME un an plus tôt. L'équipementier se félicite de surperformer de 11 points la production automobile mondiale. Le chiffre d'affaires de la division automobile (80 % des ventes) progresse de +8,5% (+5,2% en organique).

Pernod Ricard (+1,1%). Les actionnaires ont fixé le montant du dividende à 3,12 euro par action au titre de l'exercice 2018-2019. Un acompte de 1,18 euro par action ayant été versé le 10 juillet, le solde, soit 1,94 euro par action, sera détaché le 25 novembre. La 'record date' est fixée au 26 novembre. La mise en paiement est prévue le 27 novembre.

Total (+0,2%). Sa filiale SunPower, cotée sur le Nasdaq, vient d'annoncer une scission en deux entités distinctes et cotées en bourse. SunPower entend se concentrer sur le stockage et les services énergétiques, alors que Maxeon Solar, nouvelle entité, oeuvrera à la conception et la commercialisation de panneaux solaires. La nouvelle société sera basée à Singapour. Le partenaire chinois TZS (Tianjin Zhonghuan Semiconductor Co.) injectera 298 millions de dollars dans cette nouvelle entité afin de permettre la montée en puissance de la capacité de production. Tom Werner restera PDG de SunPower, et le groupe maintiendra son siège dans la Silicon Valley. Les deux compagnies coopèreront afin de développer et commercialiser des technologies de panneaux solaires de nouvelle génération, la recherche initiale étant menée par SunPower. Jeff Waters prendra la tête de Maxeon Solar, qui sera également coté sur le Nasdaq.

La séparation de Maxeon doit prendre la forme d'un spin-off de ses titres au profit des actionnaires de SunPower, qui sera suivi par un investissement de TZS. Une fois le deal finalisé, TZS détiendra 28,85% de Maxeon et les actionnaires actuels de SunPower en possèderont 71,15%. La finalisation est espérée durant le second trimestre 2020.

EDF (+0,4%). La construction de six nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR dans l'Hexagone pourrait représenter un coût de plus de 46 milliards d'euros, selon les chiffres d'EDF relayés samedi par 'Le Monde', qui explique avoir eu connaissance d'un document confidentiel présenté le 25 juillet au conseil d'administration de la compagnie. Dans ce fameux document, première version du projet 'Nouveau nucléaire de France', EDF détaillerait son projet de bâtir six nouveaux réacteurs dans les quinze prochaines années. Ainsi, alors que la France n'a pas encore tranché concernant la construction de nouveaux EPR, EDF se préparerait déjà à une hypothèse favorable...

Valeurs en baisse

Mediawan (-0,9%) réalise une augmentation de capital social. Au terme d'un Directoire en date du 1er octobre, le capital social a été porté à 319.227,23 euros, correspondant à 31.922.723 actions d'une valeur nominale de 0,01 euro chacune, suite à une augmentation de capital induisant l'émission de 46.317 actions nouvelles, consécutive à l'acquisition d'actions gratuites attribuées le 30 septembre 2017. Par ailleurs, Giacaranda Caracciolo a, pour des raisons personnelles, démissionné du Conseil de Surveillance de Mediawan le 25 septembre. Présidé par Pierre Lescure, le Conseil de Surveillance est désormais constitué de 7 membres.

PSA Groupe (-0,5%) a convoqué un comité européen de groupe le 26 novembre à Poissy, dans les Yvelines, afin de lancer un processus de consultation des employés au sujet du rapprochement programmé entre le Français et la firme italo-américaine Fiat Chrysler Automobiles. Les membres du comité européen du groupe ont ainsi été convoqués, ont précisé plusieurs médias.

AXA (-0,4%) a annoncé la fixation du prix de la cession de 144.000.000 actions ordinaires d'Axa Equitable Holdings, Inc. (EQH) à Goldman Sachs, en qualité de seule banque garante dans le cadre d'une offre secondaire de ces actions. Ces actions ordinaires ont été cédées au prix net de 21,80 dollars américains par action. La clôture de l'offre est prévue le 13 novembre 2019.

Schneider Electric (-0,5%). Citigroup vient de reprendre son suivi du dossier avec une recommandation prudente, à 'neutre', assortie d'un objectif de cours de 90 euros.

AccorHotels (-2,8%) corrigeait ce soir, affecté par une dégradation de Citigroup. Le broker vient de passer d''achat' à 'neutre' sur le dossier - jugeant que le cycle ralentit dans le secteur en Europe. Oddo BHF, en revanche, réaffirme aujourd'hui son avis acheteur sur la valeur avec une cible de 46,5 euros.

Idsud (-4,7%)... La demande a été forte pour les actions de la Française des Jeux (FDJ) dès le premier jour de l'ouverture de la période de souscription des actions en vue de la privatisation de la société de jeux d'argent. Le volet des titres réservés aux investisseurs institutionnels a ainsi déjà été entièrement souscrit, dès les premières heures suivant l'ouverture de la souscription, jeudi, a déclaré une porte-parole de l'Agence des participations de l'Etat (APE), citée par l'agence 'Reuters'.

Du côté des particuliers, l'engouement est un peu moins évident, malgré un début prometteur... La demande d'actions FDJ s'élève déjà à l'équivalent de 200 millions d'euros, soit un tiers de la tranche qui est allouée aux actionnaires individuels, a précisé la porte-parole de l'APE, estimant que "c'est un très bon démarrage". Le prix de l'action a été fixé entre 16,50 et 19,90 euros pour les institutionnels, et entre 16,17 et 19,50 euros pour les investisseurs individuels, qui bénéficient d'une réduction de 2% sur le prix de vente. Le prix définitif sera établi le 20 novembre, avant les premiers échanges du 21 novembre.

Latécoère (-0,1%) a adressé une offre indicative non-engageante et être entré en négociation exclusive en vue de l'acquisition potentielle de certains actifs et contrats de l'activité de câblage EWIS (Electrical Wiring Interconnection System) de Bombardier Aviation. Le chiffre d'affaires annuel moyen de l'activité de câblage EWIS concernée au titre des trois dernières années s'élève à 60 millions de dollars. L'issue de cette opération dépendra de la conclusion des travaux de due diligence usuels à venir, de la négociation d'accords juridiques engageants et de la mise en place de son financement.

Euro Ressources (stable) a comptabilisé des produits de 18,1 millions d'euros au titre des 9 premiers mois de 2019 (5,7 ME pour le 3ème trimestre de 2019), contre 17 ME pour les 9 premiers mois de 2018 (5,4 ME pour le 3ème trimestre de 2018). Il est prévu que la redevance Rosebel apporte à la société des produits compris entre environ 20,9 ME et 22,7 ME (soit entre 23,6 M$ américains et 25,6 M$ américains) en 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.