Clôture Paris : le CAC 40 repart à la hausse

Clôture Paris : le CAC 40 repart à la hausse©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 03 août 2018 à 18h00

LA TENDANCE

Après deux séances consécutives de recul, le CAC 40 a repris 0,33% ce vendredi, à 5.479 points en clôture, dans des volumes faibles en ce début du mois d'août. Du côté des sociétés, les comptes de Crédit Agricole sont salués en bourse (plus forte progression de l'indice parisien aujourd'hui). Aux Etats, Wall Street s'affiche sans grande conviction actuellement, après les chiffres de l'emploi mitigés du mois de juillet. Le taux de chômage américain est conforme aux attentes, mais les créations de postes ratent le consensus. Les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis restent par ailleurs vives en cette fin de semaine, alors que les deux pays accentuent leurs menaces... Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 perd 0,6%

ECO ET DEVISES

En réponse aux nouvelles menaces commerciales des Etats-Unis (relever de 10% à 25% les tarifs douaniers sur 200 Mds$ d'importations chinoises), la Chine s'est dite prête à imposer de nouveaux droits de douane sur des importations de biens américains représentant 60 Mds$...

La croissance économique de la zone euro ralentit en juillet, perdant en grande partie la vigueur qu'elle avait retrouvée le mois dernier. Confirmant son estimation Flash, l'Indice PMI Final IHS Markit Composite de l'Activité Globale dans l'Eurozone se replie en effet de 54,9 en juin à 54,3, un niveau très proche de celui enregistré en mai. A 54,2 en juillet, l'Indice PMI Final IHS Markit de l'Activité de Services de l'Eurozone se replie par rapport au plus haut de 4 mois enregistré en juin (55,2) et s'inscrit sous son estimation Flash (54,4). Il affiche ainsi son 2ème plus faible niveau des 18 derniers mois.

L'Indice final IHS Markit de l'Activité de Services en France s'établit à 54,9 en juillet, contre 55,9 en juin. L'Indice final IHS Markit Composite de l'Activité Globale en France s'affiche de son côté à 54,4 contre 55 en juin.

D'après le rapport du jour du Département américain au travail, les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de juillet 2018 sont ressorties au nombre de 157.000, contre un consensus de place de 190.000. Le taux de chômage s'affiche désormais à 3,9%, en ligne avec le consensus, contre 4% en juin. Les créations de postes dans le secteur privé s'élèvent à 170.000, contre 184.000 de consensus. Le taux de participation à la force de travail est de 62,9%, contre 62,8% de consensus. Le salaire horaire moyen ressort quant à lui en progression de +0,3% (conforme aux attentes), soit une croissance de +2,7% en glissement annuel. Les créations d'emplois non-agricoles pour les mois de juin sont désormais évaluées à 248.000 (contre 213.000 en première lecture), et celles de mai s'affichent à présent à 268.000 (contre 244.000 en précédente lecture).

Le déficit commercial américain pour le mois de juin 2018 est ressorti à 46,3 Mds$, contre 45,6 Mds$ de consensus de place, et 43,2 Mds$ un mois plus tôt.

L'indice ISM des services américains pour le mois de juillet 2018 s'est établi à 55,7, contre un consensus de place de 58,8 et un niveau de 59,1 un mois auparavant.

L'indice Markit PMI final des services américains pour le mois de juillet 2018 ressort 56, contre 56,3 de consensus de place et 56,5 en juin.

L'indice PMI Caixin Markit a montré vendredi que la croissance du secteur des services en Chine lors du mois de juillet avait été la plus faible en quatre mois. Il est ressorti à 52,8 contre 53,9 en juin.

La situation politique en Italie continue de perturber les marchés avec aujourd'hui une tension palpable sur les taux transalpins. Les obligations souveraines de l'Italie subissent ainsi à nouveau d'importants dégagements dans un contexte de tensions croissantes au sein du gouvernement italien qui alimente les craintes de nouvelles élections dans le pays.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1598$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 68,7$ et le Brent s'affiche à 73,3$.

VALEURS EN HAUSSE

* Parrot reprend des couleurs, sur un gain de 6,9%. Les investisseurs semblent avoir désormais bien digéré les agrégats financiers publiés par le spécialiste des drones pour le deuxième trimestre.

* Crédit Agricole gagne 2,3%. Le groupe bancaire a annoncé un RNPG publié au T2 de 1.436 ME, en hausse de 6,4% (T2/T2) et un S1 de 2.292 ME (+4,4% ; S1/S1). Le PNB publié sur le T2 est de 5.171 ME (+9,8%) et sur le S1 de 10.081 ME (+7,1%). Le RNPG sous-jacent au T2 ressort à 1.418 ME, en hausse de +19,6%, soit sur le S1 un RNPG de 2.205 ME, (+5,9% S1/S1), le plus élevé depuis la cotation du groupe bancaire. Selon le consensus de place, les analystes attendaient en moyenne un bénéfice net un peu inférieur à 1,04 milliard d'euros et des revenus de 4,92 milliards d'euros. Le Bénéfice par action au T2 est de 0,46 euro, (+21,3% T2/T2) et de 0,70 euro au S1 (+7,2% S1/S1). Le management note la contribution de tous les pôles de CASA et d'AHM à la croissance, en particulier son haut niveau de rentabilité en BFI avec un excellent contrôle des coûts sous-jacents hors FRU. L'effet de ciseaux est de 4 pp T2/T2 et même 5 pp à pcc.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal monte aussi de 1,8% avec Carrefour (+2%) ou encore Bouygues (+1,4%).

* Natixis (+1,4%). Sur le S1 2018, le PNB sous-jacent de Natixis ressort à 4.963 ME, en hausse de +3% sur un an et de +7% à taux de change constant. Le résultat brut d'exploitation sous-jacent, à 1.560 ME, progresse de +5% vs. 1S 17 et de +10% à taux de change constant. Le coût du risque sous-jacent s'établit à 84 ME, en baisse marquée vs. 1S 17 où celui-ci s'élevait à 138 ME. Le résultat net part du groupe retraité de l'impact IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels s'élève à 1.007 ME au 1S 18, en hausse de +10% sur un an...

* Eurofins Scientific (+1,2%). Le laboratoire poursuit sa diversification en annonçant ce jeudi la signature d'un accord définitif portant sur l'acquisition de Nanolab Technologies, qui fournit des services analytiques complexes pour les industries de haute technologie. La transaction constitue la deuxième acquisition majeure d'Eurofins sur les marchés en pleine croissance de la science des matériaux et de la haute technologie ainsi qu'une suite logique de l'acquisition de la société mondiale de services scientifiques EAG Laboratories en décembre 2017.

* Vinci gagne 1,1%. La filiale du groupe Eurovia, spécialisée dans les infrastructures de transport et l'aménagement urbain, a acquis le groupe Pavages Chenail, entreprise québécoise de travaux publics. Le groupe Pavages Chenail, qui emploie 200 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 70 Millions de Dollars canadiens soit 45 ME en 2017, exploite 2 carrières de tailles significatives ainsi que 3 usines d'enrobés dans la grande région de Montréal et en Montérégie.

* LafargeHolcim (+1%). Le cimentier a annoncé avoir acquis Metro Mix LLC, l'un des principaux fournisseurs de béton prêt-à-l'emploi dans la région métropolitaine de Denver, au Colorado. Avec Metro Mix, LafargeHolcim renforce sa position aux États-Unis, où il est déjà présent dans le ciment, le béton prêt-à-l'emploi, les granulats et l'asphalte, conformément à ses ambitions stratégiques.

VALEURS EN BAISSE

* Euronext perd 2,2%. Le groupe financier a publié ce vendredi un chiffre d'affaires au T2 de 157,3 ME, en hausse de 14,6%. L'EBITDA ressort à 88,6 ME au T2 (+11,9%), ce qui laisse une marge de 56,3% en baisse de 1,4 pt. Le résultat net part du groupe s'est inscrit à 56,6 ME au T2, en progression de 5%.

* Sur le CAC40, Air Liquide cède 0,8% avec BNP Paribas (-0,3%), Sanofi (-0,5%) ou encore AccorHotels (-0,6%).

* Eurazeo (-0,5%). La holding a annoncé la signature d'un accord avec Thomas Meyer, fondateur et actionnaire de contrôle de Desigual, la marque espagnole de vêtements, concernant la cession de sa participation de 10% dans la société.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.