Clôture Paris : le CAC 40 s'envole, bonne surprise sur le commerce

Clôture Paris : le CAC 40 s'envole, bonne surprise sur le commerce
Traders sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le mardi 13 août 2019 à 18h00

Après deux séances de correction, la place parisienne s'est bien reprise ce mardi, s'offrant un rebond très inattendu suite à plusieurs bonnes nouvelles concernant le conflit commercial sino-américain. Le CAC 40, qui était retombé à 5.268 pts au plus bas du jour, est donc parvenu finalement à regagner 0,99% à 5.363 pts au terme de cette séance particulièrement mouvementée.

La cote américaine, qui trébuchait hier soir et demeurait dans le rouge en tout début de séance ce mardi avec les inquiétudes géopolitiques (crise politique italienne, tensions à Hong Kong ou en Argentine) et commerciales, s'affirme désormais en très forte progression à mi-parcours ce jour. Il faut dire que l'administration Trump vient d'assouplir grandement ses positions concernant les nouveaux 'tarifs' douaniers. Le DJIA flambe désormais de 1,3% à la mi-séance, alors que le Nasdaq grimpe de 1,5% et le S&P500 de 1,2%.

Sur le marché des changes, l'euro se traite à 1,1189$ (-0,2%), tandis que l'indice dollar évolue à 97,7 (+0,3%). Le baril de brut WTI rebondit désormais de 3,6% à 56,9$ avec ces bonnes nouvelles concernant le commerce, alors que le baril de Brent de la mer du Nord se traite à 60,7$ (+3,8%).

L'administration Trump vient de faire machine arrière et de sortir certaines marchandises de la liste des produits auxquels sont imposés les tarifs douaniers. D'autres taxes commerciales sont reportées quant à elles jusqu'au 15 décembre. Les marchés, qui ne croyaient plus du tout dans un apaisement des tensions commerciales, n'en demandaient pas tant !

L'United States Trade Representative (USTR) vient donc de préciser aujourd'hui dans un bref communiqué les prochaines étapes dans le processus des tarifs douaniers. Des tarifs douaniers additionnels de 10% sur environ 300 milliards de dollars d'importations provenant de Chine étaient pour mémoire attendus. Le 17 mai, l'USTR avait publié une liste de produits importés venant de Chine qui devaient potentiellement être soumis à la taxe additionnelle de 10%. Ces nouveaux 'tarifs' doivent être mis en place le 1er septembre, comme le président Trump l'avait annoncé le 1er août. Certains produits sont sortis de cette liste des 'tarifs', les critères avancés concernant la santé et la sécurité (y compris nationale), ainsi que "d'autres facteurs". Ces produits seront donc exemptés des taxes additionnelles de 10%.

Par ailleurs, dans le cadre du processus de commentaires et d'audience de l'USTR, il a été déterminé que les 'tarifs' devraient être reportés au 15 décembre pour certains articles. Les produits de ce groupe incluent par exemple les téléphones mobiles, les ordinateurs portables, les consoles de jeux vidéo, certains jouets, les moniteurs informatiques, ainsi que certains produits d'habillement - chaussures ou vêtements.

Il s'agit donc d'un énorme soulagement pour les marchés, qui craignaient au contraire un durcissement supplémentaire suite aux propos tenus par Donald Trump en fin de semaine dernière. Le président américain avait affirmé que les États-Unis n'étaient pas prêts à un accord commercial pour l'heure avec la Chine. Devant la presse, le leader de la Maison blanche s'était montré intraitable, affirmant que les discussions se poursuivaient avec la Chine sur le commerce et que tout se passait "très bien", mais qu'aucun accord n'était en vue actuellement. Il assurait par ailleurs que les USA allaient couper les ponts avec le colosse chinois des télécommunications Huawei. Trump en profitait pour souligner l'effet "incroyable" des tarifs douaniers sur la Chine.

Le président américain vient de tweeter encore sur le sujet il y a quelques instants. "Comme d'habitude, la Chine a dit qu'elle allait acheter 'gros' à nos grands Agriculteurs Américains. Jusqu'à présent, elle n'a pas fait ce qu'elle disait. Peut-être que cette fois cela sera différent!" Ce tweet montre donc que les discussions continuent effectivement avec Pékin, ce qui reste un point positif.

Enfin, le vice-Premier ministre chinois Liu He aurait eu une conversation téléphonique avec des responsables commerciaux américains, selon le ministère du Commerce chinois. Liu se serait entretenu avec Robert Lighthizer, représentant américain au Commerce, et Robert Mnuchin, secrétaire au Trésor. De nouveaux échanges sont attendus dans deux semaines.

En Europe, l'indice ZEW allemand du sentiment économique des investisseurs s'est littéralement effondré en août, affecté en vrac par les tensions commerciales, le risque de dévaluations et celui d'un Brexit sans accord. L'indice est ressorti ainsi à -44,1 points contre -24,5 en juillet, alors que le consensus était de -27,8. L'indice relatif à la situation actuelle s'est établi de son côté à -13,5 contre -1,1 le mois précédent et -7 de consensus.

L'indice des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de juillet 2019 est ressorti pour sa part en progression de 0,3% en comparaison du mois antérieur, selon le rapport gouvernemental du jour du Département au Travail (Bureau of Labor Statistics), alors que le consensus de place se situait à +0,2%. Cet indicateur des prix à la consommation est ressorti en augmentation de 1,8% en glissement annuel, par rapport au mois de juillet 2018, alors que le consensus se situait à +1,7%. L'indice des prix hors alimentation et énergie - éléments volatils - a grimpé également de +0,3% en juillet 2019, en comparaison du mois précédent, contre un consensus de +0,2% ici encore chez les économistes. En glissement annuel, le CPI hors alimentaire et énergie s'est apprécié de +2,2%, contre +2,1% de consensus.

Sur le réseau social Twitter ce jour, Donald Trump estime quant à lui toujours qu'il n'y a pas d'inflation. "Par une dévaluation massive de leur monnaie et l'injection de vastes sommes d'argent dans leur système, les dizaines de milliards de dollars que les U.S. reçoivent sont un cadeau de la Chine. Les prix ne sont pas en hausse, pas d'inflation. Les agriculteurs récupèrent plus que la Chine n'aurait dépensé", affirme le président américain.

Côté entreprises, très peu de choses à se mettre sous la dent en Europe en cette semaine de 15 août. On notera quand même l'avertissement sur les ventes de l'Allemand Henkel, en raison de la performance décevante de sa division de produits de soins de beauté et de ses adhésifs, affectés par le ralentissement de la production industrielle.

Valeurs en hausse

* Amoéba (+35,8%) a soumis une nouvelle demande d'approbation de sa substance active biocide Willaertia magna C2c Maky à l'Agence Européenne des Produits Chimiques (ECHA). La première phase de l'évaluation sera réalisée par l'autorité maltaise compétente en matière de biocide (MCCAA, Malta Competition and Consumer Affairs Authority).

* Total (+2,3%) et Sanofi (+2,1%) se redressent sur le CAC 40. TechnipFMC (+3,4%) et STMicroelectronics (+3%) profitent aussi de l'accalmie. Société Générale s'offre 2,7% et BNP Paribas 1,8%.

CGG (+7,2%) et Vallourec (+4,3%), toujours très réactives en bourse, bénéficient pleinement de la vive remontée des prix du brut.

* LafargeHolcim (+0,7%) avance avec Goldman Sachs. La banque d'affaires américaine est passée ce matin à l''achat' sur le cimentier franco-suisse, contre un précédent avis 'neutre', tout en revalorisant de 52 à 59 francs suisses. Ce soutien de poids arrive deux semaines après la publication des comptes du 1er semestre 2019 du groupe, lesquels ont montré une solide dynamique sur les bénéfices au T2.

Valeurs en baisse

* Getlink (-2,2%) a dévoilé les données de son activité pour le mois de juillet. Sur la période, le trafic Camions est en recul de 10% sur un an, impacté par l'absence de reprise du marché de l'automobile et une baisse de la consommation en Grande-Bretagne. Depuis le début de l'année, plus de 940.000 camions ont traversé la Manche à bord des Navettes Le Shuttle Freight (baisse de 5%). Les Navettes Passagers ont pour leur part transporté 294.044 véhicules de tourisme, en repli de 7% par rapport à juillet 2018, pénalisées par un effet calendaire défavorable avec des départs en vacances plus tardifs. Depuis le 1er janvier 2019, plus de 1.460.000 véhicules de tourisme ont traversé la Manche avec Le Shuttle (-3%).

* Groupe ADP perd 0,7%. Après avoir concédé une quinzaine de pourcents depuis ses pics du mois d'avril, remise en cause de la privatisation oblige, Groupe ADP tente de se stabiliser cet été, non sans mal. Goldman Sachs a relevé sa recommandation sur l'opérateur aéroportuaire, passant de 'vendre' à 'neutre', portant son objectif à 164 euros contre 151 euros précédemment.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.