Clôture Paris : le CAC 40 rebondit de 0,93% ; les biotechs à la fête

Clôture Paris : le CAC 40 rebondit de 0,93% ; les biotechs à la fête©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 26 janvier 2021 à 18h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Après l'incertitude d'hier, le marché parisien s'est repris tout au long de la séance de ce 26 janvier. Au fil de la journée, le CAC40 s'est affermi pour terminer sur un gain de 0,96% à 5.523 points, marchant vers son plus haut mensuel de 5.721 points du 8 janvier. La volatilité reste de mise sur le marché alors que la France est en proie aux craintes d'un troisième confinement. Les investisseurs sont tiraillés entre les mauvaises nouvelles de réalités économique et sanitaire de plus en plus tendues en Europe et la résistance d'une bourse américaine en état de grâce, notamment sur les technologiques.

Hier, les doutes sur l'efficacité des campagnes de vaccinations avaient semé le trouble dans les esprits des investisseurs, alors que les producteurs de vaccins peinent à faire face aux commandes. A Paris, les valeurs biotechnologiques se reprennent aujourd'hui, sur fonds d'informations d'entreprises...

Aux Etats-Unis, les discussions traînent et le plan de relance de 1.900 milliards de dollars proposé par l'administration Biden, n'est toujours pas voté. Joe Biden a pour sa part lancé une politique du "buy American" aux forts relents "trumpistes" et favorable aux produits fabriqués aux Etats-Unis, quitte à crisper ses alliés, notamment européens, mais aussi la Chine... Il compte s'appuyer sur les commandes publiques pour soutenir la production nationale.
Après une performance mitigée hier soir, la cote américaine est orientée en légère hausse ce mardi. Le DJIA avance de 0,03% à 31.968 pts. Le Nasdaq se résiste sur ses sommets, s'adjugeant un petit 0,02% à 13.649 pts. Le baril de brut WTI recule de 0,3% à 52,6$ sur le Nymex. L'once d'or décline de 0,2% à 1.851$. L'indice dollar rend 0,3% face à un panier de devises de référence.
Dans l'actualité économique outre-Atlantique, l'indice de confiance des consommateurs américains pour le mois de janvier 2021 est ressorti à 89,3, contre un consensus de 88,5 et une lecture révisée à 87,1 pour le mois antérieur. L'indice manufacturier de la Fed de Richmond pour le mois de janvier est ressorti à 14, contre 19 pour sa lecture antérieure. Cet indicateur montre donc un ralentissement de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région.
La réunion monétaire de la Fed débute ce jour. Le communiqué monétaire de la banque centrale américaine est attendu demain soir à 20 heures,

VALEURS EN HAUSSE

* Geneuro bondit de +31,1% à 3,92 euros. La société a obtenu un financement de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour son projet COVERI, qui vise à comprendre le rôle des protéines du rétrovirus endogène humain (HERV) dans la réponse immunitaire anormale ou les dommages neurologiques subis par d'importants sous-ensembles de patients atteints de COVID-19. GeNeuro a obtenu ce financement dans le cadre de l'Action de Recherche COVID-19, qui vise à soutenir les travaux de recherche à court terme en rapport avec la pandémie. GeNeuro recevra 137 kE pour couvrir ses frais dans la poursuite du projet d'analyser un plus grand nombre d'échantillons provenant de cohortes multicentriques de patients COVID-19 en Europe.

* Arcure (+13,7% à 3,9 euros) poursuit le déploiement de Blaxtair, sa solution anticollision engins/piétons, au sein de Suez (+0,44%). Suez a adopté la solution Blaxtair en 2016 au terme d'essais concluants menés en région Rhône-Alpes. Depuis, le système a été déployé sur le territoire national et, à ce jour, plus de 700 Blaxtair sont déjà installés sur les sites où les risques d'accidents hommes/machines s'avèrent les plus élevés.

* Valneva (+9% à 9,76 euros) a conclu avec l'Institut Butantan, fabricant de produits immunobiologiques, un accord pour le développement, la production et la commercialisation du candidat vaccin à dose unique de Valneva contre le chikungunya, VLA1553, dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. Cette annonce fait suite à la signature d'une lettre d'intention liante publiée mai 2020. Cette collaboration s'inscrit dans le cadre du contrat de financement de 23,4 M$ que Valneva a conclu avec la Coalition pour les Innovations en Préparation aux Epidémies (CEPI) en juillet 2019. Dans le cadre de cette collaboration, Valneva transférera la technologie de son vaccin contre le chikungunya à Butantan, qui développera, produira et commercialisera le vaccin dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. De plus, Butantan réalisera certaines études cliniques et des études observationnelles de Phase 4 que Valneva utilisera pour répondre à certaines exigences réglementaires. L'accord prévoit de faibles montants à titre de paiement initial et de paiements d'étapes liés au transfert de la technologie.

* Ose Immuno (+8,8% à 8,88 euros). Le spécialiste des immunothérapies innovantes a reçu un paiement d'étape de 1,3 MEdans le cadre de l'aide aux projets d'innovation stratégique industrielle (ISI) de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l'évaluation d'OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l'interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier. Ce nouveau financement a été déclenché par le franchissement de plusieurs étapes clés du produit OSE-127/S95011 incluant le renforcement des données précliniques et translationnelles dans l'indication rectocolite hémorragique (RCH), la fin de l'étude clinique de phase 1, la première autorisation réglementaire d'étude clinique de la phase 2 dans la RCH et des étapes spécifiques de fabrication du produit.

* Engie EPS (+8,6% à 14,4 euros). FCA Italy, filiale à 100% de Stellantis (+1,8% à 12,83 euros) et Engie EPS ont signé des accords, y compris la convention d'investissement et pacte d'actionnaires, pour la création d'une joint-venture dans le secteur de la mobilité électrique. Ces conventions ont été signées conformément au protocole d'accord annoncé le 12 novembre 2020.

* Predilife (+7,25% à 7,4 euros). Le spécialiste de solutions innovantes de prédiction de risque de pathologies pour une médecine personnalisée, annonce un partenariat avec l'Institut Français du Sein à Paris pour la mise en place d'une consultation d'évaluation du risque de cancer de sein. Cette signature renforce la position de leaders de Predilife auprès des centres d'excellence dans la prise en charge du cancer du sein en France.

* Erytech Pharma (+5,98% à 9,22 euros) publiera ses résultats financiers du 4e trimestre et de l'année 2020, le 8 mars. D'ores et déjà, la société a fait le point sur l'avancement de ses programmes de recherche. Elle surtout a indiqué que sa trésorerie et ses équivalents de trésorerie au 31 décembre 2020 couvriront ses dépenses opérationnelles et ses programmes jusqu'au 3e trimestre 2021. L'horizon de financement de la société s'est donc étendu jusqu'à fin 2021.

* Genfit (+3,2% à 4,3 euros) : les Assemblées générales de Genfit ont validé la négociations avec les créanciers en vue de la modification des termes des obligations. La transaction doit se conclure, cette semaine, par le rachat partiel d'obligations permettant d'effacer près de 50% de la dette obligataire, soit environ 85,7 ME, en dépensant 47,48 ME dans le rachat partiel. En outre, le management de Genfit est parvenu à reporter la maturité du solde des OCEANEs à fin 2025, ce qui va lui accorder davantage de latitude financière et suffisamment de flexibilité pour valoriser ses futurs résultats de Phase 3 dans la PBC. La contrainte financière s'étant desserrée, Genfit est confiant dans sa capacité pour exécuter sa nouvelle stratégie.

* Nanobiotix (+3,5% à 14,7 euros) a annoncé un nouvel accord de collaboration entre sa filiale Curadigm et Sanofi (-0,5% à 81,07 euros). Suite à la sélection du projet de Curadigm, intégrant la technologie "Nanoprimer" comme une option très prometteuse pour contribuer au développement de la thérapie génique de Sanofi, la filiale à 100% de Nanobiotix et Sanofi signeront un accord de 1 an comprenant un financement direct et des échanges scientifiques. L'objectif du projet est d'établir une preuve de concept pour "Nanoprimer" en tant que produit de combinaison pouvant améliorer le bénéfice thérapeutique des produits-candidats de thérapie génique.

* Vogo (+3,36% à 12,3 euros). La Haute Autorité de Santé (HAS) a émis une nouvelle évaluation positive des tests RT-PCR salivaires, permettant d'envisager un prochain élargissement de leurs indications. Cette évaluation s'appuie sur l'étude de 64 essais regroupant 18.931 patients. A l'occasion de cette publication, la HAS a levé l'obligation de contrôler les tests positifs réalisés par tests salivaire RT-LAMP par un test RT PCR. Un nouvel avis est attendu prochainement pour préciser les conditions de réalisation des tests salivaires, leurs indications et leur place dans la stratégie de prise en charge de l'infection de SARS-CoV-2.

* Atos (+3,2% à 63,8 euros) et OVHcloud ont signé un partenariat stratégique pour fournir aux entreprises et organisations publiques des capacités et des services cloud de confiance, afin d'accélérer la transformation des entreprises partout dans le monde. OVHcloud et Atos vont créer une solution multi-cloud de pointe, 100 % européenne, combinant Atos OneCloud, guichet unique d'offres d'Atos, avec les solutions innovantes d'OVHcloud basées sur des infrastructures souveraines. En unissant leurs forces, les deux entreprises auront accès à un réseau commun de plus de 130 datacenters à travers le monde pour héberger des environnements privés dédiés.

* Interparfums (+7,9% à 43,1 euros) a dévoilé des ventes annuelles supérieures aux attentes du marché et rehausse son objectif de marge opérationnelle. La société, qui exploite des noms de marques de luxe tels que Jimmy Choo, Coach ou encore Montblanc, a réalisé sur l'exercice clos un chiffre d'affaires de 367,4 millions d'euros, contre une prévision 'supérieure à 340 millions' et 344,1 ME de consensus. Les revenus affichent ainsi un repli de 24,1% et de 23,5% à change constant. Sur le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires a atteint 117 ME, en progression de 3% à change constant, signe d'un retour de l'activité à la normale. Interparfums anticipe désormais une marge opérationnelle supérieure à 11% contre une fourchette précédente comprise entre 7% et 8%.

*Elior (+7,4% à 5,75 euros) : HSBC passe à 'achat' et remonte son objectif de 5 à 6,7 euros.

* Sword Group (+5,4% à 35,2 euros) a annoncé un chiffre d'affaires de 45,3 ME pour le 4e trimestre 2020, hors activités françaises qui ont été cédées à la fin du 3e trimestre. La marge d'Ebitda est de 16,8% et la croissance organique de +13%. Sur l'année 2020, le chiffre d'affaires consolidé est de 212,5 ME, avec une marge d'Ebitda de 13,9%. La croissance organique de l'année 2020, sans les activités françaises, est de 9,2%. Le budget 2021 du groupe de services numériques prévoit 13% de croissance organique et 13% de marge d'Ebitda en prenant comme point de départ le chiffre d'affaires 2020 retraité des activités françaises vendues, soit 169,2 ME.

* EDF (+2,87% à 10,75 euros). Des rachats à bon compte sur ce dossier qui avait décroché -15,6%, hier. Le titre de l'électricien français avait été sanctionné en raison d'une faible visibilité sur la stratégie de réorganisation du groupe dans le contexte la refonte de la réglementation de l'électricité nucléaire.

* Delta Plus Group (+2,9% à 77,8 euros) a annoncé l'acquisition de la société française Alsolu, qui conçoit, fait fabriquer et commercialise une gamme complète de dispositifs de protection collective (garde-corps), d'accès en hauteur (échelles, escaliers) et de protection individuelle (ancrages et lignes de vie). Alsolu a réalisé lors de son dernier exercice, clos le 31 décembre 2020, un chiffre d'affaires d'environ 13 ME, réalisé à 75% en France et à 25% à l'export (Italie, Espagne, Allemagne et Belgique principalement). L'effectif de la société est de 50 personnes.

*Nacon (+2,2% à 8 euros) : Au 3e trimestre 2020-2021, le groupe affiche un chiffre d'affaires de 48,7 ME, en hausse de +20,3%, porté par la performance des casques RIG et la hausse des ventes du back catalogue. Sur les 9 premiers mois de l'exercice, du 1er avril au 31 décembre 2020, le chiffre d'affaires ressort en progression de +29,9% à 135,3 ME. Cette performance est tirée par la forte croissance du back catalogue à 24,9 ME (7,5 ME sur la même période en 2019-2020) et par la dynamique des casques premium de l'activité accessoires. Nacon anticipe un 4e trimestre 2020-2021 à nouveau en croissance, et a réitéré les objectifs financiers de son plan Nacon 2023 avec, pour l'exercice 2022-2023, un chiffre d'affaires compris entre 180 et 200 ME et un taux de ROC supérieur à 20%. Certains analystes soulignent la forte décote du dossier.

* GEA (+2% à 101 euros). L'exercice de GEA, clos le 30 septembre 2020 est impacté par les conséquences de la crise sanitaire. Ainsi, la production de l'exercice ressort en recul de -9,5% tandis que la production stockée progresse de +27%. Le taux de marge brute s'établit à 60%, en retrait par rapport à l'exercice précédent qui intégrait des éléments non récurrents liés au dénouement de contrats à l'international. La marge brute a été particulièrement affectée au cours du second semestre par l'importante baisse d'activité ainsi que par l'augmentation de la production stockée (+57% par rapport au 31 mars 2020). Le résultat net s'établit à 2,6 ME (4,23 ME un an plus tôt), et vient renforcer une structure financière qui reste saine avec 79,04 ME de fonds propres (81,54 ME au 30 septembre 2019), et une absence totale d'endettement. La trésorerie nette ressort à 66,26 ME au 30 septembre 2020 (67,3 ME un an auparavant). Cependant malgré un carnet de commandes fermes de 48,8 ME au 30 septembre, GEA a décidé de verser un dividende de 1,40 euro par action au titre de l'exercice (2,1 euros par action sur l'exercice précédent).

* L'Oréal (+0,9% à 301,8 euros). Berenberg a relevé son objectif de cours de 280 à 304 euros ('conserver').

* ID Logistics (stable à 240 euros). La société a connu une accélération de sa croissance au 4e trimestre 2020 avec un chiffre d'affaires de 454,1 ME, en hausse de +12% par rapport à 2019 (+9,1% à données comparables).

VALEURS EN BAISSE

* Noxxon (-16,7%, à 0,451 euro) a bouclé son augmentation de capital de 6,4 ME, via un placement privé réalisé auprès d'investisseurs européens. Le prix de souscription de 0,45 euro par action nouvelle, représente une décote de -22,5% sur la moyenne des cours de clôture des actions au cours des 5 jours de bourse du 19 au 25 janvier. Le marché s'est aligné sur le prix de la levée de fonds.

* Neoen plonge de 7,1% à 62,7 euros. Citigroup a dégradé à 'vendre' avec 43,9 euros dans le viseur.

* Bigben Interactive (-4,6% à 19,12 euros) a enregistré un chiffre d'affaires de 87,3 ME sur le trimestre clos fin décembre, soit une hausse de +2,3%. Le Groupe a confirmé viser un chiffre d'affaires 2020-2021 compris entre 270 et 290 ME avec une marge opérationnelle courante supérieure à 12%, tirée par l'Edition de Nacon Gaming et un mix-produits à plus forte valeur ajoutée de l'Audio/Telco. Plusieurs analystes restent acheteurs du dossier.

* Eurobio Scientific (-4,4% à 21,5 euros) reprend légitimement son souffle malgré une publication de bonne facture. La société, qui gagne 32% depuis le début du mois de janvier, a publié pour l'exercice 2020 un chiffre d'affaires historique de 188,9 ME, soit une progression de 220% par rapport à l'exercice précédent. Plus de 60% de ces ventes (117 ME) sont liées aux tests et instruments de diagnostic de la COVID-19. Au-delà du chiffre d'affaires, la bonne gestion de la crise et le surcroît d'activité ont eu pour Eurobio Scientific des impacts très positifs, à savoir : une image renforcée, de nouveaux clients en France et à l'étranger, un parc de machines installées en forte croissance, et une part plus élevée de ventes de produits propriétaires. Le Groupe prévoit une très forte amélioration de ses résultats pour l'exercice 2020, et dispose désormais d'une assise financière très solide avec une trésorerie d'environ 65 ME au 31 décembre 2020, pour environ 25 ME de dette financière globale.

* Adocia (-3,85% à 10,48 euros). Prise de bénéfices sur un dossier déjà gagnant de plus de 30% en bourse depuis janvier. La société biopharmaceutique au stade clinique vient d'annoncer des résultats positifs de l'étude pharmacologique comparant BioChaperone (BC) Lispro, formulations utilisant l'insuline lispro de deux sources différentes. Ces résultats vont permettre d'avancer sur les études de Phase 3 de BC Lispro en Chine en 2021.

* Alstom (-1,1% à 45,54 euros). Le groupe poursuit le déploiement de sa stratégie Alstom in Motion et se donne les moyens de ses ambitions de croissance dans la mobilité digitale en faisant l'acquisition de B&C Transit, une entreprise de construction et de conception technique spécialisée dans le transport ferroviaire. Cette opération renforce la position d'Alstom sur le marché de la signalisation nord-américain en mettant la technologie avancée et les capacités techniques des deux entreprises au service des agences et des opérateurs de transport aux Etats-Unis comme au Canada. Al'issue de l'opération, qui devrait être finalisée dans le courant du 1er trimestre 2021, B&C Transit deviendra filiale à part entière d'Alstom.

* Carrefour (-1,08% à 14,66 euros). Les comptes annuels du distributeur ne seront publiés que le 18 février.

* Accor (-1% à 27,78 euros). HSBC a dégradé le titre du géant hôtelier à 'conserver' avec une cible abaissée de 31 à 28 euros. Par ailleurs, AccorInvest, l'entité qui possède les murs de certains hôtels du groupe Accor, va bénéficier d'un prêt garanti par l'Etat de 500 ME, a annoncé le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

* 1000mercis (-0,3% à 18,55 euros). La société va racheter 450.000 de ses propres actions au prix de 20 euros par action. L'AMF fera connaître prochainement les dates d'ouverture et de clôture de l'offre.

*Pherecydes Pharma et Medesis préparent leur entrée en Bourse,
Pherecydes Pharma sera le 1er dossier de 2021 à entrer sur le marché. Pherecydes Pharma vise le développement de la phagothérapie de précision à grande échelle. L'offre, formulée à 6 euros l'action, s'effectuera par la mise sur le marché d'un nombre maximum de 1.166.666 actions nouvelles, pouvant être portée à un maximum de 1.333.265 actions nouvelles en cas d'exercice en totalité de la clause d'extension.
La biotech Medesis vient en Bourse pour se doter de moyens pour avancer sa recherche, notamment sur le Covid-19. Medesis va réaliser une petite levée de fonds de l'ordre de 5,6 à 7,4 ME, à des prix d'actions entre 5 et 6,75 euros. La biotech compte lancer 4 programmes qui rentrent en Phase II clinique en 2021 : 2 candidats médicaments dans le domaine des maladies neurodégénératives afin de traiter la maladie d'Alzheimer et la maladie de Huntington, et 2 candidats médicaments pour traiter les inflammations respiratoires sévères que Medesis Pharma a focalisé sur le traitement de la COVID-19, un pour les cas graves et un antiviral spécifique destiné à la médecine de ville.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.