Clôture Paris : le CAC 40 repasse au-dessus des 4.900 points !

Clôture Paris : le CAC 40 repasse au-dessus des 4.900 points !
bourse

Boursier.com, publié le vendredi 25 janvier 2019 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC 40, qui avait déjà repris un peu de hauteur hier, a encore gagné 1,11% ce vendredi, repassant ainsi la barre des 4.900 points, à 4.925 pts en clôture. Ce regain de confiance est lié au discours de Mario Draghi qui a rappelé hier que la BCE ne serait pas "à court d'instruments" en cas de trop forte dégradation de l'économie de la zone Euro... La perspective d'une hausse de taux annoncée précédemment pour l'été semble donc s'éloigner pour le moment. Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 gagne 1%. Outre-Atlantique, Wall Street remonte également actuellement, malgré la chute du titre Intel ce vendredi, après une publication trimestrielle décevante.

ECO ET DEVISES

La semaine prochaine s'annonce chargée en rendez-vous pour les marchés, avec la Chambre des Communes qui se prononcera le 29 janvier sur plusieurs amendements destinés à éviter un Brexit sans accord. La réunion de la Réserve fédérale se tiendra les 29 et 30 janvier. Enfin, une délégation chinoise est attendue à Washington pour poursuivre les discussions sur le conflit commercial opposant la Chine et les Etats-Unis.

Le Sénat américain a rejeté hier deux propositions rivales destinées à sortir de l'impasse du shutdown, qui paralyse un quart du gouvernement fédéral depuis le 22 décembre aux USA. Le plan proposé par les Républicains et celui des Démocrates ont donc été repoussés, les négociations devant se poursuivre aujourd'hui. Le plan républicain permettait un financement du gouvernement jusqu'en septembre, tout en accordant bien évidemment son financement au mur frontalier. Celui des démocrates aurait débloqué provisoirement le 'shutdown' deux semaines durant, le temps de rediscuter des questions concernant l'immigration...

Rappelons par ailleurs que le prochain cycle de négociations avec la Chine doit se dérouler les 30 et 31 janvier aux Etats-Unis en présence du vice-premier ministre chinois Liu He. La fin du mois pourrait donc être quoi qu'il en soit chargée.

Dans la conférence de presse suivant la réunion de la BCE hier, M. Draghi a attribué la faiblesse persistante de l'économie européenne au "ralentissement de la demande extérieure", qui devrait peser sur les perspectives de croissance "à court terme". Il a toutefois jugé rassurants "l'état du marché du travail, les conditions favorables de financement et la hausse des salaires". Le patron de la BCE a toutefois écarté tout risque de récession pour les grands pays européens. Selon lui, le Conseil des gouverneurs de la BCE juge improbable que l'Allemagne et l'Italie connaissent une pareille déconfiture. En cas de besoin, a assuré le banquier central, "la BCE n'est pas à court d'instruments". "Nous disposons encore de toute notre boîte à outils", a-t-il insisté, avant d'évoquer "le programme de rachats d'actifs" auquel l'institut monétaire vient de mettre fin, ainsi que les prêts géants que la BCE peut de nouveau accorder aux banques sous la forme d'opérations de refinancement ciblées à long terme (TLTRO).

Jeudi soir, le quotidien économique allemand 'Handelsblatt' a écrit que le gouvernement allemand ne prévoyait désormais plus que 1% de croissance cette année, et non plus 1,8%, en raison du ralentissement économique mondial et du Brexit... La nouvelle prévision officielle sera annoncée mercredi prochain par le ministère allemand de l'Economie. Selon le quotidien, la projection pour 2020 serait elle aussi revue en baisse, à 1,6%.

La France, de son côté, maintient sa prévision de croissance pour cette année à 1,7%, a déclaré jeudi le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno le Maire. Le mouvement des "Gilets jaunes" exerce "un impact négatif sur la croissance française mais nous ne réviserons pas notre prévision pour 2019", a indiqué le ministre lors d'une interview accordée à 'Reuters TV' en marge du Forum économique mondial de Davos.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1406$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 53,3$ et le Brent s'affiche à 61,2$.

VALEURS EN HAUSSE

* Geci International s'enflamme de 30%. Le groupe vient d'annoncer sa présence à Cybertech - Tel Aviv, conférence internationale qui réunit du 28 au 30 janvier les chefs de file de la cybersécurité, des décideurs gouvernementaux du monde entier et les meilleurs experts en technologie, à l'occasion de l'un des événements les plus importants au monde dans le domaine.

* Après 4 séances consécutives de forte correction, Eramet remonte de 8,4%.

* Vetoquinol (+6,1%) a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 367,9 ME, en progression de +5,8% à changes constants et en augmentation de +3,2% à données publiées par rapport à l'exercice précédent.

* Sur le CAC40, ArcelorMittal gagne aussi 5,4% avec BNP Paribas (+3,9%) ou encore Valeo (+2,6%).

* Renault gagne 4,9% . La fin de l'ère Carlos Ghosn à la tête de Renault s'est confirmée hier avec la nomination du patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, comme nouveau président. Il sera secondé par Thierry Bolloré au poste de directeur général.

* Claranova (+4,8%) a confirmé sa dynamique de croissance et anticipe une nouvelle progression de son activité sur le 1er semestre 2018-2019.

* STMicroelectronics poursuit sur sa lancée, en hausse de 4,4%. De cette façon, le titre s'affranchit de l'onde de choc causée dans le secteur par les prévisions d'Intel, inférieures aux attentes. La dynamique acheteuse sur le groupe franco-italien s'explique notamment par les nombreux ajustements enregistrés au sein du consensus après la publication annuelle et les perspectives rassurantes communiquées la veille par STM.

* Société Générale gagne 3,2%. UBS a réduit son objectif de cours de 42 à 40 euros, en restant à l'achat.

VALEURS EN BAISSE

* EXEL Industries (-4,2%) a publié un chiffre d'affaires de 132,1 millions d'euros pour le premier trimestre de son exercice 2018-2019 (octobre à décembre 2018), en décroissance de -2,8% à taux de change constants, et de -4% à taux de change réels par rapport au 1er trimestre 2017-2018. "Le chiffre d'affaires du groupe reste impacté sur ce premier trimestre par la baisse des activités des pulvérisateurs agricoles et des arracheuses de betteraves. Les entrées de commande sont en retrait de 5% à 10% sur les activités agricoles, et des plans d'action sont actuellement mis en place pour limiter l'impact sur nos résultats et sur notre besoin en fonds de roulement", explique la direction.

* Sur le CAC40, Danone recule de 0,5% avec Veolia (-0,6%) ou encore Pernod Ricard (-0,5%).

* AccorHotels (-0,1%) a procédé avec succès au placement de deux émissions obligataires, pour un montant de 1,1 milliard d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.